Référence multimedia du sénégal
.
Google

MEDICAMENTS CONTREFAITS : Les Etats africains perdent plusieurs milliards de francs par an

Article Lu 1494 fois


La mauvaise qualité des médicaments coûte chère aux pays africains. Des pays comme le Burkina Faso perdent au moins 4 milliards par an. D’où l’urgence de renforcer le contrôle aux frontières pour empêcher l’introduction des produits pharmaceutiques de mauvaise qualité.

La qualité à un prix, a-t-on coutume de dire. Aujourd’hui, il faudra se donner les moyens et la peine pour contrôler la qualité des médicaments destinés à l’Afrique. Un médicament de mauvaise qualité coûte beaucoup plus cher au patient et à l’ensemble de la communauté qu’un médicament de bonne qualité. Dans certains pays africains où le commerce des médicaments de la rue est beaucoup développé, les Etats perdent plusieurs milliards de francs.

Au Burkina Faso par exemple, les médicaments vendus dans les artères des grandes villes du pays font perdre au gouvernement une somme de 4 milliards de francs Cfa, d’après les dernières études qui datent depuis 10 ans. Tout porte à croire que ce manque à gagner a franchi le cap des 4 milliards de francs Cfa, comme le souligne d’ailleurs Dr N’Isadeteryed Paul, Pharmacien inspecteur à la direction de la Pharmacie et du Laboratoire national du Burkina Faso.

Un constant valable pour des pays comme le Sénégal, la Côte d’Ivoire, le Ghana, le Gabon... où la vente des médicaments contrefaits est très développée. Conscient de ce marché noir qualifié du fléau mondial, l’Organisation mondiale de la santé (Oms) a organisé le mois dernier à Dakar un atelier de quatre jours de formation sur les principes de base des Bonnes pratiques de fabrication (Bpf) de médicaments dans les pays africains, où elle a regroupé des pharmaciens, des pharmaciens inspecteurs, des fabricants, des autorités de régulation et de contrôle issues de plusieurs pays de la sous-région. Ils ont été encadrés et formés par les experts européens, sous la supervision de l’Oms. Un atelier qui a permis aux participants de discuter des termes d’assurance et de contrôle qualité.

Les causes du développement des marchés illicites, ou marchés parallèles sont multiples selon le Dr Mamadou Ngom, pharmacien et chargé du programme des médicaments essentiels à l’Oms au Sénégal. Le Dr Ngom, au nom de l’Oms, a invité les autorités sanitaires africaines à prendre des mesures idoines pour éradiquer la vente illicite des médicaments de la rue.

Pour la réussite de cette bataille, l’Oms a mis en place des stratégies et des mesures pour appuyer et aider les autorités africaines à veiller sur la qualité des médicaments et à lutter contre les produits pharmaceutiques de mauvaise qualité.

La réussite du contrôle de qualité en Afrique passera par la maîtrise des médicaments, en termes d’accessibilité et de coût, c’est-à-dire les médicaments doivent être moins chers et disponibles pour les populations, à tous les niveaux.

C’est en ce moment, dira le Dr Mamadou Ngom, que les gouvernements africains pourront lutter contre les médicaments vendus dans les marchés. En Afrique, les autorités sanitaires et gouvernementales ne disposent pas assez de moyens, selon le Dr Paul N’Isadeteryed, pour contrôler les médicaments qui entrent de manière frauduleuse.

En poursuivant son argumentation, notre interlocuteur révèle que le Burkina Faso, tout comme tant d’autres pays du continent, ne sont pas outillés pour freiner la vente illicite des médicaments.

« Il n’est pas prévu des mesures de lutte contre la vente des médicaments de la rue en dehors de celles qui condamnent les fabricants locaux qui ne respectent pas les normes de bonne fabrication des produits pharmaceutiques », se désole le Dr Paul. D’ailleurs, le Dr Paul N’Isadeteryed et Mamadou Ngom ont invité les autorités africaines à trouver une alternative à la vente illicite des médicaments et d’appliquer des sanctions aux personnes qui ne respectent pas les normes de vente.

Source: Le Soleil

Article Lu 1494 fois

Mardi 12 Février 2008

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State