Référence multimedia du sénégal
.
Google

MAUVAISE QUALITE DE LA VIE A DAKAR: La banlieue va mal

Article Lu 11847 fois

Malgré les beaux habits que revêtent certains quartiers de Dakar, la banlieue souffre par contre de sa situation de pauvreté et de ghetto. Dans certains quartiers comme Thiaroye Djida Kaw, Mousdalifa Médina Gounass et une partie de la cité de Fadia (Pacelles Assainies), la vie constitue un vrai casse-tête. On travaille pour survivre, quitte à passer la nuit dans la rue. ( Ndlr-Ce papier est la version corrigée de l’article publié hier) .



MAUVAISE QUALITE DE LA VIE A DAKAR: La banlieue va mal
La cité Fadia, les quartiers de Thiaroye Djida Kaw , Mousdalifa et Médina Gounass en sont des exemples édifiants. Moustiquaires attachées au vent, des personnes entassées et des rues occupées, la cité Fadia donne une allure de Ghetto. Dans ce quartier résidentiel, des familles en provenance de l’intérieur du Sénégal transforment les espaces vides en dortoir permanent. Selon Fatou Diouf, une de ces personnes originaire de Diourbel, cette situation ne les conforte guère mais, par faute de moyens, ils s’y font . « On a quitté notre terre natale pour Dakar à la recherche de meilleures conditions de vie. Mais à notre grande surprise, on a constaté que Dakar n’est pas si généreux qu’on le croyait ».

Conséquence : « On est obligé de trouver du travail à gauche et à droite pour avoir de quoi survivre et aider les gens restés au village ». Et la dame d’avouer stoïquement : « Le fait de dormir dans les rues ou à la belle étoile n’est pas un problème pour nous. L’essentiel, c’est de trouver un lieu où dormir » ; ajoute dépité Cheikh Sarr, le mari de Fatou Diouf. Quant à Khadim, une autre personne vivant la même situation que le couple Sarr, il estime que le fait d’occuper les rues leur permet de faire plus d’économie. « Je vis avec ma femme et mes deux enfants ; c’est gênant certes de dormir dans les rues mais on est obligé de le faire car le loyer est très cher. Auparavant on vivait dans les bâtiments inachevés, mais maintenant les propriétaires de ces bâtiments commencent à occuper peu à peu leurs maisons ».

Et le sieur de conclure d’un air débonnaire : « Je rends grâce à Dieu car je travaille comme charretier le jour et gardien la nuit, je gagne assez mais quand je mets ça dans le loyer ou dans la nourriture, il ne me restera pas grand-chose. C’est pourquoi la rue des fois, c’est bon », ajoute t-il Ces personnes qui dépendent souvent des restes de nourriture des populations de la cité trouvent une « alimentation de circonstance » grâce à un richissime chef d’entreprise qui les offre chaque matin des miches de pain et de la viande tous les vendredis.

Plus loin à Guédiawaye et Pikine, dans les quartiers de Thiaroye Djida Kaw , Mousdalifa et Médina Gounass, la situation est la même sinon pire . Dans ces quartiers perdus où règne la construction anarchique qui n’obéit à aucune règle d’urbanisation et d’assainissement, les populations souffrent de leur promiscuité et de leur environnement. Ces quartiers qui sont similaires à « Venise », la cité Italienne, à cause des flaques d’eau verdâtres et noirâtres qui dégoulinent tout le long des rues dans lesquelles cohabitent moustiques et crapauds, attestent des conditions difficiles de vie des populations. Pour cet homme d’une soixantaine d’années rencontré sur les lieux, la situation que vivent les populations de cette localité est due tout simplement à la pauvreté et à la négligence des autorités. « Je suis ici depuis 1976 et ça a été toujours comme ça. A chaque fois que la saison des pluies approche , on ne dort que d’un seul œil. On veut bien trouver des lieux meilleurs qu’ici mais on n’a pas les moyens ».

Pis, dira-t-il, « On nous parle des habitations du plan « Jaxaay » à Keur Massar mais, avant d’occuper ces maisons, il faut déposer trois millions. Nous qui nous débrouillons pour manger, où est-ce qu’on peut trouver ces millions ? C’est vrai que certaines personnes sont parties à « Jaxaay » mais ce sont tous des politiciens ; ils ont été appuyés par le Gouvernement ».A la mairie de la Ville de Guédiawaye, les quelques rares personnes trouvées sur les lieux estiment que les populations de ces localités refusent de quitter les lieux ; « On a construit les habitations de « Jaxaay » pour eux, ils n’ont qu’à aller y habiter . En plus, ils savent que les lieux où il habitent font partie des Niayes. Il suffit d’une petite pluie pour qu’ils soient malheureusement sous le joug des inondations ».

Source: Sud Quotidien

Article Lu 11847 fois

Mardi 29 Avril 2008





1.Posté par AMI le 29/04/2008 14:57
TRISTE VIE

2.Posté par senegalais le 29/04/2008 19:38
thieuy,sant Yalla warma djiam bi,lou nit di kheeb rek nit mingui ni ko siiw.tiissna lol bobou doundou waye Yalla wakhoul kene dara.

3.Posté par ablaye wéédi le 29/04/2008 20:40
ou est le bateau de l'anoci louée à 8000000000francscfa?demandons à "waax wéédi"

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State