Référence multimedia du sénégal
.
Google


hh



MAROC - Limogeage de Eric Gerets au poste de sélectionneur : Les cinq raisons d’un fiasco

Eric Gerets n’est plus le sélectionneur du Maroc depuis dimanche soir. Une décision logique au vu d’une situation devenue intenable. Pour plusieurs raisons.



MAROC - Limogeage de Eric Gerets au poste de sélectionneur : Les cinq raisons d’un fiasco
Un échec sportif, d’abord. Eric Gerets obligé de plier bagages du Maroc, c’est en premier lieu un gros échec sportif. Un chiffre est parlant. En 2012, Gerets ne compte que 22% de victoires ! Après une élimination dès les poules à la Can au Gabon, a­lors que Gerets annonçait un titre possible, le Lion de Rekem n’a pas réussi à redresser la pente. Les Lions de l’Atlas restent sur cinq matchs sans victoire, dont trois défaites. En difficulté dans les éliminatoires pour la Coupe du monde et la Can, les Marocains ont sombré lors du dernier match sur la pelouse du modeste Mozambique (0-2). La défaite de trop pour Gerets.
Un salaire qui n’est jamais passé. Eric Gerets était un sélectionneur très bien payé puisque son salaire tournait autour des 250 000 euros mensuels. Dans un pays où le salaire mensuel moyen tourne autour des 200 euros, cela passe mal. L’opinion publique marocaine a toujours eu en travers de la gorge ces énormes revenus et les résultats pas vraiment à la hauteur n’ont fait qu’amplifier cette grogne. Le salaire de Gerets, un sujet dont même la classe politique marocaine s’est emparée pour susciter un vif débat.
Gerets, déconnecté des entraîneurs nationaux. La relation entre Eric Gerets et les entraîneurs marocains n’a jamais été simple. Ses propos à leur égard ont été pour le moins acides : «Les entraîneurs marocains qui me critiquent sont des ratés et veulent sauver leur carrière en me critiquant.» Ce qui lui a valu une terrible polémique. Baddou Zaki, ancien sélectionneur marocain et gardien de but légendaire de la sélection avait d’ailleurs estimé publiquement que «Gerets a besoin d’aller voir un psychiatre». Une confrérie mise à dos qui, forcément, ne l’a pas épargné quand les résultats n’ont pas suivi.
Les vieilles gloires l’ont lâché. Il n’y a pas que les entraîneurs marocains qui ont eu une dent contre Ge­rets. Les gloires du football marocain n’ont pas été tendres, récemment, à son égard. Mustapha Hadji, sur Rmc, a allumé la mèche. «Ça fait un petit moment que je dis que ma plus grande préoccupation, c’est Gerets, c’est dommage. Sélection­neur et entraîneur c’est complètement différent. Avec tout le respect que je lui dois, c’est le moment de partir.» Walid Regragui n’est pas beaucoup plus tendre. «En tout cas, de l’extérieur depuis l’arrivée de Eric Gerets à la tête de la sélection, sur le plan du jeu et des résultats, on est bien loin de ce qu’on attendait, donc, il faut faire un tour de table pour savoir pourquoi ça ne fonctionne pas.»
La presse marocaine pour l’achever. Et comme si cela ne suffisait pas, Eric Gerets a également eu droit à une rude campagne médiatique con­­tre lui. Après la défaite face au Mozambique, le journal Al-Mounta­khab titrait tout simplement : «Dé­barrassez-nous de lui» alors qu’As-Sabah était encore plus clair. «Ge­rets, dégage !» Lâché par ses confrères, les grands joueurs marocains, l’opinion publique et les médias, Eric Gerets n’avait plus le choix...
Le Quotidien

Mardi 18 Septembre 2012



Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 27 Août 2014 - 21:58 MOUSSA KONATE «Je n’ai jamais perdu espoir»








Plateforme d’information et d’intéraction a temps réel
Optimisé pour être vu en 1024x768 I.E. 6.0 ou plus récent

Info sur Xibar.net | Conditions d'utilisation | Données personnelles | Publicité | Aide / Contacts |
Copyright © 2007 Xibar multimedia Tous droits réservés