Référence multimedia du sénégal
.
Google

MARCHE PETERSEN - Sur les traces de la femme découpée de la Corniche

Article Lu 14719 fois


- UN CONCUBIN «FETICHEUR» ET «AGRESSIF»

- LES SEINS ET LE CŒUR DE LA JEUNE FEMME N’ONT PAS ETE RETROUVES»

- UNE CANTINE QUI ABRITERAIT 2 CONGELATEURS ET UNE GLACIERE


Connu des marchands ambulants et de la plupart des personnes qui fréquentent le marché de Petersen, le meurtre de Fama Niane, dont Le Quotidien a pu se procurer la photo de son corps découpé, le lendemain de la reconstitution de celui-ci, alimente les conversations en ces lieux. Une fois la surprise passée, les langues, malgré l’interdiction des policiers qui enquêtent sur cette affaire, se délient. On explique, on spécule sur cette histoire qui n’a pas encore livré tous ses secrets. Beaucoup de questions restent encore sans réponse. Pour combien de temps encore ? Nul ne sait



MARCHE PETERSEN - Sur les traces de la femme découpée de la Corniche
Les confidences qui enfoncent Kandé

Ça bruit à Petersen. Dans l’ancien marché qui a été rasé, et qui est devenu un immense terrain où on retrouve des cantines en bois, le bouche à oreille a fini de faire du meurtre de Fama Niane, un bruit sourd qui court à travers les étals.

Nous sommes derrière le garage du même nom. Dans ce lieu dépravé, délavé, au sol couvert de sable et parsemé de pierres, on parle, en chuchotant, du meurtre de cette jeune dame. Ici, tout le monde l’a connue «ainsi que son amant». En effet, la jeune femme, bien que mariée, «vivait en concubinage avec un homme du nom de Kandé», selon les confidences recueillies sur place. Un ressortissant du Fouladou. Ayant la taille d’un lutteur comme Gris Bordeaux, de teint clair, cet homme vivait dans ce marché de Petersen depuis deux ans déjà. Il avait été accueilli par les marchands qui ont toujours occupé les lieux et qui, par compassion, lui avait offert un endroit pour construire sa cantine qui lui servait plus de logis que de lieu de vente. A l’opposé de son concubin, Fama Niane, mesurait 1,60 m et était plutôt mince.

UN CONCUBIN «FETICHEUR» ET «AGRESSIF»

C’est tout au fond de ce marché, sur une rangée où se dressent les abris de plusieurs vendeurs de charbon, qui écoulent en gros, qu’une autre cantine en zinc rouillé se distingue. Sur la façade, il est écrit en arabe avec des lettres de couleur rouge Allahou Akbar (Dieu est Grand !). C’est à l’intérieur qu’aurait été tuée et découpée la jeune femme Fama Niane, âgée de 30 ans. Son meurtrier et concubin, qui serait âgé entre 40 et 45 ans, est défini comme un homme «agressif», mais surtout un «féticheur». Et, la plupart de ses voisins ne connaisse que son nom de famille. On ne lui connaît «ni femme ni enfant, mais seulement sa concubine Fama». Et, selon les informateurs qui, malgré l’injonction de la Police de ne pas communiquer sur cette affaire, «Fama passait, depuis six mois, ses nuits avec cet homme (certains parlent d’une période moins longue que celle-là). Elle venait le soir et, tous les matins, aux environs de onze heures, elle sortait de la cantine pour aller prendre son petit-déjeuner chez le vendeur de tangana». Il en était ainsi tous les jours. La dernière fois qu’elle a été aperçue sur les lieux remonte à la veille de la découverte de son corps sur la plage de Koussoum : le jeudi 13 mars 2009.

UNE «PITANCE» AVOISINANT PARFOIS 50 000 FRANCS PAR JOUR

Alors qu’elle se réveillait tard dans la matinée, son concubin, lui, partait très tôt, indique-t-on, demander l’aumône dans les quartiers huppés de la ville. Et à son retour, «il ramenait souvent, de l’huile, des sacs de riz et une somme qui avoisinait souvent les 50 000 francs». Devant la curiosité de ses voisins qui lui demandaient souvent d’où il pouvait tenir autant d’argent, il répondait : «Ce sont mes amis, les patrons des quartiers huppés de Dakar, qui me le donnent.» Il s’en arrêtait-là. Et la vie continuait ainsi.

Fama qui faisait croire à sa famille qu’elle travaillait, n’avait pas d’emploi, soutient-on à Pétersen. «Elle ne faisait rien, elle n’avait aucune activité. Mais, elle disait à son mari qu’elle travaillait les jours de semaine et, le week-end, elle le passait chez son mari, à Rufisque. Celui-ci ne se doutait de rien», apparemment. La famille de la défunte était-elle complice de ses agissements ?

«les SEINS ET LE CŒUR DE LA JEUNE FEMME N’ONT PAS ETE RETROUVES»

Selon nos interlocuteurs, Kandé aurait, la veille du gamou de Tivaouane à deux jours plus exactement, «acheté du sable fin et des briques en ciment. Interpellé sur l’usage de ces matériaux, il nous a dit qu’il voulait construire sa cantine en dur. Nous lui avons signifié qu’il n’avait pas le droit de construire quoi que ce soit à cet endroit, parce que c’est un espace qui lui a été prêté. Il a ramené les briques en ciment, mais a laissé le sable sur les lieux. C’est ce même sable que les policiers ont retrouvé, étalé sur le sol de sa cantine. En creusant, ils ont trouvé quelque chose, contenue dans un sachet qui était enfoui sous terre. Mais, nous ne savons pas exactement de quoi il s’agit. Les policiers de la Division des investigations criminelles (Dic) ont emporté la glacière et les bagages de Fama», raconte-t-on encore au marché Petersen. Les limiers sont venus sur les lieux, informe-t-on, deux jours avant de libérer le mari de la défunte, faute de preuves. Ce dernier était considéré, au début, comme le premier suspect dans cette affaire.

Après le départ des policiers, personne n’a osé ouvrir les portes de la cantine incriminée. Dans les chuchotis, on parle de meurtre rituel. Un sacrifice humain. Suite à la demande de qui ? Personne ne sait. Pourquoi une telle conclusion ? On murmure que c’est parce que «des parties du corps auraient disparu, notamment, les deux seins et le cœur de la jeune femme qui n’ont pas été retrouvés. Et les parties du corps qui avaient été découvertes sur la plage étaient disposées en 7 parts». Où sont passées ces parties qui n’ont pas été retrouvées ? Selon les informations recueillies par nos soins, cette méthode de procéder dénote d’un crime sacrificiel. Et les langues de se délier pour soutenir que Kandé était en contact avec des personnalités créchant aux Almadies où il faisait la manche. Kandé serait-il à la solde de ces gens ? Personne ne pourra le dire, à part lui, l’auteur supposé du crime. Celui-là même qui a pris la poudre d’escampette et qui aurait disparu le lendemain même de la découverte du corps. D’ailleurs, concernant sa disparition rapide, on spécule. «Il serait mort» pour certains, alors que pour d’autres, «la Police l’a arrêté, mais gardé le secret». Ou est donc passé Kandé ?

UNE CANTINE QUI ABRITERAIT 2 CONGELATEURS ET UNE GLACIERE

Pourtant, cet homme n’en serait pas à son premier meurtre. On raconte qu’un jour, une femme l’a trouvé sur les lieux «et nous a demandé si on le connaissait vraiment pour lui offrir l’hospitalité. Nous avons répondu que non. Et là, elle nous a dit que Kandé avait tué un homme à Mbour et c’est pour cette raison qu’il s’était enfui. Mais, comme cela ne nous regardait pas, on s’est dit que cela ne nous concernait pas. S’il s’avérait qu’il avait commis ce meurtre, nous pensons que la Police l’aurait arrêté depuis longtemps».

Aujourd’hui, la cantine de Kandé reste fermée. Ceux qui ont l’habitude de le fréquenter expliquent qu’à l’intérieur il y a bien deux congélateurs qui auraient servi à garder les morceaux du corps de Fama Niane et une glacière. «Kandé avait séparé l’endroit en deux par un rideau. Une partie pour recevoir ses invités et l’autre partie faisait office de chambre à coucher.»

Pourtant, la relation entre Fama Niane et Kandé ne semblait pas aussi simple que ça. «Il leur arrivait de se disputer. Et une fois, la jeune femme a porté plainte contre son concubin à la Police de Rebeuss parce qu’il lui devait la somme de 20 000 francs. Kandé avait été contraint de rembourser. Il avait payé la moitié et, par la suite, la jeune femme qui était retournée chez elle, est revenue se réconcilier avec lui. C’était durant la période de la Tabaski. C’est même Kandé qui lui a offert un mouton, pour célébrer la fête.»

PSYCHOSE A PETERSEN

Dans ces lieux inhospitaliers, qui n’offrent pratiquement aucune perspective aux chasseurs de dépense quotidienne, des hommes tentent tant bien que mal de relever la tête. Cet endroit montre le visage hideux de la capitale. Entre les mécaniciens et les vendeurs de friperie, au marché de Petersen, le soir venu, on se doute facilement du nombre de délits qui peuvent y être commis, loin des yeux. En pleine journée, on ne se sent pas en sécurité non plus. Aujourd’hui, après le meurtre, les habitués des lieux se sentent «surveillés. Car, chaque jour, nous découvrons de nouvelles personnes qui rodent, sans parler à quiconque».

Au moment de quitter les lieux, deux marchands de friperie s’affrontent, l’un, un marteau à la main, veut coûte que coûte asséner des coups à son adversaire qui, les mains vides, essaie de se défendre tant bien que mal. L’homme au marteau est retenu par d’autres. Dans ces mêmes lieux, un homme qui habite sur la même rangée de cantines que Kandé, lui aussi, défini comme un «féticheur», crée la psychose. Il élève une centaine de chats dans ces lieux. Personne ne sait à quel usage sont destinées ces bêtes.

Source: le Quotidien

Article Lu 14719 fois

Jeudi 26 Mars 2009





1.Posté par ada le 26/03/2009 20:26
soubahanala allah akbar

2.Posté par damedjibson le 26/03/2009 20:25
Cey ce meurtre c'est etrange vraiement Snegal léegui you bonne yi dafaye amme.dooye na war

3.Posté par pointini le 26/03/2009 20:54
on prie tjrs pour les morts et ne dit que du bien sur eux
mais...

elle etait mariee, vivait avec son copain les jours ordinaires et les weekends chez son mari? j'espere que c'est faux tout cela.

4.Posté par BayFall le 26/03/2009 22:25
peut étre qu'ils vendent les organes

5.Posté par fama le 26/03/2009 22:51
en tout cas garawna mais nak yalla rek moy juge bou mak bi nagn len ko gnanal

6.Posté par sala le 26/03/2009 23:45
Mais moi je me mefie des journalistes maintenant. La fois passee, ils avaient dit qu'on avait trouve du sang et de la poudre pour cadavre dans la chambre de son mari a Rufisque. Ils avaient presque attribue ce meurtre a son mari. Maintenant ils viennent nous parler de congelateur et de glaciere.

je ne comprends plus !!!!!!

7.Posté par algebre le 27/03/2009 00:16
aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa , waru na ! eh allah! man nak jommi na jomeeet!!!!!!!! li dal no comment!

8.Posté par aba le 27/03/2009 00:33
Réponse à "pointini":PEUT ETRE QU'IL L'A MARABOUTé POUR QU'ELLE TOMBE AMOUREUSE DE LUI.DANS MON QUARTIER YAVAIT UNE FILLE QUI A SUIVI UN GARS ET JUSQU'A PRESENT SA FAMILLE NE SAIT PAS OU ELLE SE TROUVE ET çA FAIT MAINTENANT PRESQUE 10 ANS.ON NE SAIT MM PAS SI ELLE EN VIE

9.Posté par mamansira le 27/03/2009 01:48
DOYNA WAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAR

10.Posté par David Plouffe le 27/03/2009 01:53
Ca c'est un meurtre politique je commence a y croire plusieurs theses ont ete donne. Il y a un homme tres puissant qui est derriere ce crime

11.Posté par amina le 27/03/2009 02:08
sala tu n'est as la seule a n'avoir rien compris. mmme moi javais lu cela et avis fait un commentaire la dessus. yen a d ses journalistes qui ne racontent que des bobards. et le sang qu'ils disaient avoir trouvé sur le plancher qui se trouve ds la chambre du mari de la victime en plus du produit qu'on utilise pour les cadavres trouvé chez le mari et c'est ce mme produit qui a été versé sur le corps de la défunte. et maintenan c'est dort indices et dotrs pistes. a lavenir essayez davoir des sources sures. dommage pour le pays!!!

12.Posté par Z le 27/03/2009 03:38
Les policiers demandent, selon le journaliste, qu'on ne parle pas de cette affaire pour les besoins de l'enquête et lui il en parle!

13.Posté par kouakou le 27/03/2009 05:12
lollllllll Z, est ce que CESTI existe tjrs?

14.Posté par questionnement le 27/03/2009 08:51
Etes vous sûrs de ce que vous avancez ? Normalement seule la police est habilitée à donner des éléments, et pour l'instant elle est muette, les journalistes devraient en faire autant, au lieu de s'avancer dans des on-dit. C'est grave ça. Parce qu'ils sont pauvres, c'est ça ? C'auraut-été la femme d'un gars du patronat, le mari aurait vite porté plainte :!

15.Posté par nékhe le 27/03/2009 10:05
thieuy yalla sénégal légui mome daguay warou lou bone ak lou metti rek lagnouy def .wayé yalla gueumoul nélawoul nak kou def lou bakhe am lou bakhe wayé nak ahnnn dina métti dé souba thieuy kou def lou bone ..................

16.Posté par dikha le 27/03/2009 10:05
Ces genres comme Kandé il y en a pleins à Dakar chaque jour que dieu fait il y a des enfants perdus et on ne les retrouvent plus. ce sont ces gens là qui en font leur sacrifice pour quelqu'un.

17.Posté par chacha le 27/03/2009 10:41
Foutaise. car tout au début de l'enquête vous nous avez avancer que fama (paix a son âme) travailler comme domestique et y passait les nuits et se c'était seulement qu'en weekend qu'elle partait chez son mari, donc ne nous prenez pas pour des cons ok pour nous dire maintenant qu'elle avez un concubin. en plus faut jamais dire du mal a un mort car nous tous mourons un jour.

18.Posté par Lisa le 27/03/2009 10:57
Peulh rek mo kham lou méti ak lou bone. Ce qui est sur c'est qu'il ne sera jamais retrouvé; cé amis dont ils parlé le sacrifieront à leur tour. Ainsi va le Sgl

19.Posté par didi le 27/03/2009 13:28
??????????????????????????????? bizarre ce truc là

20.Posté par kent le 27/03/2009 14:12
tous ces chats sont destines au sacrifices

21.Posté par kiki le 27/03/2009 16:23
arreter les commentaires et occupez-vous de ce qui vous regarge!!!!!!!!!!

22.Posté par fantastik le 27/03/2009 16:27
wa moouuusssss yi naak, diomiwouléne si sénégal

23.Posté par samy le 27/03/2009 22:21
je suis desole pour mon tres cher pays..

24.Posté par MOUNASS le 12/04/2009 21:23
SLT A TOUS j'ai peur de tout je vie en france meme laba jai peur jai peur de la vie bizarre mais que dieu nous protege et mouhamed merci

Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State