Référence multimedia du sénégal
.
Google

MARCHE FINANCIER DE L’UEMOA : Ces bons qui font courir les investisseurs

Article Lu 12804 fois



Bons, obligations et divers titres négociables ont la cote dans l’espace Uemoa, principalement en raison de l’abondance de liquidités, débouchant sur des taux d’intérêt plutôt attractifs. Tous les huit pays membres y ont eu recours, à divers niveaux, depuis l’adoption du règlement qui y est relatif en 1998, coïncidant avec le dépérissement du découvert statuaire de la Bceao.



MARCHE FINANCIER DE L’UEMOA : Ces bons qui font courir les investisseurs
Par procès-verbal d’adjudication daté du 17 novembre 2009, la Bceao a confirmé le bouclage de l’appel d’offres pour une émission de bons du Trésor pour le compte du Sénégal. Parti sur un montant de 15 milliards recherché sur le marché financier sous-régional, Dakar a obtenu 16 milliards 57 millions FCFA, soit un taux de couverture de 107,05 %, au taux d’intérêt marginal de 7 % et au taux moyen pondéré de 6,8%. La plupart des intervenants sont domiciliés au Sénégal (12 milliards 507 millions FCFA) et au Bénin (1 milliard 500 millions FCFA), alors que 50 millions sont venus du Mali et 2 milliards d’autres sources. Le taux d’absorption de 100 % démontre la réussite de cette opération de bons à moyen terme (1 an) au moment même où d’autre pays sont sur le marché. Ainsi, la Côte d’‘Ivoire qui lançait quasi simultanément une opération similaire pour le même montant, avait choisi les bons à court terme (28 jours), arrivant à échéance le 24 novembre, c’est-à-dire, une semaine après la date d’adjudication retenue pour le Sénégal, ce qui explique sans doute l’absence d’investisseurs ivoiriens dans l’opération sénégalaise. Aussitôt après, la RCI devait boucler un nouvel emprunt de 20 milliards sous les mêmes conditions, pour le 23 novembre. La République du Niger a, quant à elle, opté pour une émission sur le long terme (7 ans, dont un différé de 2 ans), pour un montant de 16 milliards 500 millions FCFA. Cette opération a été bouclée avec succès le 27 novembre 2009. Enfin, le Bénin a choisi le moyen terme (364 jours), mais pour seulement un milliard FCFA. Chacun y va donc selon ses urgences et ses moyens. De fait, le résultat global d’une adjudication hebdomadaire (valeur du 23 novembre 2009*) donne un tableau assez illustratif des choix nationaux. Pour un montant total mis en adjudication de 150 milliards de FCFA, le gros lot est allé au Bénin (87,19 milliards CFA), suivi par le Sénégal (25,693 milliards), et la Côte d’Ivoire (17,396 milliards). Alors qu’à côté du Mali qui n’a pas lancé d’appels, le Togo a retenu seulement 7,2 milliards, le Niger 3 milliards, la Guinée Bissau 2, 745 milliards FCFA. La situation hebdomadaire du marché des titres et créances aux 20 et 27 novembre 2009* donne également un relevé comparatif sur les bons du Trésor, au-delà des autres billets de trésorerie et bons des établissements financiers et institutions financières régionales (essentiellement de la Boad). Ainsi, il est indiqué qu’en 2009, le Trésor du Sénégal y a eu recours, les 12 mai (25,9 milliards) et 18 novembre (16,057 milliards), la Côte d’ivoire, les 17 juin (31,375 milliards), 23 septembre (76,405 milliards), 30 septembre (30,574 milliards et 24novembre dernier (20 milliards) et le Mali le 22 octobre (33,010 milliards FCFA). Au même moment, ces pays ont eu recours au marché obligataire, respectivement le 14 octobre (31,107 milliards), le 9 septembre (72,894 milliards) et le 2 janvier (21,102 milliards). Au tableau récapitulatif des titres de créances négociables (y compris les bons du Trésor) et obligations, on retrouve 225,2 milliards FCFA en 2004, 465,618 en 2005, 382,874 en 2006, 701,270 en 2007, 603,465 en 2008 et 1628,585 comme encours en 2009, ce qui dénote un engouement certain, exacerbé par la crise économique et financière. Au total, le programme d’émissions de bons et obligations du Trésor indique qu’il y a eu 18 opérations au bénéfice de la Côte d’Ivoire entre le 3 mars et le 4 septembre, 3 seulement pour le Mali entre le 24 mars et le 2 janvier, 6 au profit du Sénégal (dont deux sous forme d’obligations pour 45 milliards en octobre et 30 milliards en cours). Et apparemment, alors qu’un communiqué du Conseil des ministres de l’organisation économique sous-régionale annonce que « les Etats membres ont réussi à mobiliser 700 milliards sz Francs CFA sur les 900 milliards identifiés pour apurer les arriérés de paiement intérieur », le marché peut faire plus.

Sources : Bceao, « Situation du marché des titres de créances de l’Union économique et monétaire ouest-africaine », diverses éditions.


F.SAMBE
Source Le Soleil

Article Lu 12804 fois

Jeudi 17 Décembre 2009




Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State