Référence multimedia du sénégal
.
Google

MARCHE CE MATIN EN DIRECTION DU PALAIS LES MALADES MENTAUX DANS TUS LEURS ETATS

Article Lu 1465 fois


L'HÔPITAL PSYCHIATRIQUE DE THIAROYE
Le manque de moyens financiers et humains mine les efforts du personnel

Aujourd'hui l'association sénégalaise d'assistance aux malades mentaux va battre le macadam pour arracher une audience au chef de l'Etat afin de le sensibiliser sur la situation de l'hôpital de Kaolack mais également sur celle des malades mentaux. En ralliant Dakar à pied à partir de Kaolack, les membres de l'Asam auront certainement une pensée pour les malades mentaux internés à l'hôpital psychiatrique de Thiaroye. Cette longue procession a été un prétexte pour l"Observateur " de visiter cet hôpital qui, petit à petit, renaît de ses cendres après avoir été pendant longtemps délaissé par les autorités.

Situé sur la bretelle qui relie la route nationale à hauteur du foirail de Diamagueune à l'océan Atlantique, le centre hospitalier psychiatrique de Thiaroye ( CHPT) a vu le jour en 1961. A l'époque de sa création il répondait aux besoins de désengorger et de renforcer le département psychiatrie de l'hôpital de Fann. Longtemps délaissé le Chpt n'a été érigé en établissement public de santé ( Eps) qu'en 2000 par décret n° 2000-1767 . Pendant près de quarante ans, ce centre a fonctionné de façon informelle et dans un total dénuement. Depuis 2.000 il est de niveau 3 et s'est davantage spécialisé dans la prise en charge de pathologies mentales. Ses services cliniques répartis en trois divisions concernent essentiellement les consultations externes et les hospitalisations. Cependant tout n'est pas rose dans cet hôpital envahi par les herbes comme pour mieux coller à la vie de ceux qui souffrent de troubles mentaux. Les malades affluent de partout.Et rien que pour le premier trimestre de l'année en cours, 1038 malades ont été reçus en consultation. Ce premier trimestre a également coïncidé avec une rupture de stock assez importante pour certains médicaments dont le Nozinan et le Piportil, des produits essentiels dans la prise en charge de personnes agitées. Une rupture de stock due essentiellement à l'arrêt de l'approvisionnement assuré par la pharmacie nationale d'approvisionnement et qui aurait pu avoir des conséquences incalculables n'eût été la perspicacité du personnel qui s'est tourné vers les officines pour s'approvisionner. Toutefois, tempére Abou Kébé le chargé des statistiques médicales « cela n'a pas empêché l'hôpital de fonctionner ». L'hôpital psychiatrique de Thiaroye est également confronté à un manque criard de personnel tel que nous l'a confié Mme Diouf Maïmouna Régine Diop, la directrice qui déplore que le secteur de la santé mentale soit « un peu délaissé » avant d'égrener les maux dont souffrent sa structure. Parmi ceux-ci, le « manque de psychiatres et l'insuffisance des ressources financières » mises à la disposition du Chpt. En effet « ici, compte tenu de la spécificité des malades au comportement imprévisible , il est fait obligation à chaque patient de se faire accompagner. Un accompagnant totalement pris en charge par l'hôpital au moment où l'hospitalisation est tarifée à 2.500 francs /jour pour les salles communes alors que ceux logés dans les cabines ne déboursent que 3.500francs /jour. » Des rentrées d'argent jugées « dérisoires » face à la prise en charge des malades et de leurs accompagnants. Sur l'origine des malades, il faut relever que « les patients viennent de tous les coins du Sénégal » avec une prédominance pour Dakar. Les pays limitrophes également avec la Gambie en tête convoient leurs malades mentaux vers le Chpt de Thiaroye. Autre dysfonctionnement relevé dans cette structure méconnue du grand public: « L'absence de statistiques fiables ». Celles qui existent doivent être manipulées avec « beaucoup de précautions » selon les propres propos de la directrice. La raison, il faut la chercher du côté du ministère de la santé qui, dans les maquettes qu'il envoie et que le personnel est tenu de respecter aucune rubrique par exemple ne mentionne la provenance des malades tant géographique que sociale. Toutefois, selon Mme Diouf Maïmouna Régine Diop les corrections ne devraient pas tarder notamment avec la réception du budget d'investissement pour 2008 pour lequel des appels d'offres ont été déjà lancés. Estimé globalement à 300 millions de francs, ce budget devrait servir à construire de nouveaux locaux et à les équiper. Du côté des accompagnants que nous avons interrogés , certains ont décerné un satisfecit à la direction de l'hôpital, là où d'autres ont déploré l'enclavement de la structure et l'absence de sécurité même si le groupe électrogène dont dispose l'hôpital lui permet de faire face aux délestages de la Sénelec.

Source: L'observateur

Article Lu 1465 fois

Jeudi 25 Octobre 2007

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State