Référence multimedia du sénégal
.
Google

MANQUE D’INFORMATION sUR LES APE : Aux Africains et Européens de mener campagne

Article Lu 1540 fois


Les Accords de partenariat économique méritent d’être expliqués davantage aux Africains, tâche à laquelle un économiste de l’Université de Dakar invite les dirigeants de l’Ue et Africains. C’était lors de la vidéoconférence organisée au profit d’une dizaine de pays au siège de la Banque mondiale par un réseau de jeunes Sénégalais.

Tout le monde en parle, mais personne n’y connaît grand-chose aux Accords de partenariat économique. C’est le constat fait hier par Oumar Ndiaye, enseignant à la Faculté des sciences économiques et de gestion de l’Université Cheikh Anta Diop de Dakar. Le professeur Ndiaye intervenait au cours d’une vidéoconférence sur la question des Ape organisée par le réseau Jeunesse, paix et développement (Ydp/Sénégal) au siège de la Banque mondiale de Dakar et suivie dans une dizaine de pays africains et des pays comme la France et la Belgique. Les interventions faites par les uns et les autres ont achoppé sur la perte des recettes fiscales et le déclin des industries nationales et ont permis au professeur de dire qu’il y a un réel déficit d’information sur la question des Ape. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle, la plupart des gens qui parlent de ces Ape nourrissent la plupart du temps des craintes. Ces inquiétudes, plus ou moins fondées, s’expliquent par le fait que ces accords touchent le commerce, « levier sur lequel les Africains sont très désavantagés ».

Car le continent africain représente - 2% du commerce mondial. Pour lui, la solution ne se trouve pas dans les campagnes de contestation comme le font la plupart des contempteurs des Ape. Mais « il faut montrer les avantages et les inconvénients de ces accords », estime le conférencier. Une tâche dont doivent s’acquitter l’Union européenne et les dirigeants africains.

Dans le même temps, il est d’avis que l’Afrique doit s’ouvrir au monde. « Le protectionnisme, indique-t-il, ne marchera jamais pour l’Afrique ». Il en veut pour preuve les projets d’intégration économique mis en place en Afrique et qui ne lui ont jamais permis de se développer. Car les économies se cherchent encore. C’est pourquoi, il suggère la signature de ces accords à la seule condition qu’ils aillent dans le sens de la courbe de croissance et d’exploitation et d’amélioration de l’environnement des affaires des pays africains. Quant au respect des engagements pris par l’Union européenne vis-à-vis de l’Afrique, Christophe Devroey, représentant l’Ue au cours de ce débat, se veut rassurant.

« Cependant, l’Afrique doit prendre sa destinée en main », juge-t-il. Il prend ainsi l’exemple de la Corée du Sud, qui était il y a 30 ans au même niveau que l’Afrique, mais qui a pu se développer et être parmi les pays les plus industrialisés du monde, en ouvrant ses marchés. Cela sans recevoir aucune aide étrangère.

La rencontre a permis aux jeunes Africains réunis et regroupés en réseau de s’imprégner de la question des Ape et d’avoir le maximum d’informations, par le biais notamment de spécialistes de la question.

Source: Le Soleil

Article Lu 1540 fois

Vendredi 1 Février 2008

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State