Référence multimedia du sénégal
.
Google

MANIFESTATION A LA MEDINA: Ali Haïdar blessé par balle

Article Lu 13674 fois


Aly Haïdar : «Le policier voulait m’atteindre»

Les membres du Collectif pour la défense et la réhabilitation du stade Assane Diouf avaient promis de mettre le feu sur l’Avenue Malick Sy, samedi dernier, il n’en a rien été. Ils n’ont pas osé défier les policiers qui ont assiégé cette avenue. La tentative de manifestation qu’il y a eu, est venue des membres de la Coalition Benno Siggil Senegaal. Le mouvement a été très vite étouffé par les limiers qui n’ont pas fait de sentiment.



MANIFESTATION A LA MEDINA:  Ali Haïdar blessé par balle
Samedi dernier, les membres du Collectif pour la sauvegarde et la réhabilitation du stade Assane Diouf ont perdu leur première bataille. En conférence de presse, mardi dernier, ils déclaraient qu’ils manifesteraient avec ou sans autorisation. Ils n’ont pas tenu promesses, ils n’ont pas osé affronter l’impressionnant dispositif déployé par la Police pour faire respecter l’arrêté préfectoral interdisant leur manifestation.

Rebeuss était comme en état de siège, les policiers n’ont pas lésiné sur les moyens pour faire régner l’ordre sur l’avenue Malick Sy qui jouxte la direction de la Sûreté nationale et la caserne de Police. Des patrouilles étaient organisées dans les quartiers de la Médina, de la Gueule Tapée, de Rebeuss jusqu’au Plateau. La Police à pris toutes les dispositions pour éviter toute surprise, même des agents en civil écumaient ces quartiers.

Le sit-in était prévu pour seize heures. Le moment venu, les policiers redoublent d’attention, tout passant suspect était fusillé du regard et tout attroupement, systématiquement dispersé. Une heure de temps après, toujours rien à signaler, les habitants de Rebeuss semblaient avoir abdiqué. Vers 17 heures et demi, les policiers embarquent dans leurs fourgons en catastrophe. Une manifestation vient d’éclater à la rue 6 de la Médina. Elle est improvisée par les membres de la Coalition Bennoo Siggil Senegaal, qui venaient de finir une conférence de presse à la Médina où ils présentaient leurs candidats investis pour les élections locales à venir.

Khalifa Ababacar Sall, le chef de file de Benno Siggil Senegaal, a appelé à ses militants et sympathisants à marcher sur Rebeuss pour soutenir «leurs frères» dans leur combat pour la sauvegarde du stade Assane Diouf. Le mouvement a alors pris la direction de l’Avenue Malick Sy où le sit-in était prévu. Très vite, les policiers les coincent à l’angle 9 de la rue 6. Quelques grenades lacrymogènes ont suffi pour tuer la détermination des manifestants. Les principaux dirigeants du mouvement ont mis à contribution leur talent de sprinters pour se réfugier dans une maison, dans un tohu-bohu général.

HAIDAR TOUCHE

Ali El Haïdar, lui n’a pas eu cette chance, il a été appréhendé par les policiers qui ne lui ont pas fait de cadeau. Pendant cinq bonnes minutes, il a vécu l’enfer. Les policiers l’ont malmené, le balançant de gauche à droite, alors qu’il se débattait pour leur échapper. Ils finiront par le laisser non sans le marquer. Pendant qu’il se sauvait, les limiers lui tirent, dans le dos et à bout portant, de petites balles en caoutchouc. Il parvient à rejoindre les siens dans la maison qui leur sert de refuge. Son état témoigne du calvaire qu’il vient de vivre. Dans la maison-refuge, il passe quelques minutes debout, le regard évasif. Ses camarades lui trouvent un banc. Il s’assoit, retrouve ses esprits et constate les dégâts. Il fait l’inventaire des lésions que les balles en caoutchouc lui ont laissé sur la peau.
Malgré cette épreuve, Ali El Haïdar, encore sous tension, n’entend pas abdiquer. Sur un ton virulent, il a déclaré que «la Coalition Bennoo Siggil Senegaal va se réunir pour prendre les dispositions nécessaires pour organiser la résistance, pour répondre à l’Etat voyou».

A l’intérieur de la maison-refuge, les esprits s’échauffent et on profère toutes sortes de menaces, mais les ardeurs sont émoussées par les policiers qui montent la garde dehors. Toutes les entrées et sorties sont minutieusement filtrées et tout attroupement interdit.

Entre temps, on apprend que des membres de la Coalition Bennoo Siggil Senegaal viennent d’être arrêtés. Leur chef de file sort pour s’enquérir de la situation. Un policier lui indique : «M. Sall vous rentrez ou on vous dégage !», il s’exécute. Ses camarades Me Birram Sassoum Sy, Thioye Bâ, Bira Kane Ndiaye et deux autres membres de la Coalition, sont embarqués par les policiers, sans trop d’explications.

Vers 18 heures, la circulation reprend normalement et, les badauds venus assister aux manifestations se dispersent.

BARTHELEMY DIAS DECU PAR LES JEUNES DE REBEUSS

Les journalistes s’apprêtaient à se disperser quand une information confidentielle leur parvient vers 19 heures. Barthélemy Dias n’a pas encore dit son dernier mot. Il promet de «mettre le feu» sur l’avenue Blaise Diagne. Ils se déportent sur les lieux et font le pied de grue durant une bonne demi-heure, mais rien ne se passe. Quelques minutes plus tard, on apprend que le leader des jeunesses socialistes vient de renoncer, il serait déçu par les jeunes de la Médina, qui ne semblent pas trop motivés par sa décision.

Durant tout ce temps, pas la moindre tentative des dirigeants du Collectif pour la sauvegarde et la réhabilitation du stade Assane Diouf, qui ont menacé de manifester, quoi qu’il advienne. La démonstration de force de la Police a eu raison de leur détermination. Ils ont complètement disparu de la circulation. Les échauffourées de la Médina ont été portées par les membres de la Coalition Bennoo Siggil Senegaal. Mais là aussi la Police, en moins de trente minutes, a étouffé le mouvement et mis ses dirigeants au pas.

Aly Haïdar, membre de Benno Siggil Senegaal, sur son agression : «Le policier voulait m’atteindre»

Touché au rein par une des balles blanches que la Police a utilisées, Ali Haïdar, membre de la Coalition Benno Siggil Senegaal, parle de «terrorisme» exercé sur les leaders des partis de l’opposition qui sont dans une dynamique de faire bonne figure en vue des prochaines joutes électorales, prévues dans un mois. «Ce que la Police fait actuellement, de concert avec le parti au pouvoir, a pour dessein de terroriser l’Opposition», souligne-t-il. Mais, pour Haïdar, ses camarades ne vont pas se laisser faire, parce qu’ils vont se battre pour rétablir la Justice et la démocratie au Sénégal.

Revenant sur l’agression qu’il a subie de la part des policiers. «J’ai reçu une balle au niveau du rein. Je ressens une douleur vive. J’ai des hématomes et la brûlure sur la peau», l’écologiste ajoute que le policier tireur l’«a fait sciemment». «Il voulait m’atteindre. Il a tiré la balle à bout portant alors qu’il était à deux mètres de moi». La victime soutient aussi qu’il ne va pas porter plainte, parce que sachant «les artifices de la Justice complice», la plainte ne saurait aboutir, s’il la portait plainte contre la Police.


3 SOCIALISTES, 3 MEMBRES D’AJ ET 1 DU FSD-BJ TOUJOURS A LA POLICE

En ce qui concerne les 8 personnes détenues au commissariat de Dakar, Khalifa Sall, joint au téléphone, investi aussi sur la liste Benno Siggil Senegaal pour briguer le poste de maire de Dakar, avance que les détenus sont toujours placés en garde à vue et que jusqu’à présent, ils ignorent les raisons pour lesquelles ces personnes sont arrêtées. D’après le chargé des élections du Parti socialiste, les interpellés sont trois militants du Parti Socialiste, trois d’Aj/Pads, un du Fsd/Bj de Cheikh Bamba Dièye et un rappeur dont le nom n’a pas été évoqué.

Seulement, M. Sall soutient qu’ils ont commis des avocats pour les tirer d’affaire.


Source: le Quotidien

Article Lu 13674 fois

Lundi 23 Février 2009





1.Posté par algebre le 23/02/2009 13:41
mo yene et votre titre la nak :Ali Haidar touché par belle . titel nguen ma sakh . bay len yokk

2.Posté par alain le 23/02/2009 13:42
comme le dit le chanteur ivoirien TIGUENE JAHFA....................je le cite ( mon pays va mal.......................) fin de citation

3.Posté par babs le 23/02/2009 15:37
méééééééééééééééééééééééé séénégal mooooooooo néééééééééééx

4.Posté par cow boy le 23/02/2009 16:29
ce nar est un anarchiste ou quoi

5.Posté par Badiane le 23/02/2009 18:54
"Tirez, tuez autant que vous voudrez .La vie de ces individus n'a aucune valeur sur les marchés financiers. Dailleurs , beaucoup parmi eux préféreraient mourir pour échapper à la misère quotidienne qu'ils vivent", aurait affirmé un jour Mobutu Sese Seko. L'ancien conseiller du dictateur Zairois, Cheich T. Sy, ci-devant Ministre sénégalais de la répression, aurait-il fait sien ces propos de l'homme dont il fut un conseiller pendant de longues années?
Le prix du sang!C'est la compensation exigée des services de répression en guise de remerciement aux 50% d'augmentation de salaire promis par SA MAJESTE.
Silence et décisions de justice iniques! Telle serait la compensation exigée des magistrats et de certaines autorités religieuses en guise de reconnaissance à l'attribution gratuite de terrains par SA MAJESTE.
Le choix est donc clairement posé : d’un coté, les ennemis du peuple et leurs complices ; de l’autre, les dignes fils de ce pays qui ne vont jamais monnayé leur dignité pour courbettes payantes.

6.Posté par xoossi le 23/02/2009 19:34
NON !Ce homme est courageux et se bat au coté du peuple par principe.Et ce n'est pas un Nar,c'est un CITOYEN SENEGALAIS qui prends la defense des faibles et combat l'injustice.Cette balle ce sont les Ablaye makhtar diop ,amadou Dia Ba ,Youssou Ndour ,Bassirou Diagne ,Habibou Mountaga TAll... et tant d'autres qui devraient la prendre.
Les Senegalais sont devenus des laches ou quoi! faut se reveiller ! Ce pays nous appartient nous devons le revendiquer mais aussi le manifester.A rester chacun dans son cocon on finira des sujets sans auncun droit dirigés par une bande de mecréants et d'affairistes verreux.
ce Nar comme vous dites pouver se contenter de ses biens et vivre sans histoires,mais il a choisi le combats il est sur tous les fronts.Faut le louer mais pas l'insulter.Wassalam.

7.Posté par golo le 23/02/2009 23:05
c'est tous des poltrons. wade lui savait se battre quant il le fallait et n'avait pas peur d'aller en taule mais ces gougnafié qui veulent nous diriger sans pour autant se suer ni affronter les flics c'est dommage. nioune kay wade va nous tuer a petit feu avant que son fils ne vienne nous achever.....; on est foutu

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 11:44 Pénurie d’eau à Dakar : la véritable raison…

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State