Référence multimedia du sénégal
.
Google

MANIF : La police disperse la marche contre l’homosexualité

Article Lu 1471 fois


Même si la police est parvenue à disperser la marche contre les homosexuels, les manifestants, qui étaient très nombreux à l’appel, ont promis de poursuivre leur combat, jusqu’à ce que les homosexuels quittent le pays...

Imam Baye Niang et ses amis peuvent se sentir heureux. Malgré l’interdiction de leur marche par le préfet de Dakar, ils ont réussi l’essentiel : mobiliser dans le cadre d’un combat le maximum de Sénégalais autour de la délicate et complexe question de l’homosexualité. En effet, rarement la fin de prière de vendredi a été aussi mouvementée comme celle d’hier. A peine la prière terminée, une foule nombreuse s’est dirigée vers les locaux de la Rts, à une vingtaine de mètres de la Grande mosquée. Elle scandait : « Allahou Wahidoun », et brandissait des pancartes sur lesquelles on pouvait lire : « Non à la dépénalisation de l’homosexualité » ou encore « Protégeons notre pays de Satan ».

Seulement, en face, les forces de l’ordre veillent au grain et filtrent le moindre passage. Au fur et à mesure que la foule avance, le climat s’échauffe avant de finir par se tendre. Pas besoin de mentionner la suite pour une marche interdite par un arrêté du préfet de Dakar. Pierres par-ci, lacrymogènes par-là. L’ambiance était électrique et indescriptible. On se croirait en plein intifada ! Quelques instants après, certaines radios annoncent des arrestations. Comme celles de l’imam Alioune Sall de Sud Fm et d’El Hadj Ndiaye de « Wacco alternance ». Qu’à cela ne tienne, les manifestants sont plus que jamais décidés à en découdre avec les policiers. En lançant des pierres et allumant même des pneus sur les Avenues Malick Sy et Blaise Diagne. « On ne peut pas accepter qu’on nous prive de notre droit de marcher », déclare Serigne Baye Dame, pour expliquer leur détermination. Et d’ajouter : « Dans ce pays, les étudiants, les femmes, les médecins, les ouvriers, etc., tout ce monde marche quand il veut. Mais, quand il s’agit de fidèles soucieux de l’avenir de leur foi qui veulent se prononcer, on leur dit niet. Nous ne l’acceptons pas ». Même son de cloche chez Ndèye Fatou Dramé qui précise que cette manifestation n’est nullement une défiance à l’égard des autorités. « Si nous avons voulu marquer ce jour, c’est parce que le pays qui a vu naître de grandes figures comme Serigne Ahmadou Bamba, El hadj Malick Sy, Baye Niass, El hadj Omar, entre autres, ne doit pas accepter l’homosexualité », explique la dame, voilée et tout de noir vêtue. « Il est inacceptable que le Sénégal tolère des relations contre nature.

Tous les croyants de ce pays doivent se lever pour dénoncer ces dérives qui risquent de nous mener tous en enfer », lance, pour sa part, Ibrahima Sène qui appelle tous les hommes de Dieu à prendre leurs responsabilités. Quant à Rahmane Touré de l’Association des étudiants musulmans de l’Université de Dakar (Aemud), il souligne qu’avec le mariage des homosexuels, c’est la jeunesse, l’avenir du Sénégal, qui est interpellée. « Les jeunes ne doivent pas accepter que le Sénégal soit sali par des gens pervertis », estime le jeune Touré. Dans tous les cas, la lutte contre la dépravation des mœurs et l’homosexualité est loin de se terminer. Du moins si on croît l’imam Ousseynou Touré. Le combat, dit-il, va continuer jusqu’à ce que les homosexuels quittent le Sénégal...

Source: Le Soleil

Article Lu 1471 fois

Samedi 16 Février 2008

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State