Référence multimedia du sénégal
.
Google


hh



MALICK NOEL SECK, COORDONNATEUR DE LA CONVERGENCE SOCIALISTE : «Tout le monde sait que Tanor signifie la mort du Parti socialiste»

S’il ne dépendait que de Malick Noël Seck, Coordonnateur de la Convergence socialiste (Cs), Ousmane Tanor Dieng aurait quitté la tête du Parti socialiste, depuis belle lurette. Il le réafirme dans cet entretien



MALICK NOEL SECK, COORDONNATEUR DE LA CONVERGENCE SOCIALISTE : «Tout le monde sait que Tanor signifie la mort du Parti socialiste»
Quel commentaire faites-vous de la décision du Bureau politique dudit parti de mettre en jeu le poste de Secrétaire général ?

Nous attendions plus que ça, à savoir que le Secrétaire général respecte sa parole, en confirmant, comme il l'avait dit dans son interview du 18 janvier 2012 accordée à Jeune Afrique : «Que je perde ou que je sois élu, je laisserai la place». Au lieu de cela, il entretient un suspense, il envoie ses femmes exiger son maintien, se demandant s'il va accéder ou non à leur demande. Cela sent le «Wax waxeet». Il s'accroche comme il peut, Ousmane Tanor Dieng nous dirige sans succès depuis 1996. Il serait indécent pour lui de briguer un troisième mandat. J'espère qu'il vaut mieux que Wade. Son impopularité est telle, que des hommes comme Moustapha Niasse, qui avait choisi de quitter le parti, lorsqu’il leur fut imposé sous les yeux de nos instances, font un meilleur score que lui. Que dire de plus ? Devons-nous continuer à nous abriter derrière les instances et les règles périmées qui nous font perdre depuis douze ans ?

Que prônez-vous alors ?

Il nous faut revisiter nos règles et nos procédures qui datent du parti unique. Celles-ci n'ont pas su nous préserver de cette succession d'échecs que nous subissons depuis 2000. Un membre du Bureau politique me révélait que «tout le monde sait que les dés sont pipés et que les instances telles qu'elles existent sont faites pour maintenir le statu quo, le consensus forcé, le vote à main levée ou par applaudissement, au sein d'un Congrès, où la moitié des représentants socialistes seront absents et où l'on veillera à remplir la salle d'une foule qui, sans le savoir, viendra applaudir la faillite du parti». Ça ne fera que nous précipiter dans un abîme sans fond. C'est, aujourd'hui, qu'il faut sortir, s'exprimer, et se battre pour le Sénégal.

Si Tanor Dieng ne postule pas à ce poste, qui sera le meilleur candidat ?

Tanor a été rejeté par 89% de l'électorat. Il sera difficile à son successeur de faire pire. Tout le monde sait que Tanor signifie la mort du Parti socialiste. Les manipulations auxquelles il s’est livré pour rejoindre dans l’urgence «Benno bokk yakaar», pour mieux diluer son impopularité dans une alliance contre-nature, a, d’ores et déjà, compromis une victoire possible du Ps aux élections de 2017. L'essentiel est que nous ayons un candidat qui ne portera pas les stigmates de la collaboration avec le régime de Macky Sall.

POP Barka Isma BA,Moustapha BA & Ibrahima SALL

Lundi 17 Septembre 2012




1.Posté par hamedin le 18/09/2012 07:33
Les propos de Malick Noël Seck ne surprennent que ceux qui s´entêtent à s´embourber dans la célèbre politique de l´autruche: enfoncer sa tête dans le sable à l´approche d´un danger, croyant ainsi ne pas être vu par la menace qui s´approche à grands pas…
Etre membre du PS est déjà signe de manque total de patriotisme. Ce parti devrait être porteur d´une mission historique: construire la base du développement du Sénégal et, au delà, celle du continent Africain qui sortait à peine du joug colonial. IL a totalement échoué dans cette noble mission. Le parti qui se dit socialiste n´avait qu´une seule mission: protéger les intérêts de ses maîtres français. De Senghor à Ousmane Tanor Dieng cette politique de soumission totale aux intérêts français n´a pas varié. Les intérêts du peuple sénégalais ont toujours été le cadet des soucis de ce parti vassal du néo-colonialisme occidental. Cette soumission se poursuit à travers les propos macabres du meurtrier Barthélémy Dias: «Entre l’argent, les privilèges et le Sénégal, il choisira toujours l’argent. Celui qui dit que si rien ne marche, «il pourra toujours retourner aux Etats-Unis, puisque qu’il est Américain»… Et pourtant Malick Noël Seck qui veut se construire aujourd´hui une virginité politique ne quitta pas tout de suite ce renégat qui ne fit que dire sa vérité, ne le dénonça pas officiellement pour que le peuple sénégalais combatte un tel monstre, ne tenta pas de la faire démissionner et de quitter le Sénégal pour retourner aux U.S.A.
Le Sénégal est pauvre parce qu´ayant comme dirigeants de tels êtres. Des êtres sans éthiques. On est vraiment en droit de se demander où va le Sénégal…

2.Posté par amy le 18/09/2012 15:36
Tanor moye sa baye di bayou party bi tél sa gate gui té noupi khamo guate ldi oudoul wakh meuno niew démb di boukhanté bagnil défar yagui si alba di takhawalou merde

3.Posté par mia le 18/09/2012 15:39
sa bopp bou rey ndayam bi feeme la way!

4.Posté par aliou le 18/09/2012 15:45
ki badola la diaroul kham diko maye béne cote bi c le prire ds domerame tanor dou sa morome sa baye la déf ka ni sa baye so ko meunoul nga bayiko imbecile

Nouveau commentaire :
Twitter








Plateforme d’information et d’intéraction a temps réel
Optimisé pour être vu en 1024x768 I.E. 6.0 ou plus récent

Info sur Xibar.net | Conditions d'utilisation | Données personnelles | Publicité | Aide / Contacts |
Copyright © 2007 Xibar multimedia Tous droits réservés