Référence multimedia du sénégal
.
Google

MALGRE UN SIEGE FONCTIONNEL SUR LA VDN: Le Comité directeur du Pds continue de squatter le Palais

Article Lu 1683 fois

Le Pds tient son comité directeur au Palais. Naguère dénoncée avec virulence par les nouveaux tenants du pouvoir, cette pratique relève de l'atavisme. Aussi, au sein du pouvoir comme au niveau de l'opposition, il ne manque pas des esprits pour en dénoncer la persistance.



MALGRE UN SIEGE FONCTIONNEL SUR LA VDN: Le Comité directeur du Pds continue de squatter le Palais
Bien qu’il ait un siège ultra-fonctionnel sur la Vdn, le Pds continue à réunir son comité directeur au Palais de la République. Du moins chaque fois que Me Wade préside cette instance. Un ‘sacrilège’ qui n’est pas pour plaire à tout le monde. Un des gardiens du temple libéral qui requiert l’anonymat n'y va pas avec le dos de la cuiller pour se dire ‘foncièrement contre’ la pratique. Cela, pour des raisons qui tiennent à une triple dimension :
historique, morale et politique. ‘Historiquement, lorsque le Parti socialiste se réunissait à l'Assemblée nationale, le Pds avait été le premier à fustiger le fait’, rappelle-t-il. Et puis, ‘moralement et politiquement, nous ne devons pas faire moins que les socialistes’, poursuit le camarade de Wade qui trouve ‘inacceptable que les réunions du comité directeur se tiennent ailleurs qu'à la Permanence du parti’. Ses camarades libéraux justifiant la tenue des réunions de cette instance au Palais par le souci de contourner les engorgements de la circulation que les déplacements du Secrétaire général national pourraient créer, lui pense que ‘l'argument ne résiste pas à l'analyse’. Parce qu'‘il (Me Wade) se déplace tout le temps et crée des embouteillages partout’. Très remonté, il fustige le comportement des tenants de ce discours de légitimation. Selon lui, ‘ils n'y croient même pas ; leur seul souci c'est de plaire au président de la République dont ils assimilent les déclarations au Coran ou à la Bible’. S'inscrivant en faux contre l'argument invoqué supra, il conseille aux courtisans du président de la République de ‘lui dire la vérité’. Et la vérité c'est que le ‘le comité directeur du Pds doit se réunir à la permanence nationale’. Sinon, prévient-il, ‘ce sont les gouvernances et les préfectures qui risquent d'être prises d'assaut par les fédérations locales du Pds qui seraient tentées d'y tenir leurs réunions’. En un mot comme en mille, il rappelle à ses camarades que ‘le Pds est une association privée, la Présidence de la République, un bien public’.

Pas éloigné de cette analyse, un responsable du Jëf-Jël ramène la question au niveau du rapport entre le protecteur des institutions que devrait incarner Me Wade et ces mêmes institutions. S’exprimant lui aussi sous le couvert de l’anonymat - il n’a pas reçu mandat de son parti pour s’exprimer sur ce sujet - il pense que le fait que le Palais de la République serve de cadre de réunion pour le comité directeur du Pds est la preuve que ‘Wade ne respecte pas les institutions’. Faisant le rapprochement entre cette situation et le combat contre le cumul des fonctions que menait son parti du temps du Parti socialiste, le camarade de Talla Sylla pense que le débat repose ‘la pertinence de la revendication du Jëf Jël’ visant à empêcher le cumul des casquettes de chef de parti et de président de la République.

Pour rappel, depuis qu'il a pris le pouvoir, le Pds réunit son instance suprême à la Présidence de la République. Qu'elle s'appelle Comité directeur ou Direction politique nationale hiérarchisée (Dpn), cette structure présidée par le Secrétaire général national du Pds s'est toujours vu ouvrir les grilles du palais présidentiel pour tenir ses réunions à la mythique et non moins symbolique salle des banquets. De sorte qu'à force de se succéder dans la même salle et avec (à quelques exceptions près) les mêmes personnes, la même fréquence, Conseil des ministres et comité directeur du Pds ont fini par se ressembler. Alors, la banalité a fini par prendre possession des lieux et à en gangrener l'image. Pourtant, dans les années 90, un certain Iba Der Thiam avait adressé une lettre ouverte au président de la République d'alors pour dénoncer le fait que le Parti socialiste réunisse ses instances à l'Assemblée nationale. Cette complainte, qui n'était pas tombée dans l'oreille d'un sourd, avait obligé le Parti socialiste à déménager les réunions de son bureau politique à la permanence de Colobane. Passé de l'opposition au pouvoir, le Pds reprend à son propre compte les pratiques naguère décriées du Parti socialiste. De sorte que c'est aujourd'hui à une levée de boucliers que le Pds doit faire face. Y compris dans ses propres flancs.

Source: Walfadjri

Article Lu 1683 fois

Samedi 18 Octobre 2008




Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State