Référence multimedia du sénégal
.
Google

MAIS DANS QUEL PAYS SOMMES-NOUS ?

Article Lu 1532 fois

« Les injures sont les raisons de ceux qui ont tort »

[Fénelon]



A entendre Babacar Gaye, Doudou Wade et consorts, proférer des menaces et injures à l’endroit de citoyens libres et à part entière, qui ont eu pour seul tort, l’intention de réfléchir sur la situation difficile et qui perdure de notre pays, à travers des assises nationales, en vue de trouver des solutions idoines durables et consensuelles, il y a lieu de se poser des questions. A savoir si ces gens là, comprennent et savent ce que veut bien dire la république et les droits et libertés qui sont attachés à la citoyenneté, en tant que, statut.

Le peuple sénégalais est pris à témoin et ceux parmi nous, qui sont de bonne foi peuvent attester que les hommes du pouvoir dépassent les limites du tolérable, si tant est, qu’ils savent ce que veut dire limite. Cette attitude puérile et leur argumentaire à la fois, consistant à dire, qu’ils représentent 56% des suffrages exprimés, donc majoritaire –ils oublient toutefois que celle-ci est très loin de la majorité sociologique- par conséquent les 44% et tous les autres sénégalais,qui restent sont dénués de tout droit ; de protester, de s’organiser et pourquoi pas de s’opposer au régime en place, selon les règles démocratiques établies par la Constitution dans un Etat de droit, si telle est leur volonté.

Il est généralement admis que le respect de l’adversaire est une preuve de grandeur pour les hommes d’honneur. Malheureusement du côté de Me Wade et ses souteneurs, cela leur est totalement étranger.

Comment des énergumènes, je devrais dire des va-nu-pieds qui n’ont jusqu’ici rien apporté de significatif à leur pays, mais qui plutôt, ont profité du pouvoir qu’ils détiennent pour se tailler des privilèges exorbitants ; osent-ils s’attaquer impunément à des hommes et femmes aussi respectables et respectés, qui n’ont fait que répondre favorablement à l’appel de leur peuple ? Des hommes qui ont servi loyalement et dignement au nom de leur pays, la communauté internationale avec beaucoup de satisfaction ; ceci après s’être acquittés de leurs tâches premières à savoir, servir la patrie sur le sol national. Il ne fait l’ombre d’un doute pour aucun sénégalais doué de raison et de bonne foi, que ces concitoyens là, sont des patriotes au service de leur pays. La moindre des choses que nous puissions faire, c’est d’être reconnaissants envers eux et fiers de les compter parmi nous.

Alors, au nom de quoi et sur quelle base, peut-on interdire ou reprocher à d’honorables citoyens et patriotes, de tout subordonner, pour réfléchir sur les problèmes et difficultés de leur pays aux fins de leurs trouver des solutions justes et durables. Ce n’est qu’au Sénégal sous le régime libéral, qu’une idée aussi idiote peut germer.

Il est aujourd’hui tout à fait avéré pour la majorité des sénégalais conscients, que les hommes du camp présidentiel n’ont rien d’autre que l’injure à la bouche –cette arme des faibles pour contraindre- à la place des arguments solides pour convaincre.

La crise au Sénégal ne se discute plus, en tout cas, pour tout homme honnête, avisé et impartial ; parce qu’elle est évidente et même de plusieurs ordres. En 8 ans seulement, le pouvoir de Me Wade a procédé au moins à trois emprunts obligataires, signe évident que nos finances se portent très mal. La dette intérieure n’arrive pas à être soldée, ce qui met les entreprises de la place et l’économie en générale dans des difficultés énormes.

L’agriculture à un mois de l’hivernage, ne trouve pas encore assez de semences de qualité et d’engrais. Tous les programmes économiques et sociaux ont tous, successivement lamentablement échoué, les uns après les autres. Les échecs de Me Wade quasiment dans tous les domaines, sont patents. Alors, signe d’incompétence ne peut être plus éloquent. La preuve, Me Wade ne fera jamais le bilan de sa gestion aux Sénégalais. De ces gens là, il n’y a rien à attendre. Le plus tôt qu’ils partiront, mieux ce sera pour les Sénégalais. Dés lors, il est du devoir de chaque citoyen sénégalais conscient de ses responsabilités, de ne pas croiser les bras ou de rester indifférent par rapport à la situation qui prévaut en ce moment.

C’est pourquoi, tout le monde devrait saluer l’initiative de la tenue, de ces assises venues à son heure et souhaiter, que leurs travaux soient couronnés de succès, dans l’intérêt bien compris du peuple sénégalais tout entier.

Véritable paradoxe non ! Au même moment où, des Sénégalais conscients de leurs responsabilités vis-à-vis de leur peuple, se font des soucis et se penchent avec sérénité sur la situation difficile du pays, par la tenue d’assises nationales d’autres, non loin du Palais de la république, sous les yeux du Premier ministre figurant, des membres du gouvernement et presque l’essentiel des autorités de la république, se retrouvaient au Théâtre National Daniel Sorano pour une cérémonie, tout à fait à l’opposé des assises, d’exhibition honteuse de richesse, de provenance douteuse.

Cet étalage, signe extérieur de richesse, devant un peuple qui peine à manger à sa faim, est vraiment de l’indécence pour ne pas dire de l’injure faite au peuple sénégalais. Ces sommes gaspillées au cours de ces Xavaré et manifestations folkloriques, sont pourtant le fruit de nos labeurs, elles auraient bien pu servir à soulager la souffrance dans nos campagnes où, la famine sévit à grande échelle, plutôt que de servir à fabriquer des riches artificiels fossoyeurs de l’économie nationale. Ce genre de sénégalais, ne nous mènerons nulle part, si ce n’est vers l’abîme.

Alors messieurs les « marabouts, autres guides religieux » et simples citoyens, entre ces deux groupes de citoyens, de quel côté vous vous situez ? C’est le moment et le lieu pour les médiateurs neutres, les chefs religieux et toutes les bonnes volontés, épris de paix, défenseur de la cohésion et de l’unité nationale, pour la sauvegarde des libertés et des droits des autres citoyens, de se faire entendre et de faire leur choix.

Chers compatriotes, soyons justes, car Dieu n’aime pas les hypocrites et pour être fidèles à ses recommandations, personne ne devrait fermer les yeux sur des pratiques qui frisent l’infamie.

Il me semble que Me Wade vit le complexe d’un mal élu et cela lui trouble la conscience en permanence sinon le sommeil. Ainsi, le syndrome de cette fameuse victoire arrachée, le poursuivra comme l’œil de Caïn, partout où il ira. Me Wade chef de l’Etat, qui devrait être le gardien de l’ordre public et du respect des textes en vigueur, ne lève jamais le plus petit doigt pour mettre en garde ou sanctionner ses partisans, qui commettent des actes de banditisme, violent et font fi des lois et règles d’un Etat de droit à longueur d’années. Par exemple, comment un ministre peut refuser à un syndicat, le dépôt d’un préavis de grève qui est bien prévu par nos lois ? Mais dans quel pays sommes-nous ?

Il faudra que Babacar Gaye, Farba Senghor et consorts se détrompent et reviennent à la raison au plus vite. Qu’ils sachent que ce pays le Sénégal, n’est pas un territoire conquis par leur maître, armes à la main ou hérité de ses parents. Il est vrai, qu’il est parvenu aujourd’hui, à transformer un nombre important de nos compatriotes en larbins grâce à l’argent et le pouvoir que nous lui avons confié. Mais, que Me Wade ne se fasse pas d’illusion, à l’exemple de ceux qui ont tenu ces assises, il y aura encore d’autres sénégalais qui se dresseront pour faire face et empêcheront que notre pays, ne soit transformé en une monarchie, n’en déplaise aux larbins.

Il est tout de même amer, de constater que, notre pays, depuis l’avènement de l’alternance perd une à une toutes ses valeurs et les plus sures malheureusement. En effet, ces malades qui nous gouvernent sont incapables de concevoir aujourd’hui, l’existence de la justice, du droit, de la liberté et une limite à ne pas franchir, en dehors de leur prisme. Voici des parvenus, rejoints par des transhumants, qui se sont accaparés du pouvoir et qui n’entendent plus le quitter par les voies et règles fixées par la constitution. Tout obstacle constitutionnel, moral, éthique, physique ou quel qu’il soit est balayé systématiquement, sans aucune forme de respect à la loi et sans état d’âme.

Cela fait 8 ans de pouvoir libéral, que les Sénégalais s’accommodent de leurs bévues, tolèrent leur arrogance, évitent les casses, supportent la vie dure, attendent patiemment les échéances électorales prévues par les textes, mais tout cela ne leur suffit pas car, ils furent, sont et demeureront toujours des hors-la-loi, rien n’y fait. Leur véritable objectif dissimulé, c’est de faire de ce pays une monarchie avec Me Wade comme souverain.

Les assises nationales, que Me Wade et son camp considèrent, sans avoir le courage de le dire ouvertement, comme une menace sérieuse à leur existence, n’a pas encore fini de semer la panique en leur sein. Ils ont cessé toute activité tant au niveau gouvernemental que du parti, pour contrecarrer les assises. C’est pourquoi, imperturbable, toutes les forces vives de la nation attachées encore à nos valeurs, devraient se mobiliser pour conduire, les assises jusqu’à leurs termes, avec détermination, dignité et fermeté, uniquement dans l’intérêt du peuple sénégalais. Les calomnies, les diffamations, les intimidations et les menaces proférées, ne devraient pas nous détourner des objectifs de ces assises, qui sont pour beaucoup de Sénégalais une raison majeure d’espérer.

Cette agitation des fous du village et leur commanditaire, devrait être un motif réel et suffisant pour amener tous les Sénégalais qui n’en peuvent plus, qu’ils soient de la diaspora ou sur le sol national, de se mobiliser fortement pour la réussite des assises. Nous devons faire preuve de maturité parce que nous sommes dans notre bon droit de citoyen. Trop c’est trop !

« Le mépris efface l’injure plus vite que la vengeance »

Thomas Fuller

Mandiaye Gaye
BP 1600 Dakar
Gaye_mandiaye@hotmail.com

Source: Sud Quotidien

Article Lu 1532 fois

Lundi 16 Juin 2008

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State