Référence multimedia du sénégal
.
Google

MAGAL DE TOUBA ENTRE LE COMMERCE ET LE TRANSPORT: Les bonnes affaires de Borom charrette et Saa tailleur

Article Lu 1833 fois

Pendant le Magal de Touba, presque toutes les activités marchent dans la capi­tale du mouridisme. Mais ce sont surtout Borom charrette et Saa tailleur, comme chantés par Oumar Pène et Papa Ndiaye Thiopet, qui se frottent les mains.



MAGAL DE TOUBA ENTRE LE COMMERCE ET LE TRANSPORT: Les bonnes affaires de Borom charrette et Saa tailleur
À Touba, l'essentiel du trans­port est assuré par les charrettes tirées par des chevaux. Mais les propriétaires et conducteurs n'habitent pas tous la ville de Touba. Ils viennent pratiquement de toute la région de Diourbel et même d'ail­leurs. C'est que pendant la période du Magal, les Borom charrettes font tous de bonnes affaires à Touba. En réalité, la charrette fait partie du quotidien des populations de Touba. C'est d'ailleurs le moyen le plus utilisé ici pour aller de quartier en quartier. Et les prix sont appli­qués selon la distance. «je viens d'un village situé à quelques kilo­mètres de Diourbel Mais je suis à Touba depuis plus d'une semaine, » confie un jeune charretier rencon­tré aux abords de la grande mos­quée de Touba, à une semaine du Magal. Sa présence à Touba, Ousmane l'explique par le fait que, selon lui, « il n y a plus rien à faire au village.» Alors que, poursuit-il, «ici à Touba, je gagne bien ma vie sur­tout avec le Magal.»

Seulement, Ousmane, comme les autres conducteurs de charret­tes, reste conscient des difficultés liées à la circulation qui devient pratiquement impossible pendant la période du Magal. D'ailleurs, l'on se rappelle que du temps de feu Serigne Saliou, des mesures étaient toujours prises pour interdire aux calèches la circulation dans cer­tains axes de la ville pendant le Magal. Mais cette année, il n'y a pas encore de mesures formelles dans ce domaine. Du moins jusqu'à une semaine de l'événement. Ce qui fait que les charrettes sont devenues un véritable danger pour les auto­mobilistes.

Du côté des tailleurs aussi, les affaires marchent. Parfois même mieux que pendant des fêtes comme la Tabaski ou la Korité. Patron d'un atelier de couture au Centre commercial Keur Serigne Fallou, Cheikh Mbacké Mbow confirme : «En période de Magal, les ateliers sont assaillis. Il y a beau­coup plus de commandes.» Et Mbow de poursuivre : «Sur ce point, le Magal est imbattable. je crois que cela s'explique par le fait que le Magal ne se passe qu'à Touba alors que la Korité et la Tabaski, c 'est partout.» A l'en croire, les femmes. sont meilleures clientes que, les hommes. Je passe la nuit à l'atelier. pendant la période du Magal», confie Cheikh Mbacké Mbow, avec un sourire qui en dit long sur les bonnes affaires qu'il est en train de réaliser.

Source: Walf Gran Place

Article Lu 1833 fois

Mardi 26 Février 2008





1.Posté par Jop le 26/02/2008 21:11


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 11:44 Pénurie d’eau à Dakar : la véritable raison…

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State