Référence multimedia du sénégal
.
Google

MAGAL 2008: Les commerçants bazardent leurs dernières marchandises

Article Lu 1434 fois

Touba se vide. Les pèlerins venus commémorer le 113e Magal ont commencé de reprendre le chemin de retour depuis mardi dernier. La vague de personnes se poursuit laissant derrière elle une ville inondée d’ordures de toutes sortes. Les sachets d’eau vides, des tas d’immondices jalonnent les artères de la cité religieuse. C’est dans ce décor peu reluisant que les commerçants et les marchands ambulants tentent d’écouler leurs dernières marchandises. Avec des mégaphones, ils ont supplanté les récitals de khassaïdes. Les seules voix désormais audibles sont les leurs, si ce ne sont les klaxons de voitures, les sirènes de Sapeurs pompiers et autres voitures.



Et pour ne pas ramener, dans leur différente localité, les produits et autres marchandises qu’ils avaient acheminés vers Touba, les commerçants ont tout simplement décidé de baisser les prix. La réduction a atteint 50 %, voire plus. Et les prix varient entre 100 et 3000 F Cfa. Les jeunes filles trouvées sur les lieux témoignent. “C’est une aubaine. J’ai payé des « body » à 300 F Cfa l’unité alors qu’à Dakar, je suis obligée de débourser plus“ soutient Aïcha. Sa camarade de renchérir : “nous avons attendu la dernière journée pour faire nos achats. C’est juste des viatiques que nous allons offrir à des amis. Et hier, quand nous étions de passage ici, ces mêmes « body » valaient 500 F Cfa. Aujourd’hui, ils ont effectué un rabais de 200 F Cfa“. “Plus la date du retour s’approche, plus les commerçants sont contraints de revoir à la baisse leur prix. Sinon je ne vois pas l’intérêt qu’ils ont de ramener tous ces bagages à Dakar. Le manque à gagner sera énorme dans ce cas. Parce qu’il faut aussi payer le transport. Alors mieux vaut tout liquider si possible“ indique-t-elle en préférant garder l’anonymat. Ce rabais sur le prix, nous l’avons pu constater un peu partout. Même si les vendeurs des produits laitiers eux, soutiennent que le prix n’a pas varié. Un agent d’une grande société de fabrique du lait soutient qu’il ne voit pas la raison. “Nous sommes déjà en promotion ici“ argue-t-il.

Par ailleurs, il faut noter que c’est la vente de photos des marabouts qui est la plus prisée, même si les perles ( ou « bine bines », en wolof, langue locale) et autres petits-pagnes ne sont pas en reste. Arrivent en tête des ventes, selon certains marchands ambulants, les photos de Cheikh Ahmadou Bamba, fondateur du mouridisme, suivi du regretté Sérigne Saliou Mbacké, rappelé à Dieu le 28 décembre 2007.

Par ailleurs, le Magal a été une occasion pour les mendiants d’élever leur recette journalière.

Source: Sud Quotidien

Article Lu 1434 fois

Jeudi 28 Février 2008

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State