Référence multimedia du sénégal
.
Google

Lutte contre les violences et abus sur les enfants : Les parlementaires sénégalais aux avant-postes

Article Lu 11413 fois

SALY PORTUDAL - La lutte contre le trafic frontalier international et toutes les autres formes de violences et abus faits aux enfants est au cœur d’un séminaire sous-régional organisé par le Réseau des parlementaires sénégalais pour la protection des enfants et qui s’est terminé hier. Cette initiative avait pour but de mettre en place la Fédération ouest africaine des parlementaires pour la protection de l’enfance. Ainsi, parlementaires de la Gambie, de la Mauritanie, de la Guinée-Bissau, du Mali, du Niger, du Burkina-Faso et de la Côte d’Ivoire ont répondu à l’invitation de leurs homologues sénégalais pour mettre en place cette structure sous-régionale qui va travailler sur la prévention et la lutte contre le phénomène des violences et abus commis sur les enfants.



Lutte contre les violences et abus sur les enfants : Les parlementaires sénégalais aux avant-postes
Dr Omar Ndoye, président du Réseau des parlementaires sénégalais pour la protection des enfants contres les violences et abus (Peva), a plaidé pour l’harmonisation du cadre juridique. Venue présider les travaux au nom du président de l’Assemblée nationale, la vice-présidente Aïda Mbodj a estimé que la lutte contre le trafic inter frontalier des enfants doit reposer sur une volonté politique clairement exprimée au niveau des Etats concernés. Avant d’ajouter que le Sénégal a besoin d’être accompagné par les autres pays de la sous-région, car soutient-elle, notre pays est une plaque tournante de tous les trafics dans la sous-région et paie ainsi un plus lourd tribut au trafic des enfants. Elle a relevé les résultats menés dans notre pays pour la réinsertion des enfants en rupture sociale aussi bien pour les enfants sénégalais que pour les ressortissants des autres pays de la sous-région. Elle s’est félicitée de l’initiative du Mali qui a ratifié la convention de 2004 sur le trafic des enfants et demandé aux autres pays de la sous-région concernés par le phénomène de s’inspirer de l’exemple malien après le Sénégal qui ‘a été aux avant-postes’. C’est en cela que ce séminaire sous-régional trouve sons sens pour Mme Aïda Mbodj.

Le directeur de cabinet du ministre de l’Elevage Oumy Khairy Guèye Seck, par ailleurs marraine du Peva, a pour sa part relevé des chiffres alarmants tirés du rapport de l’Unicef d’octobre 2009 et intitulé ‘Progrès pour les enfants, un bilan de la protection de l’enfance’. Il révèle ainsi qu’en Afrique Subsaharienne, plus d’un tiers des enfants de 5 à 14 ans travaillent. ‘Pour continuer à lutter contre ces violences faites aux droits de l’enfant, il faudrait une plus grande implication des gouvernements en faveur des enfants et un renforcement du rôle protecteur des familles et des communautés’, a suggéré Khadim Guèye aux parlementaires. ’La dimension intersectorielle de la protection de l’enfance impose une coopération efficiente entre toutes les parties prenantes avec la mise place du mécanisme de coordination’, a-t-il insisté.

Pape Mbar FAYE
Source Walfadjri

Article Lu 11413 fois

Mercredi 27 Janvier 2010





1.Posté par Jeunes de Bambey le 27/01/2010 14:24
Ce que réclame la jeunesse de Bambey

Nous n’avons pas de problèmes avec le maire en personne, nous ne pouvons pas en avoir d’ailleurs. Nous sommes, cependant en droit de nous demander à quoi sert effectivement le budget de la commune, qu’il est sensé fructifier et gérer à bon escient donc dans l’intérêt général de la commune.

Pourquoi alors, s’attarder sur des futilités, menacer des jeunes qui n’ont rien fait d’autre que de mener, dans le cadre de leur programme, des activités socioculturelles ? Ils (l’équipe municipale) doivent savoir que les priorités ne manquent pas. Des priorités qui doivent être la seule motivation d’une équipe élue par la plus belle des manières. Mais, si face aux problèmes l’équipe municipale se défausse et se défoule, nous préférons lui rappeler sa mission au lieu de répondre au coup de pied de l’âne.

Quand vous venez dans la ville, à hauteur du puits sur la Nationale en venant de Dakar, prenez la route qui coupe la Nationale sur la gauche, elle passe devant le nouveau CDEPS continue et passe devant les locaux de la SENELEC pour rejoindre la Nationale à hauteur de la station d’essence TOUBA OIL. Vous risquez de ne pas continuer votre trajet tellement ce tronçon est impraticable. Aucune initiative n’est prise dans le sens d’améliorer cette route et on nous tympanise sur des futilités, pourquoi ne pas penser améliorer cette voie pour une meilleure mobilité ?

Surtout ne vous arrêtez pas là, prenez le soin d’entrer dans la ville et de la visiter. En prenant le tronçon dont nous venons de parler, juste après le CDEPS et en dépassant de 20 m la mosquée de Serigne Mourtada Mbacké, tournez sur votre gauche à hauteur de la pharmacie Serigne Mansour Sy, cette route vous mène vers l’Hôtel de ville et passe devant la police municipale, vous aurez du mal à vous rendre compte que vous marchez sur une route goudronner, le sable a fini par l’ensevelir totalement et les calèches l’ont pris d’assaut, malgré les interdits municipaux, pour rendre aussi cette route impraticable. Quelles sont les solutions mises en œuvre par l’actuelle équipe municipale, pour changer le visage de cette commune en l’en rendant plus attrayante ? Pas de programmes encore moins de volontés. Elle fait comme toutes celles qui l’ont précédée dans le larbinisme et le clientélisme politique. Alors, qu’à y voir de plus prés cette ville n’a pas besoin de beaucoup de moyens financiers pour améliorer son visage de dépité, mais elle a besoin de beaucoup de volontés de la part de ses principaux acteurs politiques.

Ne pensez surtout pas que la pagaille se limite à ce niveau. En prenant cette route citée ci-dessus et à hauteur du carrefour qui abrite le marché, l’ex jardin, le Crédit Mutuel et l’Hôtel de Ville, vous serez ébahi, abasourdi par l’embrouillement qui y règne. Tout se mélange, calèche, tables disposées comme l’on voudrait, des tas d’ordures à chaque périmètre, et ce qui est aberrant ce scénario désobligeant se passe sous les yeux des autorités de la commune qui ne sont en fait intéressées que par, les « djouti » qui leur sert de gagne pain personnel.

Si vous parvenez à hauteur du CEM Diéry Fall, l’une des fiertés de la ville, vous trouverez les deux seuls terrains de basket-ball (hormi celle du lycée) et le seul d’handball de toute la commune et tenez vous bien ces terrains sont impraticables. La piste d’athlétisme qui s’y trouve est en latérite et vous vous imaginez tout ce que cela pourrait engendrer en maladies.

Voilà entre autres choses qui devraient motiver l’équipe municipale et non des querelles de bas étage.

Nous n’avons pas besoin de puits ou d’arènes. Nous avons besoin d’éléments de réponses ou de début de réponse à notre situation. Nous réclamons plus de clarté dans la gestion des ressources de la commune. Nous demandons beaucoup plus de respect et de considération par rapport à l’arrogance de l’équipe municipale et nous l’imposons.

Nous ne demandons pas le ciel et la terre, mais que les urgences de l’heure soient prise en compte, qu’elles soient considérées comme des priorités et que cessent la politique de l’Autruche. Si nous leur avons donné la mairie c’est parce qu’ils nous ont promis de faire face à nos difficultés quotidiennes et donc nous rendre encore la vie plus difficile serait insupportable et inacceptable.


Que la mairie soit pour nous ou qu’elle s’en aille !

Vive la commune de Bambey !

(A suivre)

Jeunes de Bambey
jeunesbambey@gmail.com

Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State