Référence multimedia du sénégal
.
Google


hh



Lutte contre la cherté de la vie : L’Unacois va installer 60.000 magasins de référence à travers le pays

Pour baisser le coût de la vie, l’Etat, en collaboration avec l’Unacois Jappo, a installé 14 magasins de référence dans la banlieue dakaroise. A terme, ce sont 60.000 magasins qui seront installés sur l’ensemble du territoire national. L’Unacois va aussi avoir une centrale d’achat principale à Dakar et une secondaire dans chaque région.
Le ministre du Commerce, de l’Industrie et du Secteur informel, El Hadji Malick Gakou, a effectué, hier, le lancement de la phase test d’installation de 14 magasins à prix réduits, à Dakar, sur un programme total estimé à 60.000 sur l’ensemble du territoire. Il s’est rendu à l’Unité 25 des Parcelles assainies, à Golf sud, à Hamo 6 et à Wakhinane Nimzatt pour constater de visu l’effectivité de l’opération et la fonctionnalité des prototypes. Ces magasins à prix réduits, appelés aussi boutiques référencées, sont le fruit d’un partenariat avec l’Union nationale des commerçants et industriels du Sénégal Jappo (Unacois Jappo).



Lutte contre la cherté de la vie : L’Unacois va installer 60.000 magasins de référence à travers le pays
Pour le moment, le riz, l’huile et le sucre sont les trois produits concernés par cette initiative. Dans ces boutiques, le riz ordinaire se vend à 280 FCfa le kilogramme, le riz parfumé ordinaire à 435 FCfa, le kilogramme de sucre en poudre est cédé à 580 FCfa et le litre d’huile à 960 FCfa. « C’est une formidable initiative que le gouvernement encourage », a soutenu le ministre du Commerce, de l’Industrie et du Secteur informel qui estime qu’il faut rendre le commerce aux commerçants. D’après El Hadj Malick Gakou, le gouvernement appuie d’autres types d’initiatives allant dans ce sens. La volonté fortement exprimée par le président de la République et de son gouvernement, c’est de tout faire pour réduire le coût de la vie au Sénégal, rappelle-t-il.
Auparavant, il a salué l’engagement du chef de l’Etat à réduire les prix des denrées de première consommation qui étaient en flambée avant son magistère. Il a rappelé les différentes initiatives prises par Macky Sall afin de diminuer le coût de la vie. A cet effet, il a aussi soutenu que le gouvernement va créer des niches de baisse de prix.
Ibrahima Lo de l’Unacois Jappo et Tamsir Ibrahima Niane de l’Unacois Jappo de Guédiawaye ont invité tous les membres de leur organisation à adhérer à l’initiative. L’Unacois Jappo va ouvrir une centrale nationale d’achat à Dakar, ainsi que des centrales d’achat secondaire dans les régions, annoncent-ils. C’est à partir de ces centrales d’achat que l’Unacois Jappo compte ravitailler les boutiques référencées à travers le territoire national.
Pour sa part, Momar Ndao de l’Association des consommateurs du Sénégal (Ascosen) salue cette initiative qui vise à alléger le coût de la vie des consommateurs. Le maire de Guédiawaye, Cheikh Sarr s’est réjoui du fait que ce soit une initiative qui vient surtout de la part d’acteurs qui sont déjà dans le circuit du commerce. Dans cette collaboration, les deux parties, à savoir l’Etat et l’Unacois Jappo, ont pris des engagements afin de pérenniser cette initiative.

Aly DIOUF

Tentatives de regulation des prix : Des Sonadis en 1960 aux « Easy boutique » en 2009

La Société nationale d’approvisionnement et de distribution (Sonadis) a été l’une des premières tentatives pour lutter contre l’inflation sur les prix des denrées de première nécessité. Créée au début des années 1960, la Sonadis est tombée en faillite en 1992. Son réseau couvrait l'ensemble du pays et elle avait pour mission de jouer le rôle de régulateur des prix des produits de consommation courante. En 1996, l'Etat l'a cédée au franc symbolique à la Confédération nationale des travailleurs du Sénégal (Cnts), mais faute de moyens financiers, la centrale syndicale n’avait pas réussi à rouvrir les magasins de la société. En 2001, pour lutter contre la spirale inflationniste notée au lendemain de l’application, le 18 septembre 2001, de la loi sur l’harmonisation de la taxe sur la valeur ajoutée (Tva), l’Etat avait aussi ouvert une quinzaine de magasins de référence pour faire appliquer le « juste prix » des denrées de première nécessité. Enfin, en 2009, l’Etat se ligue avec le holding Comptoir commercial Bara Mboup (Ccbm) pour réguler les prix et combattre le chômage dans la banlieue dakaroise. Cette initiative consistait à installer, dans les quartiers populaires, des boutiques de référence qui, selon leurs initiateurs, respectent la vérité des prix édictés par l’Etat. C’est ainsi que des « Easy boutique » ont été ouvertes notamment à Grand Yoff et Pikine. L’autre objectif de ce projet était la réduction du taux de chômage dans la banlieue. Pour les autorités, ces « Easy boutiques » ou boutiques de référence devaient permettre non seulement la régulation des prix sur le marché mais aussi le contrôle de la qualité des produits. Aujourd’hui, force est de constater que ces différentes tentatives n’ont eu que des effets limités sur la vérité des prix.

SOLEIL Seydou KA

Mardi 8 Janvier 2013



Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >







Plateforme d’information et d’intéraction a temps réel
Optimisé pour être vu en 1024x768 I.E. 6.0 ou plus récent

Info sur Xibar.net | Conditions d'utilisation | Données personnelles | Publicité | Aide / Contacts |
Copyright © 2007 Xibar multimedia Tous droits réservés