Référence multimedia du sénégal
.
Google

Lundi noir à Wall Street après le rejet du plan Paulson

Article Lu 1852 fois

Les marchés ont cédé à la panique après le rejet du plan de sauvetage des banques par la Chambre des Représentants. Le Dow Jones perd 6,98% et le Nasdaq Composite 9,14%.



Lundi noir à Wall Street après le rejet du plan Paulson
Dans le rouge dès les premiers échanges, la bourse de New York a accéléré sa perte après l'annonce du rejet du plan de sauvetage des banques par la Chambre des Représentants. Par 228 voix contre et 205 pour, ces derniers ont refusé au secrétaire au Trésor Henry Paulson les moyens qu'il demandait pour stabiliser le système financier américain. Près de deux républicains sur trois ont rejeté le plan. Suite à cette nouvelle, le Dow Jones perd 6,63%, soit une perte jamais vue de plus de 700 points, et le Nasdaq Composite 9,14%. Dès l'ouverture des marchés américains, les parlementaires américains avaient entamé, à la Chambre des représentants, le débat sur le vote d'un massif plan de sauvetage bancaire de 700 milliards de dollars, baptisé «Loi sur la stabilisation économique d'urgence de 2008». Peu rassurant, le président démocrate de la commission des services financiers de la Chambre des représentants, Barney Frank, avait indiqué à l'ouverture des débats que si la loi ne passerait pas aujourd'hui, «ce sera un très mauvais jour pour le secteur financier».

Le président George W. Bush avait lui-même admis que le vote serait «difficile» alors que le projet de loi n'est guère populaire auprès des contribuables. A l'occasion d'une rencontre avec le président ukrainien Viktor Iouchtchenko, Bush s'est dit «déçu» par ce rejet. «Nous avons conçu un plan important parce que nous avons un problème important» a-t-il poursuivi, assurant que son administration mettrait tout en œuvre pour «continuer à (…) attaquer de front à la situation économique».

En Europe, les bancaires ont été dans le rouge tout au long de la journée et les marchés ont plongé suite aux nationalisations de Fortis et de Bradford & Bingley, et sur une éventuelle augmentation de capital de Dexia qui «fait partie des établissements financiers fragilisés et sous haute surveillance», selon le Figaro.

Sur le plan macroéconomique, l'indice des prix à la consommation (PCE) progresse de 4,5% sur un an en août, contre +4,6% en juillet. L'indice PCE de base, grimpe de 2,6% en rythme annuel. Les revenus des ménages ont crû en août de 0,5% par rapport à juillet. Quant aux dépenses des ménages, elles sont restées stables. Les analystes tablaient sur une hausse de 0,2% pour ces deux indices.

Les valeurs du jour

Citigroup (-11,91%) reprend une grande partie des activités de Wachovia dans le cadre d'un accord avec la Federal Deposit Insurance Corp (FDIC), l'agence de garantie des dépôts bancaires américaine. Citigroup va reprendre jusqu'à 42 milliards de dettes de la banque sur un portefeuille de prêts de 312 milliards de dollars. La FDIC couvrira le dépassement de ce seuil. Wells Fargo était également intéressé, selon le New York Times et le Wall Street Journal. La FDIC a précisé que Wachovia n'était pas en faillite et que les titulaires de comptes étaient protégés.

Selon le Financial Times, AIG (-20,63%) étudie la vente de plus de quinze activités afin de rembourser le prêt de 85 milliards que lui a consenti la Réserve fédérale au risque de voir les autorités américaines prendre 80% de son capital. Selon le journal, il envisage de se séparer de sa filiale de leasing aérien International Lease Financial Corp, de sa participation de 59% dans le réassureur Transatlantic Holdings ainsi que son portefeuille immobilier et ses investissements dans le private equity. De son côté, le Sunday Telegraph indique qu'AIG a accepté de vendre 25% des parts de ses actifs dans l'aéroport London City Airport à Global Infrastructure Partners, pour environ 250 millions de livres sterling (315 millions d'euros) indique. GIP est un fonds d'investissement dont les actionnaires sont Credit Suisse et General Electric. AIG a décidé de se passer de l'accord de ses actionnaires pour l'émission d'actions préférentielles convertibles qui doit permettre à l'Etat américain de prendre 79,9% de son capital.

Eli Lilly (-4,89%) et Daiichi Sankyo ont indiqué que les autorités sanitaires américaines (FDA) n'ont pas encore fini leur examen du Prasugrel, leur médicament anticoagulant, qui devrait concurrencer le Plavix de Bristol-Myers Squibb et Sanofi-Aventis.

Selon le New York Times, Goldman Sachs (-12,10%) serait exposé à hauteur de 20 milliards de dollars dans AIG. Goldman Sachs conteste, en soulignant que son exposition est compensée par des collatéraux et n'était en rien matérielle et que l'article était gravement trompeur. Dans le cadre de sa transformation de banque d'investissement en banque de détail, le Financial Times, cette fois, indique que Goldman Sachs chercherait 50 milliards d'actifs.

Source: le Figaro.fr

Article Lu 1852 fois

Mardi 30 Septembre 2008





1.Posté par DEUG B le 30/09/2008 14:54
go down wicked man
go down

2.Posté par oeil le 30/09/2008 19:50
déréglementation de l'économie mondiale savamment orchestrée par les occidentaux pour décrocher les pays émergents qui inquiétent de plus en plus du fait de différence idéologique et confessionnelle et pouvant faire planer des menaces sur le monde "libre" selon une vision étriquée de l'evolution des sociétés

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State