Référence multimedia du sénégal
.
Google

Loi de finances 2008 : Le Sénat donne son approbation

Article Lu 1448 fois


Loi de finances 2008 : Le Sénat donne son approbation
Le Sénat réuni en sa session unique de l’an 2007 au vu du rapport de la commission de l’économie générale, des finances, du Plan et de la Coop économique, et satisfait des réponses apportées à ses questions par le ministre du budget représentant le gouvernement, a adopté, les recettes du projets de budget pour la gestion 2008, la dette publique, les services votés, les projets de budget des pouvoirs publics, les comptes spéciaux du trésor, les dépenses communes ainsi que le projet de loi de finance de l’an 2008.

Selon le président du Sénat Pape Diop, la première session plénière à voté à l’unanimité la loi des finances 2008 et que durant toute la période des commissions, les sénateurs, à qui il rend hommage au passage pour leur sens civique, se sont attelés au travail et ont posé des questions au ministre d’Etat, ministre de l‘Economie et des finances qui a répondu avec beaucoup de plaisir par rapport aux préoccupations des populations qui les ont mandatés.

Pour M. Diop, des questions sur le développement local et toutes les autres préoccupations des populations n’ont pas été occultées, et le ministre du budget Ibrahima Sarr s’est fait le devoir de donner des réponses claires et précises aux sénateurs quant à la vie de la nation. M. Diop s’es félicité du climat de sérénité et de responsabilité qui a prévalu durant toute la session. Dans le rapport de la commission des finances sur les considérations générales relatives à la loi de finances pour l’année 2008, on note qu’il a été élaboré à un moment où notre pays, après un passage réussi au groupe consultatif des bailleurs de fonds à Paris tout récemment s’apprête à finaliser un programme sans décaissement avec le F.M.I. Il s’agit là d’un instrument de soutien à la politique économique de notre pays. Après avoir retracé et souligné l’environnement hostile que nous vivons du fait que le REF tient compte du contexte international, le document a relevé pour les tendances en 2007 marquée par une économie qui a vu le prix du baril du pétrole trop élevé, la reprise de l’activité des ICS, et une croissance qui relève un peu la tête de l’eau.

En 2008, les perspectives selon le rapport, c’est pour le gouvernement, de porter le taux de croissance économique réel à plus de 5% tout en contribuant à la consolidation du cadre macroéconomique et de la soutenabilité de la dette publique. Le gouvernement entend dans un contexte de maîtrise de l’inflation, accélérer la croissance tout en maintenant les bonnes pratiques de gestion budgétaire et monétaire.

Entre autres perspectives, le gouvernement, avec le secteur primaire, entend mettre en œuvre la loi d’orientation agro-sylvo-pastorale (LOASP) et le plan REVA qui créera une dynamique nationale de retour massif et soutenu des populations vers la terre pour faire de l’agriculture un soubassement de notre économie.

S’agissant du secteur secondaire, le gouvernement qui porte également une attention particulière à l’énergie, maillon important dans la réalisation des objectifs de croissance, soutient la SENELEC pour la réalisation de centrales à vapeur (charbon), la mise en œuvre de projets d’aménagements hydroélectriques au plan sous régional (OMVS, OMVG) afin d’accroître les capacités de production énergétique et réduire la dépendance du pays vis-à-vis du pétrole. L’ambition du gouvernement pour ce secteur est de relancer l’industrie. Pour cette année, la loi de finances tient compte du démarrage de la mise en œuvre de la SCA, de la révision du DSRP, du cadre global de croissance et de réduction de la pauvreté. Il intègre aussi la tenue du prochain sommet de l’OCI. Pour le gouvernement au total comme les années précédentes, la part des dépenses en capital sur ressources internes dépasse celles dites externes traduisant ainsi la volonté du gouvernement de prendre en charge les dépenses d’investissements.

L’Etat continuera sa politique de désengagement vis-à-vis du secteur bancaire au profit du privé et s’adressera au monde financier de l’espace l’UEMOA par l’émission de titres publics contribuant ainsi à dynamiser le marché des titres. Au niveau de l’assistance extérieur, notre pays continuera à bénéficier des concours des partenaires et ne contractera que des prêts à des taux concessionnels.

A la suite de l’exposé de la politique générale, les sénateurs ont ensuite apporté leur contribution et ont également fait part de leurs préoccupations relatives à un certain nombre de questions d’intérêt majeur. Le ministre du budget Ibrahima Sarr a répondu aux questions des distingués sénateurs qui allaient de l’agriculture, à l’éducation, aux infrastructures, à la santé, etc.

A.P.E : Motion de soutien du Sénat à la proposition du président Wade

Sur proposition du Sénateur El Hadji Daouda Faye, le Sénat a examiné une motion de soutien au président de la République quant à sa position sur les APE. Les sénateurs ont salué et adopté la vision du Président Wade qui propose d’aller vers un partenariat pour le développement (APP) qui répond mieux à notre situation du pays du Sud.

Source: Le Soleil

Article Lu 1448 fois

Vendredi 7 Décembre 2007

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State