Référence multimedia du sénégal
.
Google

Liberté de presse : Le Sénégal sur la pente vertigineuse

Article Lu 1759 fois

XIBAR.NET (Dakar, 16 Novembre 2009) - Le Sénégal fait plus que piétiner en matière de liberté de presse : il recule, comme l’a souligné le rapport 2008/2009 de Reporters sans frontières. La chute risque de se poursuivre ; le président Wade percevant la presse « indépendante » comme son adversaire, voire son ennemi.



Liberté de presse : Le Sénégal sur la pente vertigineuse
La presse privée avait contribué, grâce à l’utilisation des Ntic à l’alternance politique survenue au Sénégal en 2000. Mais dès l’entame de son mandat, le président Wade auquel elle a profité mettra en branle pour la museler. Stratège, il commencera par démanteler, savamment le groupe « Sud » : il nommera l’un de ses responsables, Chérif El Walid Sèye, son conseiller en communication. Il se liera d’amitié avec le président du groupe, Babacar Touré, qui finira par faire des affaires avec les amis français du nouveau président. L’épouse du directeur du groupe, Abdou Latif Coulibaly, gagnera des marchés de l’État. Mais, un beau matin, après avoir limogé en 2002 son conseiller en communication, Wade fera main basse sur le terrain qui était affecté au groupe Sud, qui avait joui de prêts bancaires pour le rentabiliser. Depuis Sud est sous perfusion. Il s’attaquera aux trois associés qui avaient monté le plus grand groupe de presse : Com 7. Wade parviendra à diviser le trio. Il fera arrêter arbitrairement le plus récalcitrant. De son fait, Com 7 qui avait une radio, une rotative, une imprimerie, un hebdomadaire et trois quotidiens n’a plus que « Le Populaire ».

Wade s’attaquera par la suite au patron du groupe « Avenir communication », Madiambal Diagne. Pour casser sa plume, il divulguera qu’il lui avait fait remettre, par son ministre Thierno Lô, deux cents millions de nos francs. Vrai ou faux, toujours est-il qu’avant et après le séjour de Madiambal en prison, bien des journalistes défileront devant la Division des investigations criminelles. Des locaux de médias privés seront attaqués et saccagés par des nervis à la solde du régime. Mais leurs commanditaires connus ne seront pas inquiétés. La spirale d’inquisition du régime se poursuit. Le Sénégal est passé, dans le classement de Reporters sans frontières, du 86éme au 89éme rang. Il est loin derrière des pays comme le Ghana (27éme), le Mali (31éme), l’Afrique du Sud (33éme) la Namibie (36éme) et le Cap Vert). Pourtant, il y a sept ans, le Sénégal était classé 47 éme par Rsf. La régression de notre pays pourrait aller crescendo au regard de la récente condamnation par le tribunal du journaliste Abdou Latif Coulibaly. Le sursis qui le frappe pourrait être la porte par laquelle passera le régime libéral, qui le honnit, pour lui faire payer ses révélations sur la vraie nature du président Wade et celle de son fils Karim. Il s’y ajoute que le vieux président veut un troisième mandat. Il lui faut en conséquence museler les journalistes. Une peine perdue ! Mais étant d’un autre temps, il ne sait pas qu’il ne peut pas déchirer la toile, qui le perdra.

La Redaction

Article Lu 1759 fois

Lundi 16 Novembre 2009




Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State