Référence multimedia du sénégal
.
Google

Leurs maisons envahies par les eaux de pluie : Pikine Est se vide de ses habitants

Article Lu 12054 fois

Sous la poussée des eaux, les sinistrés de Pikine Est n’ont d’autre solution que d’abandonner leur maison, de quitter leur quartier qui les a vu naître ou grandir. Et, pour la plupart, pour aller vers une destination encore inconnue.



Leurs maisons envahies par les eaux de pluie : Pikine Est se vide de ses habitants
Il est 11 h 54 à Pikine Est. Debout à la devanture de sa maison, le regard impuissant plongé dans l’eau de pluie qui vient à nouveau d’envahir sa demeure, Ndèye Sy n’a d’autre solution que d’abandonner sa villa. ‘C’est la deuxième année consécutive que nous sommes inondés. On a décidé d’abandonner la maison et de rentrer au Fouta’ confie, d’une voix grave, la jeune dame.
Pourtant, elle vit dans cette maison depuis plus de sept ans avec sa mère, ses enfants et ses deux sœurs. Mais elle n’entend pas prendre de risque à cause de ses trois gamins : deux jumeaux et une fillette. ‘Il n’est pas prudent de rester avec les enfants dans cette situation, car il peut pleuvoir à tout moment. C’était le cas il y a trois jours, et la pluie avait commencé tard dans la nuit et nous avions passé la nuit à la belle étoile’, explique-t-elle.. A une centaine de mètres de la maison de Ndèye Sy, l’école privée Abdoulaye Alpha Diallo flotte dans l’eau. Son directeur, Souleymane Diallo, explique : ‘L’école est inondée et on ne sait plus que faire, à un mois de la rentrée des classes. On risque de fermer définitivement l’établissement si les autorités ne trouvent pas de solution pour évacuer les eaux. Nous ne pouvons plus attendre.’

Depuis 2005, date des premières inondations, les jeunes de Pikine Est se sont regroupés dans l’Association pour le développement de Pikine. Avec comme objectif premier, assainir leur quartier avant la saison des pluies pour atténuer les inondations. Seulement, constate Djiby Dieng, président de l’association, ‘le départ de plusieurs résidents du quartier pour cause d’inondation mine peu à peu notre organisation’. Le dernier départ enregistré par les jeunes est celui du secrétaire général de l’association chargée de la mobilisation des filles. ‘Nous étions bien partis cette année dans le travail d’assainissement pour faciliter l’écoulement de l’eau. Mais certains de nos membres ont été victimes des fortes pluies qui ont inondé le quartier. Et ils ont tous quitté avec leur famille. C’est le cas de notre secrétaire générale qui est partie récemment…’, explique M. Dieng. D’autres, bien avant eux, ont abandonné leurs habitations et quitté le quartier qui les a vu naître ou grandir. En témoignent les propos de Moussa Codou Daffé, délégué de quartier de Pikine Est : ‘Il y a plus d’une vingtaine de maisons abandonnées. Rien que l’an passé, nous en avions compté une dizaine. La situation s’était calmée, mais cela n’a pas encouragé les habitants à revenir. Cette année, depuis le début des inondations, beaucoup de nos voisins sont partis’.

A la commune d’arrondissement de Pikine Est, le phénomène inquiète. Mouhamed Cissé, président de la commission Environnement de la commune, est d’avis que le moment est venu de réfléchir sur les alternatives à l’inondation. Et l’assainissement de Pikine semble être, selon lui, la seule voie pour mettre fin à ce fléau. ‘Il faut assainir pour qu’il n’y ait plus d’inondations dans la banlieue’, dit-il avec assurance. Parce que, poursuit M. Cissé, ‘on ne peut pas délocaliser toute une ville. Pikine nous est chère, nous y sommes nés et souhaitons y mourir. Il faut que l’on mette fin à ces départs’. Pour y arriver, Mohamed Cissé compte plus sur l’Etat que sur sa commune.Les raisons ? ‘Nous sommes une nouvelle équipe qui vient à peine de s’installer. L’équipe que nous avons remplacée, a utilisé près de 70 % du budget. Nous comptons sur le plan Orsec qui a été déclenché’, fait-il savoir. N’empêche, la nouvelle équipe à la tête de cette commune n’a pas, pour autant, croisé les bras. Selon le président de sa commission Environnement, cinq motopompes et une dizaine d’hydrocureurs ont été déployés sur le terrain depuis le début des inondations. Mais, reconnaît M. Cissé, ‘malgré ces efforts, nous avons des difficultés à évacuer l’eau’.

Yakhya MASSALY
Source Walfadjri

Article Lu 12054 fois

Lundi 7 Septembre 2009





1.Posté par Sene le 07/09/2009 14:40
C'est quoi ce titre, les inondations ne concerne que le 1/10eme de pikine, en plus ça a commencé depuis 1988 à Gounass, Bagdad et Guinaw Rail

2.Posté par Chiken Jahlé Fokolé le 07/09/2009 16:25
Sachant qu'il ne peut plus compter sur les voix de la banlieue, le régime de wade va croiser les bras afin de favoriser le max de départ pour lui synonyme de d'affaiblissement de benno qui les a laminé dans la banlieue.
Soyez vigilents, restez sur votre position et renforcez-la. Où que vous puissiez être sanctionnez le PDS à toutes les élections à venir.
Good bless you

3.Posté par xelli le 07/09/2009 17:36
On dirait Venise

4.Posté par max le 07/09/2009 20:53
mais vous vous fichiez de nous la photo que vous publier c'est belle est bien venise mais pas pikine.

5.Posté par Snoopy le 08/09/2009 14:09
Comprenait que la presse senegalaise est manipulé par l'opposition et surtout par Tanor Dieng c'est lui qui finance la presse. et ca tout le monde le sait, donc ne vous etonnez pas de voir ce genre d'article qui disent que les inondations ont commencer depuis 2005 alors que tout le monde sait que c'est depuis 1997 que l'on assiste a ce genre de situation et rien ne se fesais pour resoudre le probleme , juste que les medias ce sont beaucoup plus developper .

Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State