Référence multimedia du sénégal
.
Google


hh



Lettre ouverte á Son Excellence Macky Sall Président de la République du Sénégal.

Les Sénégalais commencent à devenir pessimistes concernant le futur du pays sous votre présidence. Vous avez fait campagne en promettant le changement. Il est temps de dévoiler aux Sénégalais et aux créditeurs de l’État le plan de réformes structurelles qui transformeront le Sénégal en rompant avec les politiques du passé et qui rendront aux pays son rôle de modèle en Afrique et dans le monde.



Lettre ouverte á Son Excellence Macky Sall Président de la République du Sénégal.
Monsieur le Président, la Diaspora sénégalaise est malade, elle souffre de toute part parce qu’elle est encore dépitée de ses repères et sous ce rapport elle reste et demeure incapable de nourrir un grand dessein. Il n’est point besoin de vous dresser les maux de la Diaspora sénégalaise car nous osons croire que vous pouvez les réciter comme des litanies.

Monsieur le Président, depuis votre accession, quelles sont les mesures positives que vous avez pris à l’endroit de ces braves sénégalais qui bravent souvent le froid, la chaleur, la pluie, la faim et parfois même au risque de leur vie ? Si ce n’est de les rendre de plus en plus orphelins et vulnérables.

En effet, l’instabilité du ministère en charge des sénégalais de l’extérieur conduit inéluctablement vers une absence criarde de politique soutenue et constitue á la longue un blocage déterminant pour l’émergence et la promotion d’un émigré sénégalais du type nouveau á l’image d’un Sénégal émergent comme nous le disons souvent.

Son Excellence, depuis quelques temps, les sénégalais d’Espagne sont privés injustement de Consul Général, mais heureusement vous avez nommé dans un passé récent, un Ambassadeur qui suscite beaucoup d’espoirs au regard de son cursus diplomatique mais ce dernier ne peut pas encore faire son travail comme il se doit faute de n’avoir pas encore présenté au préalable sa lettre de créance auprès des autorités espagnoles,

Monsieur le Président, en nommant des personnalités à des postes de responsabilité, la logique voudrait que vous preniez également des mesures concomitantes pour leur permettre d’accomplir leur mission de manière beaucoup plus efficace.

Excellence, tout récemment la ville d’Alicante a frôlé le pire n’eût été l’intervention rapide en son temps du Ministre Alioune Badara Cissè et aujourd’hui à Granada en Andalousie, les affrontements entre force de l’ordre et sénégalais pourraient être lourdes de conséquences si rien n’est fait. Et pourtant un consulat honoraire existe à Malaga. Demandez-lui un rapport circonstancié des événements : il ne sera pas en mesure de le faire parce que ce n’est pas son problème bref.

Ces situations vécues presque au quotidien devraient vous emmener à pendre des mesures urgentes qui prendraient efficacement en compte la gestion, la protection et la promotion des sénégalais de l’Extérieur condition sine qua none pour une équilibre durable.

Nous ne le dirons jamais assez, les consuls honoraires de Malaga, des îles Canaries, de Barcelone, tous dans leur composante globale, ont fini de montrer leurs insuffisances : ils font de leur statut qu’une sinécure et ne sont présents que là où ils sont censés peut-être gagner l’estime ou la sympathie de l’autorité ou du marabout de passage : les problèmes des sénégalais sont les cadets de leurs soucis.

Monsieur le Président, nous considérons qu’il est grand temps de se départir de ces consuls honoraires qui, en toute vraisemblance ne font absolument rien pour les sénégalais à part les soutirer injustement de l’argent ces derniers n’honorent guère le Sénégal, ils n’ont pas leurs places au soleil.

Au demeurant, et en marge de tout sentiment de xénophobie, l’ère de la colonisation est révolue, dépassée, il est temps de faire confiance à la nouvelle génération d’émigrés car dans ce lot, figurent des valeurs sûres et capables de remplir ces fonctions. L’état doit mettre à profit ces compétences qui dorment et gérer au mieux la continuité dans l’administration. Ils pourront surtout en ces temps de crise et ses corollaires consolider la diplomatie de paix, de médiation et de bon voisinage et de la même manière revaloriser la fonction de Consul Honoraire déjà en décadence depuis quelques années en Espagne et restaurer la dignité du citoyen Sénégalais.

Monsieur le Président, vous vous conviendrez avec nous que l’Espagne est devenue ces dernières années le point de mire des sénégalais, une situation qui fait que la population a presque quadruplée ; 250.000

sénégalais compte non tenu des mineurs. Dés lors, cela va se répercuter sur la qualité des services consulaires avec des agents qui peinent toujours pour résoudre les problèmes des sénégalais.

Autrement dit Monsieur le Président, il faut d’une part nommer ou confirmer l’intérimaire comme consul Général et d’autre part procéder á un redéploiement des agents qualifiés qui sont déjà sur place et qui ont une expertise avérée en les nommant Consul ou Chef de bureau consulaire á Barcelone ,aux Iles Canaries, en Andalousie, á Aragon, aux Iles Baléares, en somme dans toutes les zones de fortes concentrations sénégalaises et ceci dans la perspective de gérer la continuité et de mieux asseoir la proximité entre la tutelle et ses administrés. Ces agents redéployés seront aidés dans l’exercice de leur mission par les fils du Sénégal qui sont déjà dans ces localités et qui ont le profil requis.

Monsieur le Président, le budget du consulat, estimé environs à 40.000000 FCFA nous semble trop insuffisant par conséquent, une révision considérable à la hausse de celui-ci permettrait à coût sûr de rendre le travail du consulat beaucoup plus performant car nombreux sont les sénégalais qui peinent en vain pour entrer en contact téléphonique avec le consulat. Ce n’est certes pas une mauvaise volonté des agents mais les 11 expatriés et 07 locaux nous semblent insuffisants pour faire fonctionner le service consulaire et répondre quotidiennement aux multiples sollicitations de ces 250.000 sénégalais.

Monsieur le Président, le lieu où est implanté le consulat est difficile d’accès sous ce rapport, trouver un lieu beaucoup plus adapté aux exigences des sénégalais se pose avec acuité.

Son Excellence, il est vrai que des efforts énormes ont été consentis pour permettre aux sénégalais de la Diaspora d’avoir un passeport numérisé dans un délai record et á moindre coût, toutefois, beaucoup d’entre eux doivent en ce moment renouveler leurs passeports parce que arrivés à expiration ou accomplir certaines formalités administratives, ainsi les consulats généraux devraient disposer de budget pour faire face à ces fortes demandes en perspective.

Monsieur le Président, les Sénégalais de la Diaspora rencontrent d’énormes difficultés pour rapatrier les dépouilles mortelles des concitoyens, certes l’état du Sénégal ne peut pas prendre en charge tous ces cas mais au

moins aidez les par le biais d’une subvention concertée afin qu’ils puissent trouver des alternatives allant de le sens de créer des structures formelles qui pendraient en charge ces rapatriements souvent onéreux. Et le jeune Papa Bécaye Ba décédé malheureusement en Belgique jeudi des suites de ses blessures, de même que son père qui, ne pouvant pas contenir cette triste nouvelle est mort aussi quelques heures après. L’Ambassade serait entrain de faire des quêtes pour rapatrier les défunts. Ces procédés ne peuvent plus prospérer. Nous condamnons d’abord cet acte barbare et ensuite, nous vous demandons Excellence, de faire toute la lumière sur cette affaire.

Monsieur le Président, nous vous invitons à réagir pour permettre à la famille des défunts de pouvoir récupérer les corps et de les enterrer suivant leurs us et coutumes

Enfin Monsieur le Président, depuis Mars 2008, le gouvernement du Sénégal a eu à signer d’importants accords dans bien des domaines avec le Royaume d’Espagne, mais aujourd’hui il est malheureux de constater que ces tous accords et conventions continuent de plus bel à sombrer dans l’hibernation. Ainsi, donc la redynamisation de la commission mixte paritaire s’impose. Car avec son volet pensions et sécurité sociale, ils sont nombreux nos Papa et maman qui pourraient bénéficier de ces avantages une façon de les permettre de rentrer tranquillement et de recevoir leurs pensions de retraite chez eux surtout en ces temps de crise.

Et il en est de même avec le Conseil Supérieur des Sénégalais de l’Extérieur porté sur les fonts baptismaux et aux relents purement politiques, cet organe consultatif, demeure jusqu’ici impopulaire, inefficace parce que ne représentant pas l’expression objective des sénégalais de la Diaspora.

Monsieur le Président, cette lettre n’est nullement une critique subjective mais elle se veut constructive pour l’intérêt bien compris des sénégalais et des sénégalaises de tout bord et de toute obédience car nous considérons que votre réussite fera la fierté de tous les sénégalais hormis bien entendu toutes contingences politiques.

Elle est donc un cri de cœur pour inviter nos gouvernants á prendre enfin en charge les problèmes de ces braves sénégalais de la Diaspora qui continuent malheureusement d’être oubliés, négligés, méprisés et

abandonnés à eux-mêmes. Ils ont écouté trop, trop de discours démagogiques au point que ces dits -discours sont devenus périmés, inefficaces donc sans effet, alors Monsieur le Président il faut réagir vite et bien. Nous savons pertinemment que vous êtes en mesure de redresser le Sénégal et de le hisser au premier rang en Afrique et dans le reste du monde.

Restant à votre disposition pour toute demande d’informations complémentaires, nous vous prions d’agréer, Monsieur le Président, l’expression de nos sincères encouragements. Vive le Sénégal !

Momar Dieng Diop Espagne. momardiengdiop@hotmail.com

Lundi 19 Novembre 2012




1.Posté par ANTA le 19/11/2012 20:33
Monsieur Le President les senegalais de la Diaspora sont les Grands oublies de votre élection.En plus Alioune Badara Cisse ne merite pas un tel traitement de votre part vous avez été injuste avec lui il faut le retablir car il faut oser le dire c'est lui le pere fondateur du parti .monsieur il est de vous ressaisir avant qu'il ne soit trop.Les senegalais vous élu pour un changement et y'a encore rien.

2.Posté par Charles Ndiaye le 20/11/2012 07:04
Depuis quel temps notre pays est entrè dans une comedie à outrance avec les auditions d'anciens dignataires, quoi de pplus normal pour un etat qui veut faire l'etat des lieu,Mais de cet elan les politiciens sont entrain de plus en plus de fragiliser notre REPUBLIQUE. ;les familles sont des citoyens comme tous les autres laisons l'etat faire son ytavail .Mieux qu'est ce que leprocureur est allè faure à Touba certes il peut être un talibé mais le fait de s¡y rendre en ce moment n'est pas opportun.je n'incrimine personne mais arretons la comedie au nom de la REPUBLIQUE.

3.Posté par Sammy Chopin le 20/11/2012 07:49
A VOUS DE JUGER

Souleymane Jules dit maintenant que Macky est son frére, je rappelle ici ce qu'il disait de son frére dans sa chronique du 8 Décembre 2011.

"

« La seule condition pour que
le mal puisse triompher, c’est que
les bons ne fassent rien »
Edmund BURKE

Ce n’est ni par sentiment de haine ni par esprit de parti. Ce n’est pas non plus par soif de vengeance. Macky Sall a nourri pendant trois ans la horde de plumitifs du journal « Il est midi » qui ont fait déferler leurs baves injurieuses sur d’honnêtes citoyens et sur moi-même. Son homme de main, Ndiogou Wack Seck, dans ses meilleurs jours, avait même bénéficié d’un groupe électrogène acheté par la Primature que dirigeait Macky Sall, qui indiquait lui-même la voie à suivre en s’attaquant à des hommes honorables comme Mamadou Dia et Amath Dansokho. Malgré tout, quand ses frères libéraux se sont vengés de ses attaques et quand Abdoulaye Wade a voulu l’humilier, j’ai été parmi ses plus grands défenseurs, l’enjoignant de quitter le Pds. Je ne peux donc être accusé de parti-pris.

C’est une nécessité qu’arrivés à ce point dans la marche de notre pays, confrontés à des échéances qui seront décisives pour son avenir, nous exigions de chaque prétendant à la Magistrature suprême un minimum de vérité. Le leader de l’Apr en avait lui-même fait une exigence, qui avait convoqué le corps diplomatique accrédité à Dakar dans un hôtel, pour mettre en accusation son prédécesseur à la Primature, en violation flagrante de la présomption d’innocence.

Nous sommes donc effarés de découvrir que pendant qu’Idrissa Seck était inculpé et envoyé en prison, pendant que les missions rogatoires enquêtaient à l’étranger pour trouver les preuves de sa culpabilité, se manigançait un gigantesque détournement de fonds publics sur lequel Macky Sall est aujourd’hui interpellé. C’était en effet pendant la même période de l’année, à l’été 2005, que sept milliards de francs taïwanais destinés aux populations démunies ont été détournés par Pierre Aïm, ami du président Abdoulaye Wade, qui a lui-même avoué qu’il avait mis un milliard de francs dans sa poche et logé le reste dans un compte d’un prétendu ami de Karim Wade, à la demande du chef de l’Etat. Poursuivi par la clameur, le chef de l’Etat avait fini par déclarer, dans un communiqué du Conseil des ministres, qu’un de ses amis lui avait « offert » de l’argent qu’il voulait remettre dans les comptes du Trésor. C’était la première fois que dans l’histoire de ce pays, un communiqué du Conseil des ministres, celui du jeudi 5 janvier 2006, contenait un mensonge aussi grave.

Selon l’explication de Macky Sall, l’argent, celui de Taïwan bien sûr, a été restitué et distribué à différents ministres. Une explication qui ne peut pas suffire. Comment a-t-il été restitué, dans quels comptes, par qui, et pourquoi avoir versé de l’argent d’un obscur ami du chef de l’Etat dans des comptes du Trésor, sans aucune loi de finances rectificatives, sans dire dans quel compte cet argent a été viré ? Quel que soit le bout par lequel on prend cette affaire, il s’agit d’un détournement de fonds publics et Macky Sall ne peut pas s’en laver les mains avec ses réfutations captieuses.

C’est trop gros pour être avalé et la réponse qu’il donne face à une affaire d’une telle gravité est simplement scandaleuse !
Au même moment, toujours pendant l’arrestation d’Idrissa Seck, se déroulait un autre détournement sur lequel des preuves évidentes ont été fournies, au moins concernant le virement de 26 milliards de francs qui ont disparu dans la nature, qui devaient servir à la construction de villas présidentielles elles-mêmes introuvables. Mais là aussi survient un curieux retournement de situation. Interrogé sur la question de savoir s’il allait convoquer Karim Wade dans les mêmes termes, Macky Sall s’est rebiffé, déclarant que s’il devait le refaire, il demanderait l’avis d’Abdoulaye Wade avant de convoquer son fils, ne sachant pas que « c’était si important ». Monsieur ne se donne aucune limite, sur le chemin de la repentance. Il peut même accueillir Karim Wade dans une équipe qu’il va diriger.

Il s’agit d’une absolution choquante. Et quand même on penserait qu’il en voudrait à celui qui lui a causé tant de souffrances, il dit que non. Le président aurait été « abusé ». Monsieur Sall est donc tombé des grandeurs, par ce qu’il avoue être une maladresse qu’il ne répétera plus. Que n’a-t-il pas ajouté un merci à ses bienfaiteurs puisque de ses propres aveux, il n’est redevable des honneurs qu’il a reçus et de sa haute fortune qu’à la bonté des Wade et à leur générosité.
Soit ! Il doit au peuple qu’il appelle à l’élire, des réponses précises sur ses actes de gestion. Les Wade ne nous aideront jamais dans ce sens, puisqu’ils sont les instigateurs de tous ces scandales. C’est le cas de cette licence attribuée aux trafiquants de drogue de Ndangane Samba alors que Macky Sall était Premier ministre et Djibo Kâ ministre de la Pêche. Idrissa Seck a été interpellé sur sa gestion de la plus violente des façons, jeté en prison, alors que la moindre preuve de sa culpabilité n’avait été produite par ses accusateurs. Il serait donc injuste que l’on se taise devant tant de faits accablants et de mensonges évidents.

A Macky Sall, nous demandons la vérité sur cette affaire. Nous ne pouvons déroger à cette règle sans être injustes. Il louait un modeste appartement à Derklé. Il possède maintenant une radio qui vaut 200 millions de francs, un appartement plus coûteux à Huston, une maison qui vaut un milliard de francs dans laquelle il vient de déménager avec un parc automobile que personne ne possède dans ce pays.

Qu’il nous dise comment il s’est bâti cette fortune colossale en six ans. Nous osons aussi lui demander, lui qui a fait nommer sa sœur à l’ambassade du Sénégal à Paris, son frère à l’ambassade du Sénégal en Chine, son beau-frère au Consulat à New-York, s’il ne souffre pas des mêmes maux dont il accable l’actuel régime. Et que ceux qui ont eu la patience de me lire me disent s’ils ont vu dans mes écrits une volonté de nuire ou un souci de vérité. Qu’ils me disent, dans ce qui vient d’être dit, une seule chose qui ne méritait pas d’être sue par mes concitoyens.

Qu’ils me disent ensuite si un homme qui figure dans un rapport d’une institution comme l’Onel, pour avoir voté de force dans une élection, sans pièce d’identité, qui a fait nommer les membres de sa famille dans nos ambassades et consulats alors qu’ils n’ont jamais été diplomates, qui, parti de rien, s’est bâti une fortune colossale en six ans, ne mérite pas que l’on s’interroge sur ses prétentions.



Souleymane Jules Diop

4.Posté par IZO le 20/11/2012 07:59
Vous avez parfaitement raison cher ami,vous avez pointé du doigt les maux dont souffre nos compatriote de la diaspora.L'heure est maintenant au travail et pas aux dicours et à la chasse aux sorcières.

5.Posté par mayoro le 20/11/2012 12:27
votre lettre est longue mais vous avez oublier la suppression des taxes sur les appels entrrant au senegal c est le seul pays en afrique le plus cher en communications suis vraiment desolèèèèèèèèèèèèè

6.Posté par One day le 20/11/2012 12:38
Celui qui a travaillé pour le pays et a géré l'argent du pays doit rendre compte. On verra s'il est innocent rien ne va lui arriver. Y a pas dire ''chasse aux sorcières''. C'est honteux
Pas de panique!!!

7.Posté par Assane Fall le 20/11/2012 13:53
Si la lettre est longue c¡est parceque les maux sont nombreux et pour preuve vous lui dite malgre salongueur qu'ila oublie un point non moins important.Cela veut dire tous ensemble nous devons faire bloc pour Macky Sall pense à la Diaspora qu'elle avait promis d'eriger la 15 º region.

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 16 Septembre 2014 - 20:21 Récits douloureux de Sénégalais du Maroc








Plateforme d’information et d’intéraction a temps réel
Optimisé pour être vu en 1024x768 I.E. 6.0 ou plus récent

Info sur Xibar.net | Conditions d'utilisation | Données personnelles | Publicité | Aide / Contacts |
Copyright © 2007 Xibar multimedia Tous droits réservés