Référence multimedia du sénégal
.
Google

Les trafiquants vendaient le ciment dans des sacs de riz

Article Lu 1530 fois


Un réseau international de trafic illicite de ciment s’étalant sur les deux régions de Tambacounda et Kaolack vient d’être démantelé par la brigade de gendarmerie de Koumpentoum. Les 15 tonnes de ciment destinées au Mali, trouvés dans des sacs de riz dans le village de Koumpentoum, région de Tambacounda, et de Ida Secco, région de Kaolack, étaient sous douane.

Depuis combien de temps ce commerce illicite dure-t-il ? Quels sont les produits concernés et qui sont les commanditaires ? Comme réponse, on avance que ce sont les chauffeurs maliens qui débarquent les produits sous douane au profit de réseaux organisés. Cela a commencé depuis longtemps. Et comme le trafic s’est densifié avec pas moins de 350 camions empruntant ce trajet tous les jours, les vendeurs de ciment s’en ouvrent à la brigade de gendarmerie. Suffisant pour que le commandant de brigade, Babacar Dramé, jette sa nasse.

Le dispositif de surveillance et de filature mis en œuvre depuis quelques jours a été fructueux, un véhicule venant de la région de Kaolack est surpris lundi dernier en train de débarquer une tonne de ciment au niveau de Koumpentoum. Avec l’aval du procureur de la République, l’adjudant-chef Dramé se rend sur place et trouve un stock de 15 tonnes de ciment en vrac.

Il interpelle le sieur Baye Gaoussou dit Bagnick qui a avoué être dans le réseau depuis cinq mois. Ses fournisseurs sont les chauffeurs de gros porteurs maliens qui débarquent nuitamment le produit illicite dans le village avant de continuer leur route. L’enquête va permettre de lever un coin de voile sur ce trafic qui ruine l’économie du pays.

L’activité de ce réseau n’est pas sans conséquence sur le marché local du ciment. Aly Ndiaye déclare que depuis deux mois, il ne peut vendre son stock de 35 tonnes, alors qu’il écoulait, chaque mois, en période de vache maigre, au moins 70 tonnes de ciment. Son collègue Ablaye Mbow laisse entendre que ce ciment se vendait à 3000 francs au lieu de 4500 ou 5000 francs dans un contexte de pénurie du produit. « Cette longue paralysie a même endommagé et avarié mon produit », a confié Aly Ndiaye qui affiche le sourire tout en saluant les efforts consentis pour mettre fin à ce commerce illicite.


PAPE DEMBA SIDIBE
Source: Le Soleil

Article Lu 1530 fois

Jeudi 11 Octobre 2007

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State