Référence multimedia du sénégal
.
Google

Les traditions et pressions familiales détruisent mon couple. Que dois-je faire ?

Article Lu 13041 fois

Le problème

Bonjour

Je me permets de vous écrire car je ne vais plus bien du tout.

Je me suis mariée en septembre 2007, mais je pense que c’est pour de mauvaises raisons. Je suis d’origine maghrébine et le seul moyen de quitter définitivement la maison c’est de se marier. Ma famille est très attachée aux traditions !

Ma mère est trop dure avec moi. Elle s’immisce en permanence dans ma vie, elle a toujours voulu régenter ma vie, décider à ma place. Je n’en peux plus d’elle ! Je me suis dit qu’avec le mariage cela allait changer mais ce n’est pas le cas. Elle s’immisce même dans ma vie de couple. Du coup j’ai mis de la distance entre elle et moi, et cela a empiré, elle ne veut plus du tout me parler et me renie.

Bref, je me suis mariée pour en finir avec tout cela, et aujourd’hui, je n’ai plus de désir pour mon mari. Je n’ai plus envie de faire l’amour avec lui. Il a un petit pénis et je ne sens absolument rien quand il me pénètre. J’ai essayé plusieurs positions, mais je n’ai aucun plaisir. Il me fait des cunnis... Du coup j’ai des orgasmes, mais même ça, je n’en veux plus. Actuellement je fais chambre à part, j’ai l’impression de créer les disputes moi-même pour ne plus avoir à faire l’amour avec lui (en temps normal c’est très régulier, deux à trois fois par jour). Cela ne fait que trois mois que je suis mariée avec lui et quelquefois, je ne le supporte plus, je déteste même rester dans la même pièce que lui. En fait ma mère, dès le début ne faisait que de me rabaisser devant lui. Et quant à lui, elle le mettait sur un piédestal. Est ce pour cela que j’ai du dégoût vis à vis lui ?

Je suis perdue, je me sens très mal. Je crois que je suis en début de dépression... Je ne sors plus, je ne veux plus voir personne, je n’ai plus aucune envie, juste qu’on me laisse tranquille. Je me déteste moi-même, je ne dors même plus. Je vous écris ce mail et il est presque 5 heures du matin...

S’il vous plaît, aidez-moi, répondez moi. Que dois-je faire ? Je n’en peux plus de cette situation.

J’attends avec beaucoup d’impatience votre réponse.

Sonia



Les traditions et pressions familiales détruisent mon couple. Que dois-je faire ?
La réponse de MissLove

Sonia, votre situation est loin d’être facile. Votre désespoir m’interpelle et je vais donc tenter de vous donner mon avis sur la situation.

Ce que vous vivez, beaucoup de jeunes femmes contraintes de se marier le traversent. Le poids des traditions est souvent bien lourd à porter, surtout lorsque c’est au détriment de ses propres rêves et de sa propre vision de la vie.

Vous dites vous être mariée pour fuir votre mère et la pression qu’elle vous mettait. Vous parlez de dégoût vis-à-vis de votre époux et d’une totale absence de désir. Je pense Sonia que vous vous êtes malheureusement bel et bien mariée pour de mauvaises raisons. En effet, la réussite d’un mariage repose principalement sur les sentiments que les époux partagent l’un vis-à-vis de l’autre, mais également sur leur capacité à communiquer. Visiblement, vous ne partagez ni l’un ni l’autre avec votre époux, ce qui rend votre situation particulièrement compliquée.

Sexuellement parlant, je pense que la taille de son pénis ne rentre pas forcément en ligne de compte. Le fait que vous n’éprouviez rien pour lui à la base est certainement l’une des raisons pour lesquelles vous faites un blocage dans votre intimité. Du coup, vous ne vous donnez pas entièrement pendant l’acte qui devient alors une véritable contrainte. Le cunnilingus est un acte qui vous autorise une certaine passivité. Il ne vous engage à rien, vous recevez du plaisir sans ressentir l’obligation d’en donner et c’est certainement la raison pour laquelle vous éprouvez du plaisir à ce moment là, malgré le dégoût que vous inspire votre mari.

Quant à ce sentiment de rejet que vous éprouvez, oui, je pense effectivement que l’attitude de votre mère joue un rôle déterminant dans l’ensemble de votre relation. Le fait qu’elle vous rabaisse en sa présence vous pousse à le considérer davantage comme un rival, un ennemi, surtout s’il ne fait rien pour redresser la situation en vous valorisant devant votre mère ou même au quotidien, chez vous. Le fait que vous n’éprouviez aucun sentiment amoureux pour lui n’arrange pas les choses non plus.

Par ailleurs, il se peut aussi que vous projetiez votre propre dégoût de vous-même sur votre époux. Vous vous posez certainement des questions sur les raisons qui vous ont poussée à agir, à prendre une décision peut-être dans la précipitation (pour fuir votre famille), ce qui vous a engagée dans une situation à laquelle vous n’étiez visiblement pas préparée... Il est important dans ce cas que vous vous interrogiez sincèrement sur la véritable raison d’être de ce dégoût que vous dites éprouver pour votre mari. En essayant au maximum d’être objective, en essayant de vous déconnecter de tout le contexte qui entoure votre mariage, demandez-vous si ce que vous ressentez pour lui est vraiment justifié ou s’il ne s’agit pas simplement d’une projection ? Est-ce réellement quelqu’un de méprisable ? Serait-il incapable de comprendre ce que vous vivez et de prendre les mesures nécessaires pour essayer de sauver votre mariage ? N’y a-t-il réellement rien qui pourrait, dans d’autres circonstances, valoir le détour dans sa personnalité ? A aucun moment vous n’avez parlé de lui en termes extrêmes... cela me semble tout de même éloquent.

Pour résumer Sonia, je pense que vous n’avez désormais malheureusement que deux options :

- Soit vous quittez votre mari en faisant fi des traditions. Dans ce cas, vous devez être préparée à affronter les foudres familiales. C’est une décision très lourde que vous devrez prendre après mûres réflexions et surtout après une évaluation de vos capacités à résister aux pressions qu’ils ne manqueront pas d’exercer sur vous, voire au rejet.

Mais vous devrez également vous assurer de faire objectivement le bon choix, en ayant la conscience tranquille et des certitudes sur le fait que pour vous, il n’y avait vraiment plus rien à faire. Rien ne serait en effet pire que de partir dans ces conditions avec d’immenses regrets et des questions sur ce qu’on aurait pu faire ou ne pas faire... ;

- Soit vous donnez une nouvelle chance à votre mariage. Au bout de trois mois, je pense tout de même que c’est un peu tôt pour prendre la poudre d’escampette. Peut-être êtes-vous simplement encore révoltée par l’attitude de votre mère et par votre décision peut-être précipitée de vous embarquer dans une situation que vous n’assumez pas, au point où vous vous êtes laissée aveuglée et êtes passée à côté des qualités de votre époux. En vous laissant un peu de temps, en abordant délicatement le problème avec lui, peut-être réussirez-vous à donner une nouvelle orientation à votre mariage, à apprendre à vous connaître (chose que vous n’avez visiblement pas eu le temps de faire), quitte à vous éloigner un peu de vos familles respectives si possible. Essayez de lui en parler, non pas en pointant tous ses défauts et en déversant tous vos reproches, mais plutôt en axant la conversation sur votre besoin de vous épanouir en couple, avec lui, et sur la nécessité de vous éloigner de votre famille pour y arriver.

Tout n’est pas perdu Sonia. Nombre de mariages de raison ont fini par se transformer, avec le temps, en mariage d’amour. Peut-être pas l’amour fou, mais un amour sobre et réfléchi qui fait perdurer les vrais mariages.

Une chose est sûre en tout cas, c’est que tant que votre famille aura pignon sur rue dans votre vie, vos chances de sauver votre couple (si c’est l’option que vous retenez) et même celles de vous épanouir personnellement, en solo, seront vraiment minimes.

Bonne chance et surtout, donnez-nous de vos nouvelles.

Afroplurielles

Article Lu 13041 fois

Vendredi 18 Janvier 2008


Dans la même rubrique :
< >

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State