Référence multimedia du sénégal
.
Google

Les grandes manoeuvres pour la succession ont commencé

Article Lu 11435 fois


- La stratégie "TSA" , Tout Sauf le fils du president

Alors que les obsèques du président gabonais s'achèvent ce jeudi avec son inhumantion à Franceville, en coulisses, on s'agite déjà pour récupérer sa place à la tête du pays.



Les grandes manoeuvres pour la succession ont commencé
"Ça a commencé à dépoter et c'est logique", affirme un proche conseiller d'Omar Bongo. Dix jours après la mort du président gabonais, les grandes manoeuvres pour la succession ont commencé. Selon la Constitution, un scrutin présidentiel doit être organisé dans les 45 jours après la prestation de serment d'un président intérimaire, survenue le 10 juin. Un délai difficile à respecter "car les listes électorales ont été manipulées et doivent être nettoyées", souligne un conseiller de la présidence, qui table sur un scrutin au dernier trimestre 2009.

Après 41 ans au pouvoir, le chef de l'Etat n'avait pas désigné de successeur, ce qui attise les convoitises dans un pays fonctionnant par réseaux politiques, économiques, maçonniques, ethniques ou occultes.

Aucun candidat ne s'est encore officiellement déclaré.

La stratégie "TSA" , Tout Sauf Ali

Une quasi-certitude toutefois: le ministre de la Défense Ali Ben Bongo veut s'installer dans le fauteuil de son père. Il connaît les rouages de la présidence, contrôle l'armée ainsi que certains réseaux paternels et demeure un poids lourd du Parti démocratique gabonais (PDG) qui, du vivant d'Omar Bongo, régnait en maître sur les élections.

"Nous, tes enfants, ta famille prenons l'engagement solennel de garder allumée avec l'aide de nos concitoyens la flamme sacrée de l'harmonie familiale, de la concorde républicaine et de l'unité nationale", a lancé mardi Ali Ben Bongo dans son oraison funèbre.

Signe de son emprise sur une partie du clan: depuis la mort de son père, c'est systématiquement Ali qui s'exprime au nom de la famille.

Des membres du régime n'hésitent pas à affirmer qu'en coulisses, Ali Bongo est prêt à passer en force avant même l'organisation d'un scrutin.

Toutefois, le mot d'ordre "TSA" (Tout sauf Ali) circule à la fois dans l'opposition, une bonne partie du PDG et jusque dans la famille Bongo.

Selon un observateur, sa soeur Pascaline, directrice du cabinet d'Omar Bongo et gestionnaire de sa fortune, miserait sur son mari Paul Toungui, chef de la diplomatie, ou sur son ex-compagnon Jean Ping, président de la Commission de l'Union africaine.

"La population s'était habituée à l'idée qu'il n'y aurait pas de changement jusqu'à la mort du président. Mais maintenant elle veut un changement", analyse un ancien journaliste. "Cela clairement ne peut être Ali".

D'ailleurs, d'après une source proche de la présidence, "le fait que Bongo n'a pas officiellement désigné Ali est souvent interprété comme une indication qu'il ne voulait pas que ce soit Ali".

Crainte d'une ethnisation du scrutin

Du coup, les candidats potentiels sont légion.

"J'ai vu avec quelle force le vent des intrigues souffle dans les couloirs du pouvoir", a souligné le Premier ministre Jean Eyeghé Ndong lors de son oraison funèbre qui lui a aussi permis de se mettre en orbite.

Parmi les noms qui circulent, figurent ceux des opposants plus ou moins ralliés au régime (Pierre Mamboundou, Paul Mba Abessole, Zacharie Myboto), une flopée de ministres (Flavien Nzoundou, Casimir Oyé Mba, Idriss Ngari) ou des barons du régime tels l'ex-ministre Paul Biyoghé Mba et le secrétaire général du PDG Faustin Boukoubi. Bruno Ben Moubamba, soutenu par la société civile, serait aussi en lice.

Les observateurs craignent aussi une "ethnisation", d'autant que le scrutin à un tour ne favorise pas les regroupements.

"Avec l'ethnisation, qui était en sourdine sous Bongo, on sort du cadre politique. Là, il y a danger", prévient un ministre.

Les Fangs (30 à 40% de la population) seraient tentés de jouer la carte ethnique. Les autres communautés sont décidées à les contrer. Omar Bongo était issu d'une ethnie minoritaire, les Tékés

Le président Nicolas Sarkozy a assuré que Paris ne se mêlerait pas de la succession - comme on lui en prête volontiers l'intention.

Source: Jeune Afrique

Article Lu 11435 fois

Jeudi 18 Juin 2009





1.Posté par ALIOUNE BADARA le 18/06/2009 20:39
Alioune TINE un GOUROU d'un genre nouveau?

Méconnaissable, il l'a été hier à l'antenne.

Alioune TINE a déclaré à cor et à cri que la gestion des fonds engagés par l'ANOCI dans les travaux de constructions et d'aménagement des infrastructures devant accueillir l'OCI a été globalement positive.

Comment Mr TINE peut-il être aussi péremptoire?

Sait - il dans le détail comment les fonds ayant servi à la construction des routes ont été dépensés?

Alioune TINE sait-il comment pour le besoin de son fonctionnement l'ANOCI, une Agence, a dépensé plus de 15 milliards?

Pourquoi Mr. TINE a accepté que l'audit soit limité aux seules dépenses de fonctionnement de l'ANOCI?

Pourquoi Alioune TINE a accepté d'être caution de l'exclusion des dépenses concernant les travaux proprement dits de l'audit.

Pourquoi Monsieur TINE a accepté sur le seul accord de principe d'un audit externe (qui aura lieu quand?) donné par les responsables de l'ANOCI de prendre part à cette mascarade?

Pourquoi Alioune TINE parle -t - il de Bilan globalement positif là où les élements même d'un bilan ne sont pas réunis d'autant plus que les sources des ressources supposées avoir financé des emplois pour la majeure partie occultés, sont maintenues inconnues?

Pouquoi Alioune TINE n'a t-il pas d'abord demandé sinon l'audit tout au moins la clarification des sources de financement?

Pourquoi?

Pourquoi au moins un membre du conseil de surveillance a refusé d'apporter sa caution en refusant de signer?

ALIOUNE TINE DEVIENT VERSATILE ET PAR CONSEQUENT DE PLUS EN PLUS PEU SÛR. C'EST MA CONVICTION!!!

2.Posté par MSJKMW le 18/06/2009 22:00
Message du mouvement senegalais j'aime karim meissa wade(msjkmw)
Nous sommes un groupe de jeunes cadres soucieux du devenir du senegal et de l’avenir de sa jeunesse.
Le senegal est le plus grand héritage que nous ayons reçu de nos parents et que nous léguerons nous même a notre descendance.
il existe tout de même encore quelqu’un qui peut aider le senegal.
A ce propos,notre mouvement ete unanimes à reconnaitre karim pour ses dispositions intellectuelles, ses compétences professionnelles, son portefeuille relationnel, sa capacité à gérer efficacement les hommes, sa constance dans ses engagements, mais également son charisme, la qualité de ses rapports avec les autres, sa capacité à pardonner, nous paraissait le leader le mieux indiqué pour prendre le destine du senegal.
Dans notre quête d’informations et de vérités nous avons pu obtenir plusieurs réponses qui nous ont permis de comprendre que nos esprits avaient certainement pu se laisser endormir. Notamment à cause de la multitude d’informations très souvent non fondées générées par les luttes politiques. Nous vous invitons donc a partager avec nous sous forme de résumé succinct les informations qui ont retenues notre attention sur cette personnalité.
Né à Paris, Karim Wade est le fils d'Abdoulaye Wade et de son épouse française, née Viviane Vert. Il a une sœur cadette prénommée Sindiély. À Dakar, le jeune garçon fréquente l'École franco-sénégalaise de Fann, puis le Cours Sainte Marie de Hann[8]. Lorsqu'il entre en classe de seconde, il devient interne dans un établissement privé français, Saint Martin de France à Pontoise. C'est là qu'il obtient son baccalauréat en 1987, dans une filière dédiée aux sciences économiques (B). Peu de publications témoignent de cette période et Abdoulaye Wade, dans sa volumineuse autobiographie[9], ne fait pratiquement aucune référence à son fils.
À la sortie du lycée, Karim Wade entreprend des études supérieures à l'Université de la Sorbonne, où, après une maîtrise en sciences de gestion (MSG), il prépare un DESS en ingénierie financière qu'il obtient en 1995 avec un mémoire intitulé Utilités et perspectives de développement du corporate governance en France et coécrit avec sa sœur cadette. C'est aussi à la Sorbonne qu'il fait la connaissance d'une jeune Française, Karine, qu'il épouse et avec laquelle il a trois fillettes (3, 5 et 7 ans en 2009). Karine Wade est morte le 10 avril 2009[12]. En marge de ses études, il s'implique dans le combat politique de son père et, à Paris, il participe à des réunions à la permanence du PDS, à des manifestations, et distribue des tracts avec sa sœur, également étudiante.
Dans le cadre de son DESS, il a effectué son stage de 6 mois à Paris, à la Société de banque suisse qui lui propose dans la foulée un poste de cadre au département fusion-acquisition qu'il occupe pendant un an, avant d'être recruté à Londres par la banque d'affaires UBS Warburg, une filiale de l'UBS (en 1998 la Société de banque suisse fusionne avec l'Union de banques suisses pour former l'UBS). Ses activités se situent dans le secteur des mines, dans le conseil à plusieurs gouvernements africains, mais aussi en relation avec des sociétés multinationales telles que De Beers (diamants), Anglo American (mines) ou Texaco (pétrole)[14].
Nous vous invitons joindre notre mouvement senegalais j'aime karim meissa wade. c' est l'affaires de tous et toute c' est le senegal qui sort vainqueur.
notre email msjkmw@yahoo.fr

3.Posté par Badiane le 18/06/2009 23:08
Ne cherchez pas de midi à quatorze heures ! C'est l'application concrete de la theorie wadiennne: "tout senegalais est corruptible; il faut juste savoir comment s'y prendre". Les emoluements de l'ANOCI ont eu les effets escomptes sur la cervelle de Tine par la bande à Karim.

4.Posté par Karim WADE le 18/06/2009 23:53
La stratégie "TSKMW" , Tout Sauf le fils du president ne peut se faire au Senegal car avec l'argent on peut tout acheter il suffit d'y mettre le prix.Suivez mon regard.Y en a beaucoup qui se deculottent.

5.Posté par Karim WADE le 18/06/2009 23:55
Je precise que je ne connais point le mouvement MSJKMW.Faites attention a vos sous.

6.Posté par Marietou le 19/06/2009 00:02
TSA en public mais en douce c le TPA (tous pour ali)

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 8 Décembre 2016 - 11:24 Un avion s'écrase au Pakistan, aucun survivant

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State