Référence multimedia du sénégal
.
Google

Les femmes libérales de Dakar avertissent: « Nous nous dressons en rempart contre ceux qui veulent envoyer Pape Diop à l’échafaud »

Article Lu 11024 fois

La commission féminine départementale de Dakar du Pds s’est prononcée cet après midi au cours d’une conférence de presse sur les supposées relations tendues entre Me Wade et Pape Diop. Après s’être porté à faux contre ses allégations, la commission féminine promet de se dresser en rempart contre les forces qui veulent envoyer le président du Sénat à l’échafaud.



Les femmes libérales de Dakar avertissent: « Nous nous dressons en rempart contre ceux qui veulent envoyer Pape Diop à l’échafaud »
« Il n’y aucun nuage entre le président de la République et le président du Sénat ». C’est du moins la conviction de la commission féminine départementale de Dakar du Parti Démocratique Sénégalais (Pds). Pour Thiaba Sidy par ailleurs présidente de ladite commission et ses camarades, les supposées relations tendues entre Pape Diop et Me Wade sont à classer dans le cadre des rumeurs distillées par des personnes tapies dans l’ombre. « Depuis quelques temps, de folles rumeurs circulent sur de supposées relations tendues entre Me Wade le secrétaire général du Pds et Pape Diop président du Sénat. En tant que jeunes de la commission féminine de Dakar, nous voudrions nous inscrire en faux contre de telles allégations », a affirmé Awa Dia qui a lu la déclaration préliminaire. Pour Thiaba Sy, Awa Dia Ndeye Birame Sock et les femmes libérales de Dakar qui ont assisté à la conférence de presse tenue au centre culturel de Ouago-Niayes, les relations entre Pape Diop et Me Wade sont au beau fixe. Mais ces femmes n’ont pas aussi manqué de mettre en garde certaines personnes en mal de popularité tapies dans l’ombre et qui veulent déstabiliser le président du Sénat. « Leur sombre entreprise est une cause perdue d’avance et elles ne réussiront pas à créer à nouveau des tensions au sommet de l’Etat », a assuré Thiaba Sidy.

Ainsi les femmes libérales du département de Dakar, promettent d’être les ceinturions du président du Sénat. « Nous nous dresserons en rempart contre les forces du mal qui veulent envoyer Pape Diop à l’échafaud », a laissé entendre Awa Dia.

La commission féminine départementale de Dakar s’est aussi prononcée sur la vente des cartes du Pdsl et les renouvellements des instances de leur parti et c’est pour confirmer le leadership de Pape Diop dans le département de Dakar. « Pape Diop ne peut pas perdre Dakar, car nous restons mobilisées derrière lui », ont-elles dit. Bref pour Thiaba Sidy, Ndeye Birame Sock, Awa Dia et compagnie, Modibo Diop ne peut rien contre le président du Sénat.

Biram NDIAYE
Source Sununews.com

Article Lu 11024 fois

Dimanche 24 Janvier 2010





1.Posté par ESP ANNÉE BLANCHE A L’HORIZON le 25/01/2010 00:52
École Supérieure Polytechnique de Dakar : ANNÉE BLANCHE A L’HORIZON



La formation fait partie des facteurs clés du développement pour une société, notre pays a besoin de former le plus de jeunes possibles afin de pourvoir faire face à l’agression économique occidentale et asiatique. Il y’a lieu de tout faire pour satisfaire ce besoin sachant que les industries s’implantent là où il y’a une main d’œuvre qualifiée. Nous nous accorderons tous donc sur le fait que nos jeunes doivent être bien formés. Les étudiants de l’ESP sont bien conscients du problème auquel l’état est confronté : ayant besoin de jeunes cadres bien formés en ne disposant pas d’assez de moyens pour cela.

L’avenir du Sénégal se trouve donc entre les mains de ces jeunes techniciens, ingénieurs, managers et hommes d’affaire qualifiés. Toujours est-il qu’il faut que ces jeunes gens soient compétitifs pour créer de la valeur ajoutée. Avoir une masse formée est un atout important si cette dernière a subit une formation de qualité pour pouvoir défendre les intérêts économiques de notre nation.

L’ESP traverse depuis trois ans un problème qui gangrène l’établissement et ternit l’image de l’école. Dans un institut où doivent être formés des techniciens, ingénieurs et managers, on ne peut accepter que l’année académique soit tronquée chaque fois de plusieurs semaines. L’année courante (2009-2010) est encore pire que les autres car la détermination des étudiants pour sortir de ce cercle vicieux est sans faille. De ce fait, voilà déjà plus d’un mois de perdu à cause de ce problème, si on y ajoute le mois de grève des professeurs, on se retrouve avec plus de deux mois de moins dans l’année académique. D’une part les relations entre certains professeurs, et d’autre part entre les étudiants et les enseignants se sont fortement dégradées. Notre Directeur a quelque part raison quand il dit qu’on est dans une « situation pourrie » car il y’a un climat délétère qui règne dans l’Ecole Supérieure Polytechnique depuis le début de l’année. Quoique l’on dise, l’école ne peut marcher dans cette anarchie. C’est une véritable crise d’autorité qui s’est installée depuis trois années dans ce temple du savoir qui est sensé être une fierté pour tout le Sénégal car accueillant la crème de la crème des étudiants.

2.Posté par mook le 25/01/2010 01:44
ESP mais qu'est ce ke tu racontes là ?
Déét way fofou sama école leu di wakhtane lén ba dioubo rék dina bakh.
C'est surement les niaks !!!

Nouveau commentaire :
Twitter


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 11:54 Macky Sall à Versailles chez Abdoulaye Wade

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State