Référence multimedia du sénégal
.
Google

Les employés se la coulaient douce sur le dos de leur patron

Article Lu 1574 fois


En voulant aider des jeunes à sortir des affres du chômage, l’aviculteur Ibrahima Ndoye était loin d’imaginer que ces derniers allaient faire preuve d’ingratitude. Les employés rentraient tous les soirs avec d’énormes quantités de produits avicoles écoulés sur le marché. Cela leur a coûté deux mois ferme.

Depuis l’année 2006, les nommés Alpha Anne, Gorgui Kâ, Papa Ngom et Ibrahima Bâ, tous employés dans une ferme avicole sise à Pout, faisaient main basse sur les poulets, œufs et aliments destinés à la volaille. Leur victime est un ancien fonctionnaire qui a fait valoir ses droits à la retraite. En effet, Ibrahima Ndoye avait utilisé les services de ces jeunes pour mettre fin à leur désœuvrement.

C’est ce que ces derniers n’ont pas compris, eux qui rentraient chaque matin avec 37 œufs chacun, en plus des 25 kilogrammes d’aliments pour volaille qu’ils parvenaient à sortir de la ferme, de connivence avec le gardien des lieux, Ibrahima Bâ.

Ce dernier a toujours fermé les yeux sur les agissements de la bande d’amis. A en croire l’aviculteur Ibrahima Ndoye, depuis que son gardien a pris service en 2006, la situation de la ferme en a pris un coup. A chaque fois qu’il réforme son poulailler, c’est un manquant considérable de poulets qu’il constate. C’était plus de 20 poulets en 2006 et 321 en 2007. Il finit par remercier le gardien pour recruter à sa place Serigne Lèye, un membre de la bande des quatre nommés plus haut.

Pour mettre la main sur ces derniers, Ibrahima Ndoye déclare avoir demandé à ses deux enfants de passer la nuit à la ferme et d’avoir l’œil sur ses quatre employés. A sept heures du matin, c’est d’abord Alpha qui fut pris la main dans le sac avec deux plateaux d’œufs, puis Gorgui Kâ qui avait par dévers lui un sac rempli d’aliments pour volaille. Joint au téléphone, le maître des lieux fit le déplacement pour constater de visu les faits reprochés à ses employés qui furent conduits à la Brigade de Gendarmerie de Pout. Ils furent rejoints plus tard par l’ex-gardien qui serait, selon eux, leur complice. D’après Alpha Anne, à chaque fois qu’ils rentraient chacun avec 37 œufs, Ibrahima Bâ recevait sa part de... cinq œufs. Les trois employés écoulaient l’aliment volé à un prix dérisoire auprès de certains aviculteurs de la zone. L’argument, qu’ils ont servi à l’ex-gardien, était des plus simplistes. En effet, c’est parce qu’ils seraient mal rémunérés que l’idée leur est venue de faire subir un préjudice énorme à leur bienfaiteur.

A la barre, Ibrahima Ndoye a estimé ce préjudice à plus de quatre millions de francs. Pape Ngom, qui a toujours nié les faits, déclare avoir été mêlé par erreur dans cette affaire à laquelle il n’a jamais participé.

Le tribunal a revu en baisse la somme réclamée, c’est-à-dire 4.486.000 francs. Et finalement, ils devront remettre un million de francs à la partie civile. Cependant, ils passeront avant tout un séjour de deux mois ferme à la Maison d’arrêt et de correction de Thiès.

Source: Le Soleil

Article Lu 1574 fois

Mercredi 26 Décembre 2007

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State