Référence multimedia du sénégal
.
Google

Les chrétiens regrettent les fêtes de plus en plus modestes au Sénégal

Article Lu 1804 fois

Les festivités de la Pâques célébrée dimanche par la communauté chrétienne au Sénégal deviennent de plus en plus modestes regrettent plusieurs membres de la communauté interrogés par APA.



Les chrétiens regrettent les fêtes de plus en plus modestes au Sénégal
La Pâques, fête religieuse chrétienne commémorant la résurrection de Jésus Christ, le troisième jour après sa crucifixion, du grec Pathos, est célébrée par 4% de la population sénégalaise majoritairement (95%) composée de musulmans. Ces festivités jugées « extrêmement chères » cette année ont amené plusieurs chrétiens catholiques à se contenter « du minimum ». « La cherté de la vie est devenue telle qu’on ne peut plus se permettre une certaine qualité de vie à fortiori de fêter dignement la Pâques après 40 jours d’abstinence", a souligné M. Badiane, habitant un nouveau quartier à Sacré Cœur, à la périphérie de Dakar-Plateau.

"Nous nous contentons non pas d’un bon repas en famille mais de préparer plutôt le ngalax (un dessert sénégalais à base de couscous fait à partir du millet avec de la pâte d’arachide, du pain de singe, d’eau, du sucre etc.) le jour du vendredi saint »,

La préparation du ngalax au lieu d’un « bon repas de famille » s’explique par le sens du partage « cher au Sénégalais », selon M. Badiane.

« Nous préférons faire du ngalax parce qu’il n’est pas trop cher, sa cherté dépend en fait des femmes et du niveau social des familles. Mais nous faisons surtout du ngalax pour partager un repas entres gens de la communauté mais aussi avec nos frères et sœurs musulmans qui ne nous oublient pas pendant les fêtes de tabaski ».

«Dans notre famille, et je pense qu’il en est ainsi dans beaucoup familles catholiques, c’est le partage qui est désormais privilégié, parce que nous nous rendons compte que la mauvaise qualité de vie est en train de tuer les valeurs de partage danse ce pays", a-t-il indiqué.

"Si vous faites un repas de famille, vous le mangerez seul avec votre famille chrétienne, si le musulman décide de tuer un mouton pour sa famille uniquement, aucun chrétien ne recevra de viande. Je pense que nous n’avons pas le droit de détruire certains acquis sociaux et vertus au nom d’un bon repas de famille », a-t-il prévenu.

Son ami Vincent Coly estime pour sa part que la cherté de la vie au Sénégal est en train de faire « imploser » les familles.

« Les repas de famille, on les faisait déjà difficilement depuis le départ de Senghor (premier président chrétien du Sénégal, feu Léopold Sedar Senghor, qui a cédé le pouvoir à Abdou Diouf en 1981)", a relevé M. Coly.

Selon lui, maintenant on ne fait rien du tout, soulignant qu’on se contente du minimum, cela veut dire d’un repas à peine plus riche que celui de tous les jours, d’un vin quelconque.

"On ne peut même plus se permettre de réunir toute la famille à plus forte raison des amis musulmans », regrette M. Coly.

« Avant, on préparait du porc pour ceux qui le mangent, parce qu’il y a des chrétiens qui n’en mangent pas et on pensait à nos frères musulmans. Il était hors de question qu’un ami musulman prépare à la maison pendant la Pâque et les autres fêtes chrétiennes, comme il était impensable pour nous de préparer à manger le jour de la Korité ou de la Tabski. Aujourd’hui, si vous ne préparez pas, vous jeûnez », poursuit M. Coly.

« On ne s’achète pas d’habit neuf, on ne mange pas avec les enfants, chacun fait la fête comme il peut. La famille est en train d’imploser parce que la vie est chère ».

Edouard Diatta, étudiant, avoue ne pas avoir mangé « à ce jour » un œuf de Pâque (un œuf en sucre ou en chocolat spécialement décoré offert traditionnellement le matin du dimanche de Pâques).

« Je n’en ai jamais vu chez moi. J’en entends parlais seulement, mes frères aînés en ont peut-être mangés », rappelle EdouardDiatta, 23 ans.

« Je ne sais pas si les enfants de notre génération ont déjà vu un œuf de Pâques. Les plus âgés peut-être », dit-il.

« Qui va faire un œuf de Pâques aujourd’hui ? Donner un œuf à chaque membre de la famille, mais c’est impensable. C’est du luxe cela, je vais vous dire, pour le chocolat, on prend du nescao on y ajoute du lait et on a un chocolat chaud. On fait de la débrouille », explique un Cap-Verdien né au Sénégal Aristide Lopes.

Cette année, le pape Benoît XVI qui a célébré la messe de Pâques au Vatican, place Saint Pierre, a placé les fêtes sous le signe de la liberté religieuse.

Source: APA

Article Lu 1804 fois

Lundi 24 Mars 2008





1.Posté par REEW le 24/03/2008 15:07
Il faut une radio et une télé chrétienne au Sénégal. Il faut un espace d'expression pour nos compatriotes chrétiens et autres confréries. Il y va de la Paix dans notre pays. Je ne suis pas chrétien.

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State