Référence multimedia du sénégal
.
Google

Les autorités de l’Anoci veulent-elles écarter les journalistes du journal ''Le Quotidien'' de la couverture de l'OCI ?

Article Lu 1635 fois

Les autorités de l’Anoci veulent-elles écarter les journalistes du journal Le Quotidien de la couverture du 11e Sommet de l’Oci ? Ce qui était un doute pour la Rédaction, depuis le début du mois de février, est maintenant une certitude. Car, elles ne ménagent aucun effort, à ce propos. Les preuves ? Le dernier acte posé et qui nous fait rater la rencontre des experts de ce week-end. Comment ? Par de fausses informations. Déjà vendredi dernier, quand on chercher des nouvelles par rapport au retrait des badges, auprès d’un membre de la sous-commission Communication, en l’occurence Ndiaya Diop, il nous a indiqué que, «pour des raisons de sécurité, nous allons attendre le dernier moment pour remettre les badges». La psychose sécuritaire, tel un sempiternel exutoire, ressemble de plus en plus à de la paranoïa. Mais, on continue de patienter. Ainsi, c’est à 23 h passées qu’un fax tombe à notre Rédaction pour indiquer que les badges peuvent être retirées à la caserne Samba Diéry Diallo jusqu’à 2 h ou le lendemain.



Les autorités de l’Anoci veulent-elles écarter les journalistes du journal ''Le Quotidien'' de la couverture de l'OCI ?
Les reporters, pas encore au bout de leurs peines, se présentent sur les lieux indiqués où il faut encore se faire photographier avant de pouvoir obtenir le fameux sésame. Un sésame qui n’ouvre aucune porte. Malgré toutes les indications demandées dans les formulaires d’accréditations à propos des véhicules de la Rédaction, ils sont indésirables sur le chemin de l’hôtel Méridien. (Voir ailleurs). Ces péripéties, entre autres frustrations, ont commencé depuis le 2 février dernier. Comme si l’Anoci, sa commission ou sous-commission Communication nageaient en eaux troubles, au point de ne rien maîtriser par rapport aux accréditations.

D’abord, c’est un fax qui demande la liste des personnes à accréditer (3 journalistes et 1 reporter photographe). Cela fait, d’autres instructions tombent : les demandes d’accréditation (2 journalistes et un photographe) doivent maintenant être accompagnés de deux photos d’identité, une photocopie de la pièce d’identité, une photocopie de la carte de presse. Sans compter toutes les indications déjà données en remplissant le formulaire d’accréditation où on demandait même la couleur de votre voiture, entre autres exigences.

Cinq jours plus tard, d’autres exigences : Il ne suffit plus des dossiers d’accréditation, mais il faut se déplacer jusqu’au Cices pour se faire photographier par les agents de la Sagam, chargés maintenant de la confection des badges, selon des membres de la sous-commission communication de l’Anoci. C’était l’avant-veille du jour fixé comme deadline pour les accréditations.

Le lendemain, à 17 heures, d’autres changements. En lieu et place du Cices, les reporters à accréditer doivent se présenter avant 18 h au siège de l’Anoci, non seulement pour se faire photographier, mais aussi pour que leurs empreintes soient prises, en plus de l’enquête de moralité. Ce qui ne pouvait pas se faire. Alors, rendez-vous est pris pour le lendemain, après des échanges de propos avec divers membres et responsables de l’Anoci. Mais, déjà, on soupçonnait une volonté de mettre à l’écart les journalistes du journal Le Quotidien, malgré les dénégations des responsables de l’Anoci. N’empêche, on relativisait en se disant que nous ne sommes pas les seuls à vivre ces misères, juste pour remplir notre contrat avec les lecteurs. Que, peut-être, c’est le lot de tous les journalistes sénégalais qu’on traite comme des présumés terroristes. Car, a-t-on besoin d’une enquête de moralité, juste pour délivrer des accréditations à des Sénégalais ? Ce traitement est-il valable pour les confrères étrangers ? A quoi vont servir toutes ces données -sans compter qu’il y a, au moins, deux rapports d’enquête de police sur tous les éléments du journal Le Quotidien sur la table des plus hautes autorités de ce pays. On sait qu’il y a des experts en matière de faux dans ce pays et qu’il fut un moment où il était question de «salir» certains journalistes par rapport à des questions d’argent avec de fausses factures et de fausses signatures qui semblent plus vraies que les originaux. Forts de ces éléments, l’opinion publique nationale et internationale est prise à témoin.

Aminatou M. DIOP

Source: Le Quotidien

Article Lu 1635 fois

Lundi 10 Mars 2008





1.Posté par Mansour le 11/03/2008 07:39
Le quotidien franchement vsetes un journal de m...! Vous ne faites que du Diakhassé. Mais arrêtez bon. Je suis opposant au regime de Wade mais c´est lassant de lire vos salades sur Wade et son fils. On a l´impression que vous n´avez pas d´autres sujets. Franchement où est la déontologie et l´objectivité ds tt cela! Vous êtes une honte!!!

2.Posté par Mansour Bis le 11/03/2008 10:50
Serigne Mansour,
Un peu d'honnete pour une fois ce n'est la position du quotidien que nous devons analyser. L'important c'est la liberte de presse point.
Si le quotidien est accredite comme il se doit donnons leur les elements pour faire le travail amoins que nous ayons deja bascule en Dictature ou en Dolecratie.
Ndok

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State