Référence multimedia du sénégal
.
Google

Les acteurs de l'alternance laissés en rade : Mahmout SALEH tire sur le gouvernement d'Hadjibou SOUMARE

Article Lu 1298 fois

Mahmout Saleh ne se reconnaît pas dans le gouvernement d’Hadjibou Soumaré. C’est parce que, selon le leader du Nouveau parti, il ne reflète pas la physionnomie de l’alternance. En d’autres termes, Saleh déplore l’absence, dans ce nouvel attelage gouvernemental, des alliés de Me Wade qui ont conduit ce dernier à la magistrature suprême.



Les acteurs de l'alternance laissés en rade : Mahmout SALEH tire sur le gouvernement d'Hadjibou SOUMARE
(Correspondance) – Aucun des acteurs de l’alternance, parmi les alliés du président Abdoulaye Wade qui ont conduit ce dernier à la magistrature suprême, ne figure dans le gouvernement d’Hadjibou Soumaré. Un constat qui rend amer Mahmout Saleh. Le secrétaire général du Nouveau parti qui était jeudi dernier à Thiès, où il a présidé la réunion du Bureau politique de son parti, a laissé en entendre que le gouvernement d’Hadjibou Soumaré ne reflète nullement la physionomie de l'alternance en ce sens qu’il est pratiquement caractérisé par ‘l’absence de tout ce qui est historique et qui aura participé à l’avènement de l’alternance et contribué à sa consolidation et à son renforcement’. En clair, Saleh fait allusion aux acteurs de l’alternance qui ont été balayés un à un par Me Wade. C’est Amath Dansokho qui avait ouvert le bal, suivi de Moustapha Niasse, puis par le Pr Abdoulaye Bathily et les ministres de la Ld/Mpt d’esquisser les pas de l’ultime tango sonnant le glas d’un compagnonnage qui a connu son point d’orgue un soir de 19 mars 2000. Pas même les alliés du Pds regroupés dans la Cap 21 ne figurent dans le nouveau gouvernement. C’est pourquoi Saleh ne s’y retrouve pas. ‘Ce gouvernement est principalement constitué par des éléments qui n’étaient pas visibles, hier, quand il fallait se battre pour le changement et quand il a fallu défendre les premières conquêtes issues de l’alternance. Il en est de même chaque fois que des enjeux politiques majeurs pour l’alternance se sont présentés’. De ce point de vue, le leader du Nouveau Parti d’estimer qu’il est possible d’avoir des doutes quant à la disposition d’un tel gouvernement à répondre aux préoccupations des populations sénégalaises.
Mais, malgré son septicisme, Saleh veut croire au miracle : ‘Ne jugeons pas sur de l’abstrait. Nous pouvons avoir cette appréciation des uns et des autres et être ensuite surpris positivement. C'est-à-dire les voir faire le contraire et aller vers des mesures hardies de réduction significatives du coût de la vie à savoir la baisse des prix des denrées de première nécessité et, au-delà, le coût du loyer, des transports et du courant entre autres’.

S’agissant de la non-participation de sa formation politique au gouvernement, le leader du Nouveau Parti se dit d’avis que même si lui, personnellement, ne ressent aucune frustration, il n’en demeure pas moins que ses militants ne comprennent pas qu’aucun d’eux n’ait été pressenti. Une incompréhension qu’il dit avoir saisie à sa juste mesure. ‘Après tout ce que ceux-là ont eu à faire pour la sauvegarde et le renforcement de l’alternance, c’est normal qu’ils vivent très mal leur absence dans le gouvernement’. Et Mahmoud Saleh de préciser que si son parti regrette de n’avoir pas participé au nouveau gouvernement, c’est surtout pour des considérations d’ordre politique et historique liées aux perspectives futures dans le pays. De manière plus explicite, il fera savoir que tout le monde sait comment un parti peut s’appuyer sur une position de pouvoir pour se renforcer et postuler au renforcement de ses positions politiques pour l’avenir. Par conséquent, le leader du Nouveau Parti estime évident que ses militants se posent des questions. En particulier en voyant qu’on est en train d’aider des formations politiques qui, hier, ont tout fait pour endiguer la dynamique populaire qui s’orientait vers le changement, en leur conférant des positions de pouvoir fortes leur donnant, ainsi, les moyens d’asseoir et de renforcer leurs bases politiques pour d’autres conquêtes.

Toutefois, et malgré leur mise à l’écart dans la formation de ce gouvernement, Mahmoud Saleh et ses militants se refusent pour l’instant de prendre une quelconque position. ‘Nous attendons de voir ce que ce gouvernement proposera aux Sénégalais pour apprécier dans quelle position, il se trouve par rapport à nos préoccupations. Nous attendons les orientations qui seront contenues dans la déclaration de politique générale du nouveau Premier ministre pour nous fixer sur la position à adopter’. Quant à leur avenir dans la mouvance présidentielle, Mahmout Saleh fera savoir qu’ils sont avec le président Wade dans une alliance nouée avant l’avènement de l’alternance et qu’ils pensent devoir encore être à ses côtés. Sous quelle forme ? Là aussi, il dit attendre de voir comment la situation va se configurer pour se déterminer sur la forme et le contenu de leur nouvelle alliance avec le Pds.

Sidy DIENG
Source: Walfadji

Article Lu 1298 fois

Samedi 14 Juillet 2007


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 19 Octobre 2016 - 12:30 Convocation de Barhelemy Dias: le Ps divisé

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State