Référence multimedia du sénégal
.
Google

Les Sénégalais grands consommateurs de riz: 22% du marché mondial dans nos... assiettes

Article Lu 1814 fois

Dans nos assiettes, le riz asiatique importé éclipse depuis des années le riz local produit dans la vallée du fleuve Sénégal et au « pays des rivières », la Casamance. Cette dépendance quasi exclusive de la production extérieure pèse lourdement sur l’économie sénégalaise.



Les Sénégalais grands consommateurs de riz: 22% du marché mondial dans nos... assiettes
Pourtant le Sénégal est bien pourvu en la matière et, exclusivement, sur ses parties extrêmes Nord et Sud. Dans la zone appelée vallée du fleuve Sénégal, il se développe - depuis l’avènement des barrages de Diama et Manantali - une riziculture irriguée. Dans sa partie méridionale, en Casamance, notre pays développe une riziculture pluviale. De par l’historique très différente de ces deux zones, les qualités de riz demandées sont différentes, mais toutes, de l’avis d’un spécialiste, procurent la même sensibilité gustative. Et le riz importé d’Asie ? Le même expert agricole nous confie qu’il a la même saveur que le riz local. Du fait peut-être que la production de riz, au niveau local, ne peut couvrir les besoins sur le territoire national, le Sénégal, depuis des lustres, se meut dans le sillage des pays d’Afrique grands importateurs de riz. Ce qui lui confère aujourd’hui une part importante dans le marché mondial de ce produit alimentaire, à la transformation duquel son peuple tire le nom de son plat national : le « ceebu jën » (riz au poisson). Selon un participant à l’atelier sur la « dimension genre dans les politiques agricole et rurale » qui s’est tenu hier au Méridien Président, « le Sénégal consomme 22% du marché mondial du riz ». E-noor-me ! Ce qui correspond à 120 milliards de francs Cfa. « Avec un taux d’accroissement de la consommation de 5,85% à l’horizon 2015, renchérit notre source, le Sénégal pourrait consommer 1.010.640 tonnes ; ce qui ferait une valeur de 208 milliards ». Pire, d’ici peu, avertit notre interlocuteur, le marché va se rétrécir. « Les Chinois, dit-il, à cause de leur poids démographique évolutif, vont s’accaparer la production des autres pays asiatiques ». Une logique d’autosuffisance alimentaire y pourvoit. Pour ne pas tomber dans les travers d’une dépendance pérenne de la production extérieure, le Sénégal est appelé, selon Abbé Jacques Seck, à consommer le riz qu’il produit. « Entre le Sud et le Nord, nous pouvons nourrir le pays », a indiqué l’homme d’église.

Abdourahmane SY
Source: L'actuel

Article Lu 1814 fois

Dimanche 15 Juillet 2007





1.Posté par Diop Sarr le 16/07/2007 01:08
NAÏVETE ET REVERIE SENEGALAISES
« le Sénégal consomme 22% du marché mondial du riz ». Il faut être vraiment au Sénégal pour voir écrire ces niaiseries. Le petit Sénégal avec ces 11millions de gorguis arrive à incurgiter 22% du marché mondiale de riz sacré. Nos journalistes sont à l'image de notre président qui raconte n'importe quoi il écrivent n'importe quoi sans s'assurer de la vraisemblance des faits. Selon la FAO la production mondiale de riz paddy a atteint 628 millions de tonnes en 2005. Et selon la CNUCED En 2003, la production mondiale de riz usiné s'est élevée à 395 millions de tonnes de riz. Et les importations mondiales ont atteint le volume record de 29 millions de tonnes durant le calendrier 2005. Imaginez 22% de la production paddy ou la production usinée ou la production importée ?

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State