Référence multimedia du sénégal
.
Google

Le tragique destin des proches de WADE: Qui sera la prochaine victime

Article Lu 11041 fois

Les ‘fils’ de Wade semblent avoir en commun un tragique destin qui les expose inéluctablement à l’échafaud. Après Ousmane Ngom, Idrissa Seck et Macky Sall, Farba Senghor le vérifie à ses dépens. Mais, la question qui mérite, aujourd’hui, d’être posée est celle de savoir qui sera le prochain à passer sur la chaise électrique.



Le tragique destin des proches de WADE: Qui sera la prochaine victime
C’est à croire que la guillotine est le destin des proches collaborateurs de Me Wade, ou à tout le moins, des personnes ayant une certaine proximité avec lui. L’itinéraire politique du président de la République révèle, en effet, que l’homme s’accommode mal qu’un de ses proches émerge des rangs dont il est la tête de file au point de lui ravir la palme. Et, empruntant l’expression au Pr Ousseynou Kane, chef du département Philosophie de l’Ucad, disons que le président Wade pourrait être assimilé au dieu Chronos, dont la particularité était de ravaler sa progéniture.
Le récent limogeage du gouvernement, de Farba Senghor n’en est qu’une illustration parmi d’autres. Ce dernier, à force de se mêler de toutes les affaires jusqu’à se permettre de porter des appréciations sur le travail de ses collègues du gouvernement et de se faire l’avocat de son Maître au point de s’autoriser des menaces en direction des citoyens osant critiquer ce dernier, avait fini par se donner des airs de tout puissant homme-lige du patron du Pds. Considéré comme la voix de ce dernier dont il bénéficiait, aux yeux de l’opinion, du soutien tacite, Farba Senghor était devenu un homme craint. Ses critiques à l’encontre de ses ‘frères’ de parti étaient perçues comme annonciatrices d’une future disgrâce de la part du président de la République. Mais, le ministre transversal qu’il était, va comme ses devanciers à ce statut subir le sabre de son chef de parti.

Avant lui, Ousmane Ngom, Idrissa Seck et Macky Sall ont connu le même sort. Leur dénominateur commun, ils furent, en un moment donné de l’histoire du parti libéral, les numéros deux du Pds. Ce qui faisait d’eux, dans ce parti, des dauphins désignés de Me Wade et, par conséquent, les personnes avec lesquelles il fallait composer si on voulait réaliser ses ambitions politiques.

Le premier, en l’occurrence, Ousmane Ngom disait, parlant de ses relations avec Wade, que s’il était un produit, on aurait pu le labelliser ‘made by Wade’. Une façon de reconnaître son ‘formatage’ par son mentor. Aussi, s’est-il voulu reconnaissant à travers un militantisme débordant lorsqu’il portait la parole de son parti. L’on se rappelle, ainsi, de ses prestations au sein de l’hémicycle où, en tant que président du groupe libéral, et seul contre tous, il tenait la dragée haute contre des barons socialistes rompus dans l’art de la polémique et de la diatribe. Ses prises de parole face au puissant Abdourahim Agne restent dans les mémoires. Dans certains cercles du régime d’alors, il se disait, d’ailleurs, que le numéro deux du Pds était même plus redoutable que son chef de parti. Mais la suite, on la connaît, le divorce avec le patron du Pds se fera avec fracas et Ngom, en claquant la porte, se fera le plaisir de révéler à la face du monde la véritable nature de son compagnon politique, à savoir que c’est un homme qui ‘parle en démocrate mais agit en despote’.

Après la mise à mort de Ousmane Ngom, Wade jettera son dévolu sur Idrissa Seck qui, incontestablement, aura été le responsable politique au sein de la formation libérale ayant le plus bénéficié de la confiance du chef de file du Pds. Les relations entre les deux étaient si étroites et leur complicité si visible qu’à l’orée de l’alternance, le président Wade ne s’est pas retenu de faire une confidence … publique en soutenant qu’il préfèrait garder à ses côtés (à la présidence) son poulain parce que, selon lui, ‘Idrissa sait tellement lire dans mes pensées qu’avant même de sortir un mot, il sait là où j’en viens’. Cette place de choix dans le cœur du Maître, fera de Seck l’incontournable collaborateur dans le dispositif du régime de Wade. Aussi, lui attribuera-t-on, à tort ou à raison, tous les pouvoirs de promotion et de sanction. Mais sa toute puissance au cœur du régime de l’alternance ne durera que le temps d’une rose et n’excédera pas les quatre premières années de l’accession de Wade au pouvoir parce que ce dernier avait décidé de se séparer de lui de la manière qu’on sait.

Vint alors l’ère Macky Sall qui aura été certainement le plus chanceux d’entre tous. Connu comme militant du Pds, par nombre de Sénégalais, qu’avec l’avènement de l’alternance, le maire de Fatick n’en connaîtra pas moins une ascension fulgurante au sein du Pds et de l’Etat. Il sera tour à tour ministre des Mines, celui de l’Intérieur et de le Décentralisation avant d’être nommé, par un concours de circonstances, Premier ministre. Ce qui lui vaudra d’être choisi par Me Wade comme le numéro 2 du Pds. Devenu le bras droit et l’homme qui a la confiance de celui-là, Macky sera sous les feux de la rampe et héritera, à son tour, du statut ‘d’homme puissant’ du régime au point que des militants de son parti lui taillèrent des habits de présidentiable. Il aura, ainsi, le vent en poupe jusqu’à ce que Wade décide, un jour, de lui retirer tous les pouvoirs qu’il lui avait conférés sans aucune forme de procès.

Aujourd’hui, la question qui coule de source est relative à l’identification de la prochaine victime. Pour se prêter à pareil exercice, il faudrait connaître la personne qui, dans le dispositif actuel de Wade jouit des mêmes privilèges que ceux dont ont bénéficié les personnes sus-nommées. Et dans les spéculations à faire, nul doute que le nom du président du Sénat ne peut être passé sous silence. Pape Diop, compte tenu de sa posture qui fait de lui le dauphin constitutionnel, peut, en effet, craindre pour son avenir politique parce que l’homme dont il semble avoir, aujourd’hui, l’entière confiance est l’un des plus imprévisibles qui soient. Le sachant, d’ailleurs, parfaitement le maire de Dakar semble avoir tiré les leçons du passé. Pape Diop se garde, jusque-là de faire ombrage à son mentor en se faisant, en dépit de sa posture, le plus discret possible. Dans son parti où la principale qualité reconnue aux responsables est de n’être pas avares en parole, l’ex-Président de l’Assemblée nationale est le moins bavard. On ne l’entend presque jamais. Cette attitude qui frise le manque d’ambition politique l’aurait d’ailleurs sauvé, à en croire certaines confidences. Lesquelles rapportent qu’au cours d’une audience avec le président de la République, Pape Diop, interpellé par celui-là sur son avenir après que lui (Wade) aura quitté le pouvoir, lâcha net, ‘J’arrêterai de faire de la politique !’. Une autre réponse lui aurait, certainement, été fatale.

Source: Walfadjri

Article Lu 11041 fois

Mercredi 3 Septembre 2008





1.Posté par mame madiore boye le 03/09/2008 15:39
yène wa xibar.net, wala journaliste yi manone guaina wakhe ta bagne sé bolé MAKHY SALL

2.Posté par NIAGASSE le 03/09/2008 16:02
LA PROCHAINE VICTIME DE WADE EST KARIM!!!! MEME LE FILS NE DOIT PAS LORGNER SUR LE FAUTEUIL K IL A CONVOITE 26 ANS DURANT!!!

3.Posté par Wakh Deugue le 03/09/2008 16:37
Je ne connait certe pas le prochain victime mais je sais et suis sûre que le dernier victime c'est Wade le chef de bandit; Tioki fin rek lay dééééé.

4.Posté par Nemo le 03/09/2008 16:41
Cet article n'est pas original. Il reprend ce qui est su de tout le monde et que les journaux ne cessent de répéter: Wade se sépare toujours de ses proches. Changez de disque!

5.Posté par bayacall le 03/09/2008 16:43
Niagass mann je v comparer wade au père de Jack Bauer dans 24 heures chrono saison 6 . Voila un père qui ne laisse même pas son petit fils pour arriver a ses fins. Me Wade a une folie de grandeur, il se prend pour Dieu et il se rendra compte qu'il n'a même pas le mérite d'être considéré comme un humain. J'avoue que c'est regrettable pour le Sénégal qui a vu naitre des érudits .

6.Posté par cheikhouna le 03/09/2008 20:21
GAYI CEST FINI WADW NE DORT PLUS QUANT IL RENTRE DS SES TOILETTES TOUT NU IL PLEUR DE SA VIELLEISSE LE PRINCIPAL ENNEMIE DE WADE DEST LE TEMPS LE TEMPS NA PAS DEGUALE CE REGIME DE DEPOSTE A COULER COMME LE BATEAU LE DJOOLA KRIM GOOR DJIGUENE WADE AVEC TA GENERATION DES INCONSCIENT LES DIGNES FILS DU PAYS TATTEND SR LE TERRAIN QUI TEST INCONNU OU SONT TES ONCLES TON PERE NS AMERDE VOLEUR BANDIT MENTEUR FRANC MACON GRAND MAQUILLEURB DES COMPTES ASSASSIN LE PAY TA VOMU TON PEUPLE NE TE CROIS PLUS LE PRDT LE PLUS FALLELU DU MONDE

7.Posté par absolu mutulay le 04/09/2008 06:06
toutes ces personnes peuvent être découpées sur la table des ambitions du roi ... aucun d'entre eux n'avait de valeurs à propement parler sinon que de s'inscrire dérrière leur mentor .
Idy , c'etait juste un bon griot , qui sait tenir en haleine la foule avec un discours de charmeur sans pesée effective sur le mouvement de l'histoire .
ousmane ngom , khra , y'a pas plus exécrable ...il est enflé par les deniers publics ingurgités , c'est le prototype même de l'âne du maitre .
maky , à part qu'il avait été choisi par le chauve , sincerely , hormis l'image du cool et silencieux , l'histoire ne lui reconnait aucun génie , encore moins des qualités de leaders . il semble même d"'une simplicité déroutante , à la limite avec des phrases toutes faites , des discours sans reliefs , et une personnalité fade .

So , la question doit être , pourquoi y'a que des nuls autour de wade , au point qu'il en crée et en fait disparaitre autant en si peu de temps . et pourkoi , y'a autant de douteuses prétentions dans le pds , est ce par manque d'idéologie au sein du parti , ou par légéreté dans le choix de ces élites , ou par exagération des compétences de ces hommes qui sont censés conduire ce parti ...a part maky et pape diop , on a l'impression que le pds est une association de malfaiteurs , qui osent mettre un singe de la trempe de farba à des stations ministériels , un insipide comme maky comme prime minister , un sans conviction ni opinion (" on ne croit pas en des hommes mais en des idées" : réf : j'arrêterai la politique quand wade quittera le pouvoir ) comme pape diop comme 2éme personnalité de l'executif .

on comprend maintenant comment le sénégal est géré comme un bateau de pirates c ' à dire sans direction , et sans vision sinon que la survie du jour ...


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 6 Décembre 2016 - 13:42 « Khalifa Sall n’est plus dans le Ps »

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State