Référence multimedia du sénégal
.
Google

Le sexe oui...et la tendresse alors ?

Article Lu 16356 fois

Femmes libérées nous le sommes assurément. Notre sexualité, nous l’assumons pleinement. Avons-nous pour autant renoncé à la douceur et à la tendresse ?



Le sexe oui...et la tendresse alors ?
Les corps à corps torrides et passionnés, nous n’avons rien contre. Se la jouer Kim Basinger dans Neuf semaines et demi ou Sharon Stone dans Basic Instinct, pourquoi pas. Mais rien ne vaut la douceur d’une caresse, la légèreté d’une pluie de baisers, la chaleur d’une étreinte, la tendresse quoi. La libération sexuelle a entraîné une banalisation du sexe, aujourd’hui omniprésent : cinéma, pubs, clips... les corps dénudés et poses lascives s’exposent partout. Au point parfois de ne réduire la sexualité qu’à cela, le sexe pour le sexe. Si parfois nous laissons s’exprimer notre part d’animalité au court de nos ébats, il est bon de se rappeler que dans une relation quelle qu’elle soit (relation au long court ou d’un soir), l’échange ne se limite pas à cela. Lorsque nous sommes en compagnie de notre tendre moitié, nos cinq sens sont en alerte, mais le plus sollicité est sans doute le toucher.
S’effleurer, se caresser, aller à la rencontre ou la découverte du corps de l’autre c’est aussi une manière de communiquer ses sentiments, son désir.

Câlins câlins

Souvenez vous de vos premiers émois amoureux, lorsque le sexe était loin, très loin de vos pensées. Ce qui importait le plus c’était cette proximité avec l’élu de votre cœur.

Tête contre son épaule au cinéma, la main dans la poche arrière de son jean, lui tenir la main dans la rue, des gestes anodins en apparence mais plus lourds de sens qu’on ne le pense. Touts petits déjà, les caresses et les câlins étaient des signaux pour exprimer nos sentiments. Le langage corporel a cette particularité d’être vrai et sincère, quand il est contraint on le ressent. Difficile de simuler un câlin, un baiser ou une caresse, la raideur de nos gestes nous trahit de suite. Mais sur la planète tendresse, nous ne sommes pas tous logés à la même enseigne, certains s'apparentent plus à des aliens. Comme pour tout, notre personnalité, notre histoire influence notre comportement. Certains seront plus expressifs et démonstratifs que d’autres. N’en tirons pas de conclusions hâtives pour autant. Etre câlin ça s’apprend. Il est plus facile pour un enfant qui a été câliné de reproduire les mêmes attitudes ; si vous faites partie de ceux là, ayez de l’indulgence pour ceux qui ne sont pas comme vous. Petit à petit initiez votre homme à cette douce addiction, et surtout ne le forcez pas. Et si, c’est vous qui êtes allergiques aux câlins (ce n’est pas une spécificité masculine je peux vous l’assurer !), sans contrecarrer votre nature profonde, soyez à l’écoute de votre homme qui a besoin de cette douceur. N’oubliez pas que même s’il vous aime, il peut souffrir de votre « réticence » à la tendresse. A chacun de faire un pas, lui en acceptant que vous ne serez jamais totalement guimauve et vous en faisant un petit effort. Attention : vous pourriez y prendre goût !
Quoiqu'il en soit, à chaque couple de définir ses codes, un bécot, un smack ou une simple bise aux commissures des lèvres pour se dire bonjour, à vous de voir. Le plus important est d’apporter à votre couple cette touche indispensable de tendresse et de douceur.

Câlins coquins

Aujourd’hui nous n’avons plus quinze ans et nos premières amours sont déjà de lointains souvenirs. Si parfois nos caresses sont dénuées de toutes arrières pensées, avouons-le il nous arrive aussi d’avoir une petite idée qui nous trotte dans la tête. Et c’est tant mieux !

La tendresse, les câlins peuvent être un doux prélude à une séance de galipettes. Une main baladeuse, une langue coquine suggèrent une envie, un désir. Mais sans forcément exiger davantage. On peut aussi se faire des câlins coquins juste pour s’émoustiller ! Notamment lorsqu’on est dans un lieu public cinéma, ascenseur, histoire de se dire « ce n’est que partie remise… ». Les caresses peuvent donc être le moyen de se préparer à une suite plus corsée…suivez mon regard. On parle alors de préliminaires selon l’expression consacrée. Une douce torture pour faire monter le désir et durer le plaisir : à consommer sans modération ! Se caresser se toucher c’est le meilleur moyen de faire monter la pression. Pour la plupart d’entre nous cette étape est quasi incontournable, elle nous ouvre au désir. Sur le plan physiologique, elle permet aux muqueuses de s’humidifier facilitant ainsi la pénétration. On prête parfois à ces sécrétions vaginales des vertus aphrodisiaques. Leur odeur éveillerait le désir de nos partenaires. « Pendant », la tendresse est toujours présente, par le toucher, la parole, le regard. On peut se perdre dans les yeux de l’autre, lui susurrer des mots doux à l’oreille, lui confesser ses sentiments. « L’après » est sans doute le must du must en matière de câlins. Unis dans cette même torpeur, corps enlacés, on s’enivre de l’autre et de son odeur.

En cuisine, certains ingrédients permettent de rendre les préparations homogènes. On les appelle des liants. En matière de couple, la tendresse joue le même rôle. Elle donne à nos relations, cette petite touche de complicité et de chaleur.


Article paru dans www.bito-mag.com

Article Lu 16356 fois

Mardi 13 Mai 2008


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 11:48 Top 10 des cadeaux à offrir à votre homme

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State