Référence multimedia du sénégal
.
Google

Le procès des armes blanches tachées de sang

Article Lu 1412 fois

Si la Cour d’assises de Dakar a vu défiler les délinquants spécialisés dans le vol souvent à main armée, Thiès et Saint-Louis ont en commun le recours aux armes blanches dans la commission des crimes à la barre. Ce qui pose la question de la circulation et de l’utilisation de ce type d’armes (couteau, coupe-coupe) qui jouent également le rôle d’outils dans la vie quotidienne.



Le sang a beaucoup coulé à cause des couteaux et coupe-coupe dans les affaires inscrites aux rôles des Cours d’assises de Thiès et Saint-Louis. A la barre de Dakar, ce sont principalement les bandes d’agresseurs qui font recours à ces armes blanches. En faisant la revue des affaires de Thiès et Saint-Louis, on a la chair de poule en imaginant la froideur du tranchant des couteaux et coupe-coupe pénétrer mortellement les corps de victimes innocentes pour la plupart. S’estimant provoqué par Moussa Ndiaye qui l’avait insulté au cours d’une discussion tournant sur la politique, Abdoulaye Bâ, un homme pourtant réputé calme, sérieux et serviable, n’a pas hésité à abréger les jours de son interlocuteur avec un coup de couteau. Les deux hommes entretenaient pourtant d’excellentes relations avant que le meurtrier n’ait commis l’irréparable qui lui a coûté trois ans de travaux forcés déjà purgés. Que dire de Mafodji Sow qui, pour 500 francs a asséné un coup de couteau mortel à son confrère portefaix Malick Ngom au cours d’une bagarre ? A l’arrivée, il a eu cinq ans de travaux forcés. C’est également pour la même somme insignifiante que Aliou Arona Bâ, condamné à quinze ans de travaux forcés, a tué Silèye Aly Dia à l’aide d’un coupe-coupe. Plusieurs coups dont un à la gorge avait suffi à l’envoyer ad-patres à cause de 500 francs qu’il devait à la boutique tenue par son bourreau.

Quand le détenteur d’une arme blanche tâte la bouteille, alors là, bonjour les dégâts. Ousmane Sow, ivre après plusieurs virées dans les bars de Thiès, avait tout simplement tranché la gorge d’un douanier avec son coupe-coupe. Quant à Sidy Kâ, il a tué son beau-père avec un coupe-coupe pour des banalités. Ce dernier l’aurait rabroué et insulté son ami avant qu’une altercation n’éclate entre eux. Sa mère ne lui a jamais pardonné d’avoir envoyé son époux dans l’autre monde. Sidy a été condamné à quinze ans de travaux forcés. Les crimes passionnels se commettent souvent à l’aide d’armes blanches. Surprenant sa femme en compagnie de son propre ami, le soir, dans la case de celle-ci, Aldiouma Kâ, n’avait pas voulu comprendre, d’autant plus que son épouse avait quitté le domicile conjugal pour s’établir chez ses parents. Alors le mari, s’estimant cocufié, dégaina son coupe-coupe pour régler tristement son compte au bonhomme. Ce qui lui a coûté quatre ans de travaux forcés. Le berger Idrissa Bâ, bourreau des dames, avait aussi brandi son coupe-coupe pour se débarrasser de Bineta et Khardiatia Diallo. Le quidam venait de rater sa tentative de viol sur une fille et lorsqu’il fut interpellé par les deux dames, il toucha l’une mortellement. Ce qui lui a coûté huit ans de travaux forcés. Mame Sidy Dièye, lui, a pris la même peine après avoir poignardé à mort à la région du cœur Doudou Diaw. La victime et ses amis l’accusaient d’être celui qui les faisait passer pour des indicateurs de la douane. Et c’est en voulant lui faire sa fête que le drame est survenu.


M. CISS
Source: Le Soleil

Article Lu 1412 fois

Mardi 31 Juillet 2007

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State