Référence multimedia du sénégal
.
Google

Le président sénégalais entame une médiation entre Londres et Harare. Une médiation déjà critiquée tant au Sénégal qu’au Zimbabwe selon TV5 MONDE

Article Lu 1598 fois

(TV5 MONDE)- Le président sénégalais Abdoulaye Wade doit rencontrer mercredi à Harare son homologue Robert Mugabe pour tenter d’apaiser les vives tensions entre le Zimbabwe et la Grande-Bretagne qui perturbent les préparatifs du sommet UE-Afrique.



Mais cette médiation sénégalaise est déjà critiquée, tant au Zimbabwe qu’au Sénégal. Le président zimbabwéen Robert Mugabe, le 15 novembre, à Mount Hampden, au nord-est d’Harare Le chef de l’Etat sénégalais « va à Harare pour 48 heures afin de lancer une médiation entre le président Mugabe et le Premier ministre (britannique) Gordon Brown avant le sommet Europe-Afrique », a indiqué mardi la présidence à Dakar.

Le même jour, le chef de l’Etat zimbabwéen a confirmé sa présence au sommet UE-Afrique de Lisbonne prévu les 8 et 9 décembre à Lisbonne.

"Mon gouvernement a reçu l’invitation portugaise pour se rendre au sommet UE-Afrique à Lisbonne. Je compte bien me rendre à ce sommet en personne", a-t-il déclaré.

Réaction immédiate de Londres : "Nous ne sommes pas prêts à nous asseoir à la même table que Mugabe", a lancé M. Brown, précisant toutefois que son pays serait représenté.

Au pouvoir depuis 17 ans, le président Mugabe est sous le coup de sanctions européennes depuis cinq ans en raison de violations des droits de l’Homme.

Il a toutefois été invité par la présidence de l’Union européenne, en dépit de l’hostilité de plusieurs Etats membres, notamment de la Grande-Bretagne, ancienne puissance coloniale.

Dans ce climat particulièrement tendu, le président sénégalais, 81 ans, va tenter de rapprocher les deux parties afin que la question du Zimbabwe n’éclipse pas les questions fondamentales, notamment l’immigration et les coopération économique entre les deux continents.

Le président sénégalais avait estimé le mois dernier qu’il fallait adopter une approche globale pour régler la crise entre le Zimbabwe et la Grande-Bretagne plutôt que de laisser le dossier au seul médiateur officiel de la crise, l’Afrique du Sud.

Mais cette médiation sénégalaise, avant même le départ du président Wade, a été critiquée, tant au Zimbabwe qu’au Sénégal.

"Si (le but de) sa visite est de compléter (l’initiative du président sud-africain Thabo) Mbeki, on lui dira sans ménagement qu’il ne fait que compliquer les choses", a indiqué à l’AFP un professeur de sciences politiques à l’Université du Zimbabwe, Eldred Masunungure.

L’UE tente d’utiliser M. Wade "comme une sorte d’intermédiaire mais je pense que c’est peu judicieux", a-t-il dit au téléphone.

"Wade et Mbeki sont dans une sorte de compétition pour savoir qui est le meilleur" pour résoudre la crise au Zimbabwe, a renchéri Takura Zhangazha, un autre observateur de la scène politique à Harare.

Un éditorialiste du quotidien pro-gouvernemental The Herald avait de son côté récemment qualifié le chef d’Etat sénégalais de "président obéissant", agissant au nom de la France, ancienne puissance coloniale du Sénégal.

Il "pense qu’il peut faire mieux que Mbeki en apportant une solution à un problème qui a déjà été résolu", concernant notamment le dialogue avec l’opposition et la tenue d’élections générales en 2008, estime ce commentateur, Nathaniel Manheru.

Au Sénégal même, où la hausse des prix des produits de première nécessité alourdit le climat social, l’initiative présidentielle ne fait pas l’unanimité.

"Il ferait mieux de rester au pays et trouver des solutions aux problèmes politiques, sociaux et économiques du Sénégal", a indiqué à l’AFP le responsable de la Rencontre africaine pour la défense des droits de l’Homme (Raddho), une influente ONG dont le sièege est à Dakar.

Source: TV5 MONDE

Article Lu 1598 fois

Mercredi 28 Novembre 2007





1.Posté par diop le 28/11/2007 19:35
li lay wakhati si wade, dafa waaneh trop, ocup toi des blem des senegalais

2.Posté par mamie le 28/11/2007 20:57
Waaneh fii la fek baakh. Mr le président règle le problème des sénégalais. Dialogue avec l'opposition sénégalaise. Il faut balayer devant chez soi avant de balayer devant les autres. Tout ça, parce que tu cours derrière un prix nobel de la paix que tu n'aurai JAMAIS, Mr le président. Parce que les gens qui donnent ce prix sont incorruptibles, on le achète pas à coups de milliards. De plus, ce serait une insulte pour tout le peuple sénégalais et la famille de maître Sèye de te décerner ce prix que vous ne méritez pas cher président.

3.Posté par ibra le 28/11/2007 21:50
sopp! lou ci sa yone?

4.Posté par mob le 28/11/2007 22:24
tiey sounou president bi chaque jour dafagnouy togne si tu a quelque chose a dire t'a qu'a attendre qu'on te sonne si il voulaient un mediateur africain c'est pas toi qu'ils vont appeler tu a montrer tes limites avec la cote d'ivoire sopil magua nopi

5.Posté par amoctad le 28/11/2007 22:52
vraiment c trop hypocrite, il faut d,abord balayer devant sa propre porte. C tres bien d'aider les autres mais il faut surtout penser a nous aussi, presi.

6.Posté par GAZOU le 29/11/2007 08:47
c'est bizarre il n'est jamais au courant de se qui se passe au senegal exemple deguerpissement des vendeurs ambulants; mais hors du territoire il est au courant de tout et se mele de tout il y a u chimilblik quelque part un gros probleme


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 1 Décembre 2016 - 23:56 En Allemagne, la police roule... en Ford Mustang

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State