Référence multimedia du sénégal
.
Google

Le palais de Wade : un comptoir commercial à l’image de Devès & Chaumet ou Maurel & Prom.

Article Lu 12515 fois

XIBAR.NET (Dakar, 03 Novembre 2009) Le père de Abdoulaye Wade deviendra un traitant au service d’un comptoir commercial français, devant lequel il officiait comme tailleur. C’est probablement, en partie, pour cette raison que son fils, le président Wade a transformé le palais de la République en centre de transactions, de toutes natures, et souvent pas du tout catholiques.



Le palais de Wade : un comptoir commercial à l’image de Devès & Chaumet ou Maurel & Prom.
Avant la fin de son premier mandat à la tête du Sénégal, le président Wade révélait avoir remis à son ministre Thierno Lô une enveloppe de 200 millions destinée à acheter la plume du journaliste Madiambal Diagne. Par la suite, une bataille médiatique opposera le porteur de valise et son prétendu destinataire. « Je t’ai donné. « Non, je n’ai rien reçu ». Tel sera le refrain de leur querelle. Récemment, il avait « manœuvré son « fils » Dadis, le président guinéen, pour accuser le journaliste Cheikh Yerim Seck d’être un corrompu, parce que lui ayant remis de l’argent pour polir en retour son image. Au cours de son premier magistère comme au courant de l’actuel, bien des marabouts, des politiciens et des affairistes sortent du palais les poches bien remplies, pour une mission accomplie ou à exécuter ; sans oublier les « consultants », les « experts » et les « amis » étrangers, français en particulier, du président Wade. Ces derniers viennent qui pour vendre, qui pour acheter. Tout y est proposé : cravates, chemises, portables, pierres précieuses, voitures, mines, bateaux, documents, charmes, etc.

C’est encore au palais que le prisonnier Idrissa Seck, extrait de sa cellule, était venu signer avec le président « le protocole de minuit ». Les transactions qui y ont lieu sont innombrables. Elles ont lieu chaque jour. Cette semaine, il a avoué que les millions qu’on a volés à son aide de camp provenaient d’un fonds qu’il lui avait confié. L’argent lui était versé à Paris par des Espagnols. Il représentait la caution qu’ils devaient verser au trésor sénégalais pour des besoins d’investissement dans notre pays ! Un terrible aveu ! Le palais de la République rappelle l’ère coloniale : les comptoirs commerciaux, comme Maurel & Prom et Devès & Chaumet, achetaient et exportaient. La gouvernance expédiait les affaires administratives. Me Abdoulaye Wade qui a vécu cette époque et grandit à Guinguinéo, où son père Mor Tolla Wade officiait comme tailleur devant un comptoir français, qu’il finira par intégrer, a transformé le palais de la République en centre administratif au service des affaires. Il convoie des fonds, mène des transactions, offre ses services pour dénouer une affaire, corrompt, fait chanter et administre le pays. Abdoulaye Wade a ainsi fait plus grave que banaliser les institutions : il les a travestis.

La Redaction

Article Lu 12515 fois

Mardi 3 Novembre 2009





1.Posté par sambou le 03/11/2009 09:15
voila une revelation

2.Posté par didi le 03/11/2009 10:46
wa mane warou na !!!
mais autrement, la rédaction temps yi sene yaram tangue na dé, dangene djogal pa bi !!!

3.Posté par ngo le 03/11/2009 13:11
g jamais vu un président tenir un sac ou sont les gardes du corps c du n'importe koi

4.Posté par professeur le 03/11/2009 16:19
Tu n'as rien compris ngo.
Cette photo c'est quand le vieux tirait le diable par la queue.
Il sortait d'une réunion de toyota et il pu se faire offrir un sac.
Regardes le il était modeste, il n'était pas encore devenu le prétendu savant qu'il se targue d'être aujourd'hui.
A cette époque il n'avait pas encore ses amis arabes.

5.Posté par astou diouf le 03/11/2009 18:38
Pardon. Les comptoires commerciales de l'epoque coloniales ne sont en rien comparables aux transactions douteuses qui se passent au palais.

6.Posté par Mamy le 03/11/2009 19:13
Je songe à monter un fans club La rédaction! Well done! Il faut châtier ce vieux qui dégrade notre pays.

7.Posté par Nobody le 03/11/2009 19:29
Cette photo doit etre prise l'annee derniere quand l'Association nationale des journalistes noirs (National Association of Black Journalists, NABJ) tenait sa conference a Chicago. C'est quand les gardes de corps de Wade avaient tabasser Souleyman Jules Diop. Leur site c'est www.nabj.org. J'assume que c'est eux qui lui ont donne ce sac comme on le fait durant les conferences aux Etats unis comme forme de marketing.

8.Posté par le citoyen le 03/11/2009 22:31
Ceci explique donc celà:wade qui se définit lui-même comme un informel a donc de qui tenir:le tola que l'on a voulu nous présenter comme un aristocrate n'était donc qu'un tailleur converti en dioulo(revendeur)!alors son compagnonage avec idy,au delà du grand banditisme qui les réunit se complète par l'héritage:le père de Idy lui était un marchand de friperie dont le fils racontait volontiers,même en étant premier ministre,que lui et sa soeur étaient chargés d'écouler le FD au marché;et goguenard il ajoutait qu'il était né pauvre mais qu'il était devenu riche!il l'a dit publiquement à ziguinchor et sans sourciller!
wade et idy se retouvent sur ce qu'ils savent faire:voler,tricher et mentir!!!

9.Posté par salam le 04/11/2009 07:29
tu as raisons nobody c'est labas que le sac vient car j'ai vue ce meme sac avec le journaliste de RFM qui vit a washington ( aidara), ca vient de l'association des journalistes de couleurs bases aux usa dont son siege se trouve a l'universite du maryland

Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State