Référence multimedia du sénégal
.
Google

Le chef de l'Etat refuse de faire de déclaration : Que cache le silence de Me Wade ?

Article Lu 1480 fois

Contrairement à son habitude, le chef de l'Etat n'a fait aucune déclaration samedi à l'occasion de la Korité. Sur les appels à la paix lancés par Moustapha Niasse, Idrissa Seck et consorts, l'annonce d'une future rencontre avec les boycotteurs, la dissolution du Craes, etc., Me Wade est resté muet.



Le chef de l'Etat refuse de faire de déclaration : Que cache le silence de Me Wade ?
Le président Wade qui a effectué la prière de la Korité à la mosquée Mouride de Niary Tall à Dakar, a étonné tous ceux qui s'attendaient à une déclaration comme il avait l'habitude de le faire à l'occasion des fêtes religieuses.
Aussitôt après la prière, le chef de l'Etat qui était attendu par un bataillon de journalistes, s'est engouffré dans sa voiture avec l'aide d'un important dispositif sécuritaire sans faire la moindre déclaration. Pourtant, Me Wade avait mille et une raisons de s'adresser au peuple sénégalais pour s'expliquer sur certaines questions d'actualité. Surtout par rapport à cette rencontre annoncée entre lui et les partis du front Siggil Sénégal. En ce jour de réconciliation, le chef de l'Etat tenait là une belle occasion pour confirmer les déclarations du porte-parole du khalife général des tidianes et, du coup, faire fléchir les boycotteurs dont certains affirment avoir pris acte de la promesse de Serigne Abdoul Aziz Sy Junior.

Pourtant, vingt-quatre heures auparavant, le leader de l'Afp Moustapha Niasse qui a prié le vendredi, lançait un appel pour la paix et la concorde au Sénégal. Une sortie que beaucoup ont perçue comme un appel du pied au chef de l'Etat, pour l'inviter à renouer le fil du dialogue avec le front Siggil Sénégal ou, à la limite, donner son point de vue sur les assises nationales que veulent organiser les partisans du boycott. Assises dans lesquelles le front Siggil Sénégal souhaite la participation du président Wade et de son gouvernement.

Mais il n’y avait pas que l'appel de Moustapha Niasse en direction de la réconciliation des cœurs et des esprits. L'ancien Premier ministre Idrissa Seck, de retour au pays jeudi après plusieurs mois d'absence, a rendu grâce à Dieu et prié pour qu'à l'occasion ‘de ce mois béni du Ramadan, la paix et la miséricorde divine soient répandues sur le Sénégal’.

Me Wade a, sans doute, formulé les mêmes prières pour le Sénégal, mais a préféré ne pas les extérioser devant la presse pour ne pas donner aux journalistes l'occasion de l'interpeller sur l'actualité politique nationale. Surtout en ces périodes marquées par le retour de l'ancien Premier ministre au Sénégal, synonyme d'un probable retour officiel aux côtés de son père spirituel qui a déjà déblayé le terrain en recevant en audience l'état-major du Rewmi au palais. Et l’on annonce d'ailleurs qu'Idrissa Seck édifiera ses militants, dans les prochains jours, sur la conduite à tenir à la suite de l'appel de Me Wade pour la reconstitution de la famille libérale.

Sur un tout autre chapitre, Me Wade qui vient de dissoudre le Conseil de République pour les affaires économiques et sociales, n'a pas jugé non plus nécessaire de lever les équivoques sur ses relations avec Mbaye Jacques Diop qui, si on en croit ses proches, ferait actuellement l'objet d'un certain ostracisme au sein du Pds. Au point que beaucoup de libéraux ont applaudi à la suite de la décision prise par le chef de l'Etat de dissoudre le Craes.

Le silence du chef de l’Etat est d'autant plus inquiétant et sujet à plusieurs questionnements que c'est à pareille occasion l'année dernière qu'il avait, à travers une longue déclaration politique, lancé un appel au dialogue entre le pouvoir et l'opposition. Un appel au dialogue qui n'avait pas porté ses fruits car aucun des deux camps n'a voulu lâcher du lest. Ce qui a eu comme conséquences, un climat pré-électoral tendu et des divergences sur le processus électoral. Résultat des courses : des partis de l'opposition ont contesté le scrutin présidentiel et prôné le boycott des législatives.

Aujourd'hui, ces partis réunis au sein du front Siggi Sénégal veulent la tenue d'assises nationales pour, disent-ils, réunir toutes les forces de la Nation et se pencher sur les maux du pays.

Georges Nesta DIOP
Source: Walfadjri

Article Lu 1480 fois

Lundi 15 Octobre 2007





1.Posté par Deug a Deug le 15/10/2007 05:58
Je vous blame pas Mr le president. Il faut rester muet et finir ton mandat car les senegalais parlent trop.
L opposition keen khamoul lignou Beugg. Ils les opposants sont juste des opportunistes.


Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 19 Octobre 2016 - 12:30 Convocation de Barhelemy Dias: le Ps divisé

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State