Référence multimedia du sénégal
.
Google

Le Wilis suspend ses rotations : La Casamance de nouveau enclavée

Article Lu 1380 fois

D’ici quatre à cinq mois, le déplacement vers Ziguinchor se fera autrement que par liaison maritime. La Somat, la société exploitante du Wilis, a décidé d’arrêter les rotations du bateau entre Dakar et Ziguinchor du fait d’une panne technique survenue, il y a deux jours, en haute mer.



Le Wilis suspend ses rotations : La Casamance de nouveau enclavée
Les cadres casamançais qui s’offusquaient, il n’y a guère, de l’enclavement de leur région naturelle risquent de donner encore de la voix. Et pour cause ! La direction de la Société maritime de l’Atlantique (Somat) a décidé tout bonnement de maintenir à quai le bateau Le Wilis qui assurait la desserte maritime entre Dakar et Ziguinchor. Face à la presse, hier, les responsables de la Somat disent avoir pris cette mesure suite à une panne technique du bateau intervenue en haute mer, dans la nuit du mardi à mercredi, et ayant occasionné un retard de près de trois heures dans la desserte des passagers qui se rendaient à Ziguinchor.
A en croire le directeur financier de la Somat, cette décision d’arrêter provisoirement les rotations du Wilis entre Dakar et Ziguinchor est liée à la psychose née de la panne survenue avant hier. ‘Si cela ne tenait qu’à nous, le Wilis, malgré ce qui s’est passé avant-hier, aurait continué ses dessertes car en matière de navigation, ce qu’on a eu à constater, c’est une situation somme toute courante’, a déclaré Doudou Kâ. Selon ce dernier, il y a eu un traitement si gravissime de cette affaire par la presse et les souvenirs du naufrage du Joola encore vivaces que continuer à assurer les rotations du Wilis relèverait, aux yeux de l’opinion, d’un acte irresponsable. C’est pourquoi, d’un commun accord avec les autorités en charge du transport maritime, la Somat a provisoirement arrêté la desserte Dakar-Ziguinchor par liaison maritime.

En tout état de cause, la direction de la Somat dit avoir la conscience tranquille puisque, selon elle, ‘ce n’est pas du tout un problème de négligence’. Les responsables de la société maritime souhaitent être jugés sur la sécurité des passagers plutôt que sur un problème technique banal. ‘Aujourd’hui, avec le soutien de l’Etat, nous disposons d’une telle technologie de pointe que nous sommes capables de repérer le bateau à tout moment et d’intervenir, en cas de problème, à la minute qui suit’, rassure Doudou Kâ. En effet, selon les conférenciers, l’Etat sénégalais a mis 160 millions de francs à la disposition de la Marine marchande dans le cadre des mesures préventives. ‘Nous prenons donc sur nous, d’arrêter le navire, pour arrêter tout ce qui est conjectures et supputations, de façon à ce que le navire ne puisse repartir que lorsque la pièce aura été changée et l’inspection faite par les services compétents de l’Etat’, soutiennent les responsables du Wilis.

Revenant sur la panne du navire, le directeur général adjoint de la Somat explique que c’est le retors, un filtre à air qui se situe au niveau de la turbosoufflante, qui en est la cause. D’après Ousmane Touré, il n’y avait aucun risque de naufrage du fait de cette panne. ‘En professionnels de la navigation maritime, nous disons que c’était une panne banale à assimiler à une crevaison de pneu ou à une panne de ce genre pour un automobiliste’.

Considérant que le mieux était de changer la pièce par une autre, toute neuve, pour rassurer la clientèle, la Somat a passé une commande de retors auprès d’une société allemande qui doit livrer celle-ci dans quatre à cinq mois.

Et sur les préjudices qu’une telle attente pourrait leur causer, les responsables de la Somat soutiennent que ceux-ci pourraient être compensés par la subvention trimestrielle que l’Etat leur verse et qui varie entre 200 et 300 millions de francs.

Le Wilis en panne : La Casamance de nouveau enclavée

S’il y a des personnes à qui l’arrêt des rotations du bateau Le Wilis va ôter le sommeil, ce sont bien les Casamançais. Ces derniers qui n’ont de cesse de demander à l’Etat de prendre en charge le désenclavement de leur région ne savent pas, aujourd’hui, où donner de la tête. En cette période hivernale où la liaison maritime était l’un des rares moyens qui leur était offert pour voyager, arrêter la desserte du Wilis revient à davantage les couper du reste du pays. Selon le maire de Sédhiou, Balla Moussa Daffé, cette situation ne peut pas rester sans une solution alternative. ‘Il est vrai que toutes les mesures doivent être prises pour faire fonctionner normalement Le Wilis, mais l’Etat doit, pendant que ce bateau est en panne, prendre des dispositions urgentes pour aider les populations à se déplacer puisque c’est de son ressort’, soutient le maire et non moins député libéral. Une solution alternative est d’autant plus urgente qu’aux yeux de Balla Moussa Daffé, le bateau constituait un bon moyen de développement économique. Et à défaut de trouver un autre bateau, d’ici à ce que Le Wilis soit remis à l’eau, le maire de Sédhiou invite l’Etat à rendre davantage accessible le transport aérien.

Aguibou KANE et Joseph DIEDHIOU
Source: Walfadjri

Article Lu 1380 fois

Vendredi 17 Août 2007





1.Posté par mathiou le 17/08/2007 09:55
voila un vrai problème sur lequel l'Etat doit sérieusement se pencher pour trouver une solution définitive. Quatre à cinq mois sans bateau, ce sera la catastrophe pour les populations du sud, avec la fin des vacances, larentrée des classes prochaines, les étudiants qui doivent revenir sur dakar, les commercants et j'en passe. quand on sait que le billet d'avion est innaccessible pour la grande majorité, reste alors la route avec les trancasseries de la transgambie, et les coupeurs de route
Quid du bateau que l'Etat avait commandé et qui était en construction en allemagne? nada
s'il vous plait mettez à la disposition des populations du sud un bateau de remplacement ou trouvez des bus qui feront le trajet à un prix raisonnable

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State