Le String : entre esthétisme et risques d’infections sexuelles

Mode ou préférence, le string est l’un des sous vêtement les plus célèbres et prisés par la gente féminine. « Il est pratique et ne laisse pas de trace sur les vêtements », avancent t-elles comme argument. Son origine remonte très loin dans l’histoire. Certains peuples primitifs portaient ce qu’on pourrait qualifier de l’ancêtre du string.



Le String : entre esthétisme et risques d’infections sexuelles
En anglais, le string est appelé Thong ou G- string qui veut dire cordon ou ficelle parce que la face arrière ressemble à un cordon. La modernisation aidant, on le retrouve aujourd’hui en dentelle, en cuir, en latex, en vinyle et en tissu.

Le string est devenu un objet de mode et aucune femme ne veut s’en défaire. « Je ne porte que des strings parce qu’ils sont pratiques », raconte une artiste ivoirienne dans un journal people. Comme elle, plusieurs femmes n’ont que ce genre de culotte dans leurs affaires et pour diverses raisons. Pour certaines, parce que les strings sont et font sexy.

C’est le cas de Mlle Vanessa M : « je suis tout le temps dans de petits vêtements qui mettent ma forme en valeur. Je ne peux pas porter de "bâche" au risque d’attirer des regards moqueurs et casser le ton de mon habillement ». Pour d’autres, le string est à la mode et cela fait démodé de porter autre chose. « Je ne peux pas porter un autre genre de caleçon. Les autres laissent des tracent et les hommes se moquent de vous. Ils trouvent que vous n’êtes pas à la mode.

Donc on suit la mode même si cela ne nous arrange pas souvent », affirme Sabine Ahou. Ainsi pour suivre la mode, certaines femmes sont prêtes à tout, au détriment de leur propre santé. C’est en cela qu’il est à déplorer certaines situations liées au port du string. C’est le cas des certaines filles qui, en pleine rue, n’hésitent pas à publiquement ressortir les cordelettes de leurs strings coincés entre leurs fesses.

Un geste qui ne fait pas beau à voir. « Nous ne sommes pas toujours à l’aise dans les strings. Il arrive qu’il gène et mette mal à l’aise quand on marche. C’est ce qui explique le fait qu’on le tire parfois », poursuit Sabine. Le string est certes pratique et convenable, mais il présente des dangers que souvent bon nombre de personnes ignorent.

Selon Dr Bamba, Gynécologue Obstétricien, le string serait à la base de certaines pathologies sexuelles. « Le côté étroit du tissu avec les muqueuses provoquent des irritations, de petites plaies ainsi que des démangeaisons », indique t-il. Le spécialiste nous informe aussi que le string est à la base de certaines infections urinaires et vaginales : « quand le string n’est pas trop bien entretenu, qu’il manque d’une certaine hygiène, il peut transporter assez de bactéries or le sexe féminin est fragile donc facilement contaminable ».

Quant au Dr Ando Michel, Dermatologue à l’hôpital Général de Port Bouet, il conseille le port des sous vêtement en coton pour une meilleure utilisation et pour éviter les boutons. « Il faut choisir le string en coton.

La peau a besoin de respirer, lui aussi a besoin de l’air et le coton permet au sexe de respirer. Les autres matières donnent parfois des allergies à certaines personnes. Donc nous conseillons pour notre part, le coton qui, lui, présente moins de risques et est supporté par tous types de peau », insiste le spécialiste. Le string est le sous vêtement le plus vendu mais il n’a pas pu faire oublier les autres caleçons.

Aujourd’hui, les filles commencent à se tourner vers le slip qu’on appelle "V" parce qu’il laisse des traces sous forme de V sur les fesses.


[Place Sante]

Mardi 27 Septembre 2011

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News