Référence multimedia du sénégal
.
Google

Le Sénégal reprend la gestion technique de ses aéroports : Le Pca et le Directeur de l’Asecna boudent la cérémonie

Article Lu 1801 fois

« La rupture du contrat particulier entre le Sénégal et l’Asecna est totale et définitive » a déclaré ce vendredi Farba Senghor, ministre de l’Artisanat et des Transports, à la cérémonie de la signature du protocole d’accord de transfert des activités aéronautiques nationales. Le divorce a été tellement difficile que le Président du Conseil d’Administration et le Directeur général de l’Asecna ont boudé la cérémonie. Ce qui n’a pas empêché le ministre de rassurer les Sénégalais « qu’il n’ y aura aucun licenciement ».



Le Sénégal reprend la gestion technique de ses aéroports : Le Pca et le Directeur de l’Asecna boudent la cérémonie
« Si vous vous réveillez demain matin samedi, dites vous que toutes les taxes d’atterrissage et de balisage de l’aéroport Léopold Sédar Senghor appartiennent à l’Etat du Sénégal », a dit M. Farba Senghor, ministre de l’Artisanat et des Transports. Un manière pour lui d’annoncer le divorce entre le Sénégal et l’Asecna à propos de la gestion technique des aéroports du Sénégal. « A partir de ce soir, à minuit, la rupture est totale et définitive », a-t-il précisé. Avant de fustiger l’attitude du Pca et du Directeur général de l’Asecna qui ont brillé par leur absence à la cérémonie de signature de protocole d’accord de transfert des activités aéronautiques nationales.

Selon le ministre de l’Artisanat et des Transports aériens, « le Pca et le Dg ont pris cette décision de ne pas assister à la cérémonie à la suite d’une mésentente autour de 4 milliards de taxes d’atterrissage et de balisage que le Sénégal refuse de laisser entre les mains de l’Asecna pour ne pas prendre que de coquilles vides ». Et Farba Senghor de s’interroger : « Pourquoi on refuse au Sénégal de prendre la gestion technique de ses aéroports comme les 9 autres pays dont la France qui gère, elle-même, ses aéroports et aérodromes sans pour autant ratifier la convention de 1961 ». Il nous revient, explique-t-il, « de sauvegarder la souveraineté de notre pays ». Car, poursuit-il, « le problème du Sénégal avec l’Asecna est celui de la transparence ».

En fait le Sénégal semble accuser « l’Asecna de gestion nébuleuse ». Ainsi, révèle-t-il, « l’organisation de la navigation aérienne reçoit chaque année 76 milliards sur le dos du Sénégal émanant des taxes d’atterrissage et de balisage ». Et d’ajouter, « quand on lui (à l’Asecna) demande de dire combien le Sénégal gagne dans la gestion de ses aéroports, elle nous renvoie chaque fois à des résolutions. Il en est de même quand on lui demande des études comparatives avec un quelconque pays membre de l’Asecna ». C’est ainsi qu’il dira, comme pour pousser un ouf de soulagement, que « c’est un grand jour qui se lève pour le Sénégal ». Car pour lui, « des dignes fils du Sénégal ont su défendre avec dignité et courage la souveraineté nationale ».

Faisant ainsi allusion aux travailleurs de l’aéronautique nationale, qui se disent, d’ailleurs, être en phase avec les autorités sénégalaises dans la défense de leur outil de travail et des intérêts du Sénégal. Mieux, selon Mbaye Ndiaye, l’Administrateur délégué de l’Asecna, et Baye Daouda Sarr, l’expertise sénégalaise est là pour mener à bon port les activités aéronautiques nationales. Dans la foulée, le ministre Farba Senghor revient pour annoncer la création d’une direction nationale pour la gestion des aéroports et des aérodromes et d’une agence nationale de la Météo. Ceci conformément au vœu du Chef de l’Etat de moderniser nos aéroports à l’image de ceux des pays riches. Aussi, a-t-il reprécisé qu’il n’y aura « aucun licenciement ».

Source: Ferloo.com

Article Lu 1801 fois

Samedi 10 Mai 2008





1.Posté par african le 10/05/2008 08:46
bravoooooooooooooooooooooooooooooo bientot l'independance

2.Posté par Diop SARR le 10/05/2008 15:56
Ou va le sénégal.Wade est-il un panafricaniste ? Au moment ou partout dans le monde la mère des batailles est celle d'avoir une taille critique pour peser au plan international, le Sénégal avec sa position chauvine de quitter l'asecna file du mauvais coton. L' UE est entrain de mettre en place les structures supranationales pour la gestions des pbs communautaire. L'argumentaire de calcul d'épicier utilisé par Farba pour quiter l'asecna est enfantin. Si tous les états en faisaent autant, la BCEAO et l'UEMOA ne veraient pas le jour. L'OMVS ne verait pas le jour. Le barage de manantali en territoire malien livre 33% de l'énergie au Sénégal le mali aurait pu par chauvinisme reclamer les 100% . Bref les politiques ultranationalistes de petit pays qui sont des nains insignifiant au plan international ont échoué et il faut en tirer les conséquence. Halte au demantelement des grands ensembles

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State