Référence multimedia du sénégal
.
Google

Le Sénégal parmi les 10 premiers en Afrique subsaharienne : Le nouveau défi pour Apix Sa en2009

Article Lu 11841 fois


Après avoir relevé le défi de réduire le délai de création d’entreprise de 58 jours à 48 heures, Apix Sa est investie d’une nouvelle mission : améliorer le classement du Sénégal au Doing business de la Banque mondiale, pour passer de 33è sur 46 pays en Afrique subsaharienne au Top 10 en 2009. Premier jalon : la Direction de la communication de l’Apix innove. Elle a convié les journalistes ce week-end à passer en revue l’évolution des réformes au Sénégal, celle des investissements et le projet d’autoroute à péage Dakar-Diamniadio. Un exercice ouvert par le Directeur général Aminata Niane, entouré de ses proches collaborateurs et d’une vingtaine de journalistes de divers horizons.

La mutation en douceur qui s’est opérée semble avoir dopé l’Agence nationale chargée de la promotion de l’investissement et des grands travaux. Apix Sa qui hérite en même temps du statut de Haute autorité responsable de l’administration de la Zone économique spéciale (Disez) prévue sur 10 000 hectares entre Diamniadio et Popenguine, entre à coup sûr dans une nouvelle ère, après celle de la constitution d’une équipe leader dans tous les domaines liés à la promotion des entreprises et de la mise en place du super guichet unique. « Parlons économie », telle est l’introduction par laquelle Mme Niane a ouvert l’atelier de Toubab Dialaw, qui lui a permis de passer en revue les trois périodes marquantes de l’évolution des réformes au Sénégal. Puisque selon le directeur général de l’Apix, par ailleurs ministre Conseiller à la Présidence, il y a la période de 1960 à 2000, marquée par les réformes imposées du Programme d’ajustement structurel (Pas) et la dévaluation tout aussi forcée du 11 janvier 1994.

Cette dernière ayant fait émerger la notion de compétitivité, n’avait malheureusement pas consacré de réponse à la demande sociale, dira-t-elle. De même, Aminata Niane relève qu’il y avait le Past pour le transport, par lequel le Sénégal renonçait à toute mise en place d’infrastructures, se contentant simplement d’entretenir l’existant. Par conséquent, c’est par le truchement de la transition réussie entre une économie à dominante étatique à une économie de marché que le pays s’est réellement mis sur les rails de la consolidation des acquis qui étaient, selon la conférencière, plus de mesures de correction que des initiatives à valeur ajoutée. C’est que la période 2000-2006 va mettre à profit la nouvelle vision dégagée par le Président Abdoulaye Wade pour gérer les fondamentaux à travers l’Apix, le Conseil présidentiel de l’investissement (CPI) dont la 7e session vient d’être bouclée et la Stratégie de croissance accélérée (SCA) axée sur 5 grappes porteurs de croissance : l’agro-business, les TIC et les télé services, le tourisme, l’artisanat et les industries culturelles, le textile centré sur la confection et les produits de la mer. Il s’agit dira Mme Niane, de réussir la 2è transition, celle de l’émergence d’ici 2015. Pour atteindre un taux de croissance soutenu de l’ordre de 7 à 8 % sur 10 ans, condition sine qua non, les clés du succès sont entre nos mains, selon les différents orateurs qui se sont succédé à la tribune.

Il s’agit notamment du DGA Amadou Saïdou Bâ qui a modéré les travaux et apporté des clarification sur nombre de points, de M. Fallou Dièye, conseiller spécial du DG, qui a mené la réflexion sur les voies pour améliorer le rang du Sénégal au classement du Doing business où le Sénégal ambitionne de figurer parmi les 10 premiers en Afrique subsaharienne en 2009 et de rattraper le gap par rapport aux pays de l’OCDE, de Mlle Aïssatou Nelly NDiaye, directrice du service aux investisseurs qui a fait état de plus de 1100 entreprises créées en 6 mois depuis la mise en place du Bureau d’appui à la création d’entreprises (BCE) au sein du nouveau Centre de facilitation des procédures administratives (CFPA) réduisant les délais de création de 58 jours à 48 heures et de M. Xavier Ricoux, chargé des grands travaux qui se concentrent aujourd’hui autour de l’aéroport Blaise Diagne, de l’autoroute à péage Dakar-Diamniadio (voir par ailleurs), de la nouvelle ville, de la future cité des affaires sur le terrain de l’actuel aéroport et de la Zone économique spéciale (Disez) concédée au Jebel Ali free zone Authority (Jafza). L’équipe de la directrice de la Communication, Jaqueline Fatima Bocoum, entend organiser des rencontres régulières avec la presse dans le cadre d’une nouvelle stratégie communicationnelle, pour éviter les incompréhensions qui ont jusqu’ici entouré les travaux de l’Apix.

L’autoroute à péage devrait ouvrir en fin 2010

Avec le tronçon Malick Sy Patte d’Oie terminé à 90 %, le directeur des grands travaux, Xavier Ricoux et le Directeur du projet autoroute Mouhamadou Sakhir Niass, ont levé un coin de voile sur la suite du projet d’autoroute à péage. D’abord, sur la décision de se limiter à la portion la plus rentable entre Dakar et Diamniadio, alors que le projet initial de 1978 se prolongeait jusqu’à Thiès. Ensuite, sur une éventuelle extension pour rallier Mbour, en cohérence avec les autres projets structurants comme l’aéroport Blaise Diagne et la Disez. Ainsi , alors que les tronçons jusqu’à Pikine financés par l’Etat du Sénégal sur le BCI sont en voie de finition, accompagnés de programmes de réinsertion (PAR) en direction des personnes affectées par le projet (PAP) sous forme d’indemnisation, sur les 24 Km qui vont de Pikine à Diamniadio, il est prévu de recaser plus de 2000 ménages vivant sur l’emprise, en ayant recours aux bailleurs. Par contre, les travaux mêmes, estimés à un coût de 240 milliards de F CFA, seront financés à hauteur de 60 % par l’Etat du Sénégal avec les bailleurs de fonds, alors que les 40 % iront au partenariat public-privé soutenu par la Loi BOT adoptée en 2004. La gestion environnementale n’est pas en reste, d’autant que l’autoroute traverse la forêt de Mbao. Les appels d’offres lancés, la procédure de sélection des concessionnaires suit sont cours, l’ouverture des offres techniques étant prévue en mars et celle des offres financières en juillet. L’autoroute devrait être livrée en fin 2010, selon M. Ricoux. Alors que pour M. Niass, le prix du péage retenu dans la modélisation tourne autour de 800 F Cfa par véhicule entre la Patte d’Oie et Diamniadio. Etant entendu que la RN 1 restera ouverte au trafic et sera même améliorée.

Source: le Soleil

Article Lu 11841 fois

Mardi 19 Février 2008

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State