Référence multimedia du sénégal
.
Google

Le Sénégal de Wade : un pays sous calmants

Article Lu 1697 fois

XIBAR.NET (Dakar, 29 Aout 2009) L’angoisse est devenu le mal le plus partagé au Sénégal. La cherté de la vie, les délestages et pénuries de denrées essentielles sont passés par là. Ce sont les pharmaciens qui se frottent les mains ; en toute illégalité.



Le Sénégal de Wade : un pays sous calmants
La Pharmacie nationale d’approvisionnement ne nous démentira pas, encore moins les tenants d’officines : les « calmants » et autres barbituriques sont les médicaments les plus vendus au Sénégal. Pourtant, légalement, ils étaient censés être prescrits par les toubibs et vendus sur présentation obligatoire d’une ordonnance. Mais, on se les paye sans ce sésame. Que voulez-vous ? Dans un pays où les certificats médicaux de complaisance sont la règle, les ordonnances fictives ne peuvent pas être une exception. Et puis, il y a le beau prétexte : le stress a, également, élu domicile au Sénégal. Ne vivons-nous pas l’ère de la mondialisation ? Ainsi, les « médicaments » pour évacuer l’angoisse, juste le temps de quelques heures, sont devenus plus chers. Ils font de plus en plus d’accros. Car, l’accoutumance, ce n’est pas seulement avec les « trois normaux », le tabac, l’alcool, la cola ou le chanvre indien. Elle surgit au galop avec les produits aphrodisiaques, les revigorants et autres somnifères. Combien d’hommes ne le sont, seuls avec une femme, qu’en s’aidant de films pornographiques ? Quoi donc de plus normal que bien des Sénégalais ne parviennent à dormir, à être dynamiques ou être zen qu’après avoir pris leur dose de calmants ? Hélas, leur « armée » grossit, de jour en jour. Les autorités le savent, les policiers également. Ils sont au courant, comme ils savaient, avant l’interdiction de vente de médicaments illicites dans l’espace dénommé « Keur Serigne-bi », que des Sénégalais s’y glissaient pour en ressortir furtivement, un produit barbiturique enfoui dans une poche ou enfermé entre les doigts. Les autorités et les forces de sécurité savent également que de l’autre côté, les pharmaciens, diplômés et autorisés, vendent aux « abonnés de calmants » sur la base de « la compréhension ». Ils poignardent le serment d’Hippocrate en se consolant que leurs compatriotes ont des problèmes d’emplois et des difficultés dans leurs ménages ; du fait, entre autres facteurs, de la promiscuité et de la cherté de la vie. Ils violent leurs engagements, parce qu’également, « on ne crache pas sur de l’argent » ; surtout s’il est en billets et arrive en masse. Le Sénégal est sous calmants. Le mal est réel et profond. Les cures de désintoxication sont-elles possibles, au vu de l’allure prise par ce nouveau phénomène de société ? La question est, simplement, terrible.

La Redaction

Article Lu 1697 fois

Vendredi 28 Août 2009





1.Posté par mousse le 29/08/2009 11:41
wade grand delinquant........................ a deja solder le pays.................et pourtant senghor de son vivant avait toujours dit....... je le cite ( que wade ne peut pas diriger un pays........il faut le laisser comme opposant ) les consequences de ce grand sage sont la...........le grand voyou de wade a fait couler le pays dans la merde..................

2.Posté par Dr FAlilou SENGHOR le 29/08/2009 12:19
Le pharaon et sa guenon fetiche se terrent à Biarritz. ...

Ces gens sont très troublés par la photo de la corniche inondée à l'endroit précis où Me SEYE Babacar a été descendu le 15 mai 1993.

Certes l'eau abondante nettoie et purifie; et même dilue les libations de la magie noire.

Après ce silence , leurs gesticulations et verbiage, ne servent à rien, devant l'ampleur du désastre ?

C'est de l'Anoci qu'ils doivent nous parler et pas des journalistes: " lorsque le doigt nous indique la pleine lune, les imbéciles scrutent le doigt "

Les agissements empressés et malhabiles de Viviane wade risquent de laisser en rade, les plus naïfs à la merci des populations.

Elle sera alors rentrée en France, près d'un WAde cloîtré en maison de retraite.


Les sorties burlesques du vieux nous manqueront: déguster du mafé dans le tramway de Dakar à partir d'un distributeur à reconnaissance vocale.

" paa bi mo donn ngand " diront les ovins galeux et de panurge

Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State