Référence multimedia du sénégal
.
Google

Le Ps sur le cinquantenaire de l’indépendance : « le pouvoir a voulu entretenir un amalgame malsain autour de cette célébration

Article Lu 11117 fois

Le pouvoir a voulu entretenir un amalgame malsain autour de la célébration du cinquantenaire de l’indépendance, heureusement que le peuple debout n’est pas tombé dans le piège du meeting électoral qu’a voulu se taper Abdoulaye Wade, a assuré le Bp du Parti Socialiste qui s’est réuni ce matin.



Le Ps sur le cinquantenaire de l’indépendance : « le pouvoir a voulu entretenir un amalgame malsain autour de cette célébration
« Au moment où les cendres du déni de gestion de l’ANOCI sont encore fumantes et alors qu’il n’arrive toujours pas à lever la suspicion légitime sur les extravagances de l’ANOCI, le Président de son Conseil de surveillance se retrouve investi d’une nouvelle mission où, comme à l’accoutumée, il est question de milliards et où, une nouvelle fois, les services financiers de l’Etat sont écartés ». C’est du moins la conviction du Bureau Politique (BP) du Parti Socialiste (PS) dont la déclaration sanctionnant la rencontre nous est parvenue par courriel. D’ailleurs, la question que se pose chaque Sénégalais de l’avis des socialistes, « est de savoir comment ce dernier, qui n’est ni Ministre en charge des finances, ni Ministre chargé des télécommunications, peut se retrouver au cœur des négociations sur la licence de téléphonie mobile de la SENTEL, sauf à considérer qu’il est préposé aux transactions et négociations occultes et opaques ».

Et pour Tanor Dieng et ses camarades, « c’est dans le but d’esquiver les sanctions que le peuple sénégalais attend sur les détournements, les extravagances et les gaspillages dans la gestion de la SENELEC, de l’ANOCI et des autres structures publiques épinglées par l’ARMP qu’Abdoulaye Wade s’est lancé dans un mise en scène médiatique en prenant pour prétexte le lancement des festivités marquant le cinquantième anniversaire de l’accession de notre pays à la souveraineté internationale ». Mais regrette l’instance dirigeante du Ps, « ce moment, qui aurait dû être une célébration de la mémoire des pères fondateurs et une fête de la Nation toute entière, a fait l’objet d’une tentative éhontée de récupération partisane pour célébrer les rêves mégalomaniaques et dynastiques d’un homme aux abois, au moyen d’une propagande digne des régimes totalitaires les plus répugnants ». En effet, indique le Bp du Ps, « le pouvoir a voulu entretenir un amalgame malsain autour de cette célébration. Heureusement que le peuple debout n’est pas tombé dans le piège du meeting électoral qu’a voulu se taper Abdoulaye Wade ».

A cette occasion, soulignent les socialistes, « Abdoulaye Wade a dû faire se faire violence, dans un corset inhabituel de rassembleur, quelques semaines après avoir été l’élément de discorde avec l’effarante irresponsabilité des offenses faites aux imams et à la communauté chrétienne et après avoir été, tout au long de son mandat, le plus grand diviseur commun de la Nation. Aussi, n’a-t-il pas hésité à fragiliser le ciment national pour faciliter ses basses œuvres : la division de confréries, la stigmatisation des communautés religieuses ou de leurs chefs, l’agression des familles traditionnelles dans leur fonctionnement intrinsèque, l’instrumentalisation du conflit en Casamance, la déstabilisation du mouvement syndical avec l’incendie de la Bourse du Travail suivi de mort d’homme et l’ingérence dans les affaires internes des partis politiques participent de cette entreprise de désintégration de la cohésion nationale ».

Il y a d’ailleurs aux yeux des socialistes, « quelque paradoxe à imaginer Abdoulaye Wade dans le rôle de porteur d’un message d’union et de communion ; un discours qui sonne faux dans la voix de l’apôtre de la désunion qui, par ses déclarations irresponsables, menace l’équilibre de notre précieuse unité nationale que d’autres avant lui, bien plus lucides et responsables, ont contribué à construire dans la paix et la concorde ». « En vérité, Abdoulaye Wade n’a pas et n’aura jamais la dignité de la fonction présidentielle. Il est et il restera l’homme des tournants ratés dont le nom restera à jamais dans la rubrique des faits divers. Il est et restera toujours un homme de camp et de clan », indique le Bp. Qui se demande, « comment peut-il célébrer le cinquantenaire de l’anniversaire de l’indépendance de notre pays sans convoquer le parcours de nos grands hommes, des plus humbles aux plus illustres qui ont connu et écrit les pages héroïques de la lutte pour l’indépendance de notre pays et qui, avec d’autres, « ont tracé droit notre chemin et forgé notre destin ».

Pour Tanor et ses camarades, « quoique fasse Abdoulaye Wade et même tenté par le négationnisme, l’histoire retient déjà que ce sont ces hommes qui ont jeté les bases d’un Etat moderne adossé aux valeurs de la République démocratique et laïque et qui ont toujours donné au peuple sénégalais un sentiment de fierté. Rien de commun avec les mœurs dépravées, la manipulation des consciences, la subversion des valeurs morales et le culte de l’argent corrupteur, avec lesquels Abdoulaye Wade s’attelle à déconstruire les bases de notre vie commune ».

Biram NDIAYE
Source Sununews.com

Article Lu 11117 fois

Jeudi 18 Février 2010





1.Posté par SERENA le 19/02/2010 01:53
bien parlé

comment wade peut oublier de rendre hommage à senghor et abdou diouf?

ça moom c est inconcevable

gni dagnou rekk petit maakhaala ay BADOLALAGNOU

badola kènn dou ka diokh palais waye

Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State