Référence multimedia du sénégal
.
Google

La profession de marchand ambulant comme tremplin : Une ambition qui butte sur un faible niveau d'instruction

Article Lu 1949 fois

Beaucoup de marchands ambulants aspirent à devenir soit de grands commerçants, soit à émigrer à l'étranger pour y exercer un métier. Seulement, il se trouve que leur niveau d'instruction et de qualification entrave leur réussite.



Le niveau de scolarisation des marchands ambulants est relativement faible. En effet, d’après les résultats de l'enquête menée par l'Observatoire économique de la Chambre de commerce de Dakar, 27,8 % d'entre eux ont suivi des études primaires et 15,8 % des études moyennes. En revanche, peu d'entre eux (soit 4,9 %) ont déclaré avoir fait des études secondaires et seulement 1,6 % ont connu des études supérieures. Et en dépit d'un taux de scolarisation élevé, soit 81,3 %, au moins 63,9 % des marchands ambulants interrogés ont quitté le système scolaire sans aucun diplôme. De plus, 65 % d’entre eux sont sans qualification professionnelle précise. Ce qui pose, selon le Dr Aliou Diop, directeur de l'Observatoire économique de la Chambre de commerce de Dakar, le problème récurrent de la gestion de l'échec scolaire et de l'absence de structures formelles dédiées à l'apprentissage de métiers tels que la mécanique, la menuiserie, la boulangerie, la confection, etc.
Par ailleurs, le commerce ambulant constitue, pour une certaine catégorie de la population active, un moyen d'insertion professionnelle et une source de revenus. C'est ainsi que l'étude de l'Observatoire économique de la Chambre de commerce de Dakar indique qu'au moins 50,6 % des marchands ambulants exercent cette activité par choix et dans l'optique de devenir plus tard un grand commerçant. De même qu'il a été noté que 35,8 % des acteurs considèrent cette activité comme un tremplin pour atteindre d'autres objectifs. Ces derniers tournent autour de la recherche d'emploi, d'une opportunité de réaliser un projet ou d'émigrer vers d'autres pays. ‘Le manque d'opportunité d'emplois ou de perspectives économiques fait de l'immigration, une alternative pour d'autres’, selon le Dr Aliou Diop.

Le phénomène du commerce ambulant persiste au Sénégal depuis plusieurs décennies. De cette enquête, il est ressorti que plus de 60 % des acteurs ont intégré ce créneau du commerce ambulant depuis 2000 contre 38 % auparavant. Selon le Dr Aliou Diop, cette situation dénote une poussée du phénomène au cours de la dernière décennie qui a pourtant vu le déploiement de nombreuses initiatives de la part des pouvoirs publics telles que le Fonds national de promotion des jeunes (Fnpj), le Plan de retour vers l'agriculture (Reva), etc.

Abdoulaye SIDY
Source Walfadjri


Article Lu 1949 fois

Lundi 9 Novembre 2009





1.Posté par pointini le 09/11/2009 20:03
et les 85% qui ont la licence? ils foutent koi eux?
les marchand ambulants st plus intelligent que ces soi disants matrisards......


2.Posté par pap? le 10/11/2009 06:58
Faut que ça cesse, il doit y avoir des commerces certes mais il faut que les gens retournent à des vraies activités au lieu de vouloir tous vendre un t-shirt ou un bracelet

Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State