Référence multimedia du sénégal
.
Google

La musique sénégalaise confinée dans l'étroitesse des salons: Un tintamarre de cris qui fait marrer

Article Lu 1492 fois

Nombreux sont les mélomanes bien nostalgiques de la musique. Celle sénégalaise qui éduque, encourage, démontre et dévoile des valeurs certaines. Celle-là encore qui fait envoler dans des rêves et redonne le sourire aux esprits bien tristes. De ses musiciens, rares sont ceux qui se produisent ou qui toutefois sont bien écoutés des Sénégalais. Qu'à cela ne tienne, la musique, aujourd'hui est devenue l'affaire de tous et de tout le monde. Le Mbalax sous toutes ses formes et cadences. En effet, aux amateurs, il est proposé des genres musicaux rarissimes, confinés dans l'étroitesse des salons et des chambrettes. Tout, sauf des thèmes. À la place, rideaux, chawarma, vélos et autres sont chantés.



Il faut émerger d'un lot de danseurs, de batteurs de tam-tam, d'animateurs de certaines festivités mondaines pour prétendre à la chanson. En effet, par le biais des consommateurs, nombre sont les jeunes ou personnages d'un autre âge qui s'investissent dans le créneau de la chanson. Forcer le passage. Une fois le visage tout souriant à la télévision, acclamer après une prestation de quelque nature, que l'on devient « starlettes » au Sénégal. Même interrogés au micro, la parole se veut unanime. « Maintenant, nous sommes devenus d'autres personnes, avec un rôle et un objectif dans la société. Nous sommes par la force des choses, devenus les chouchous du public. Ils sont nombreux à te dire ou à nous dire, tu me plais, parce que nous faisons de grandes choses dans la danse ou ailleurs ». Et c'est parti pour une vie d'artiste. L'unique créneau qui est pris en compte par les nouveaux « chansonneurs » est la musique. De tous les genres qui existent, c'est bien le Mbalax national ou nationalisé qui est prisé. Facile avec une musique bien rythmique. Et tout le monde commence bouger ou à taper des mains. Chose tout à fait naturelle. Car, en définissant le rythme qui est bien africain, Senghor disait que c'était un choc vibratoire, qui à travers les sens pénètre les racines de l'âme. Seulement, au-delà du rythme, existe la chanson. Forcée et loin d'une voix mélodique, ce sont des paroles de toutes catégories dénudées de sens qui fleurissent. Cris aigus ou rauques, parler pour crier ou crier pour parler. C'est selon, les dès sont jetés. L'essentiel est de se produire et de se faire regarder des téléspectateurs ou d'être écouté des auditeurs. Ces genres musicaux rarissimes et chansonneurs d'une autre dimension, sont confinés dans l'étroitesse des salons et chambrettes. Et ce sont, « rideaux », « chawarmma », « hamburger », « canaris », « vélos » ou « casques », entre autres qui sont choisis comme thèmes. Et loin de la musique qui éduque, encourage, démontre et dévoile des valeurs certaines, les nouvelles danses pleuvent. Et les hommes danseurs s'investissent dans le « leumbeul » bien féminin. Visage côtoyant les mains accrochées à la chaise. Et démarre des séances de tourbillon fessier bien masculin. C'est dire, que nombreux sont les mélomanes qui sont nostalgiques de véritables chanteurs. Et à défaut des grosses pointures que sont Youssou Ndour, Ismaël Lô, Baba Maal ou encore Oumar Pène, entre bien d'autres qui ont déjà montré le chemin, les paroliers ont avec cette nouvelle race de chanteurs bien du travail qui les attend. Le manque d'inspiration. Une véritable cacophonie. Un genre musical nouveau dans les bacs. Espace frontalier confiné dans un espace restreint. Oui à l'argent, non à une riche carrière musicale.

Abdoulaye Mbow
Source: L'office

Article Lu 1492 fois

Samedi 21 Juillet 2007

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State