Référence multimedia du sénégal
.
Google

La caste des « Intouchables ».

Article Lu 11048 fois

Lorsque le lundi 18 Août 2008, quelques heures à peine après les saccages des locaux de 24h et l’As, le directeur de publication du premier cité accusa, sans hésitation, le pouvoir en place d’en être l’instigateur et comble d’ironie affirma sans ambages : « ester en justice serait vain », nous attribuâmes ces propos à l’émotion et crûmes, pour cette fois, que la tragédie ne céderait pas à la farce (pour reprendre la logique marxiste sur l’Histoire lorsqu ‘elle se répète). En effet après l’épisode « Régalien » du 5 octobre 2003 qui faillit priver le Sénégal d’un de ses meilleurs talents politiques revoilà une autre nuit des bleus calots.



La caste des « Intouchables ».
Combien fut grande notre surprise lorsque notre propagandiste en chef (qui fut nommément cité comme étant commanditaire) ne fut nullement inquiété et que grâce fut accordée aux « bleuets ».

Ainsi donc l’histoire a donné raison à EL Malick. La rhétorique hégélienne postule que lorsque l’histoire a raison sur la raison c’est toujours pour de mauvaises raisons. Nous n’enfoncerons pas les portes déjà ouvertes des rapports entre Roi et Valet pour dénicher les raisons à l’origine de cette clémence mais gageons qu’elles soient des plus mauvaises.

Au demeurant, cela ramène les derniers sceptiques, dont votre serviteur, à la dure réalité de l’impunité au Sénégal.

Nous ne voulons pas parler de cette impunité politique qui assure aux tenants actuels d’un pouvoir électif ou nominatif, une immunité future quel que fut leur mode de gouvernance et de gestion : certains demandent même à d’autres de partir la tête haute. Entre amis « Dakarois » c’est la moindre des choses.

Nous ne voulons pas parler de cette impunité économique qui permet à des « générations de constructeurs » (Maître dixit) d’effectuer des montages institutionnels et financiers et des pratiques affairistes indignes sans risques majeurs sinon gravir les marches menant à la station présidentielle. Entre père, fils et frères libéraux c’est la moindre des choses.

Non ! nous voulons parler de cette impunité que nous ressentons sans la toucher, que nous vivons sans la voir, qui concerne Vous, moi, Nous Tous, bref ce sentiment d’impunité qui nous enveloppe à chaque fois qu’éclate une nouvelle affaire impliquant le Roi, les « fous » du Roi ou les cavalier « bleus ».

Ce sentiment d’impunité qui n’est pas le fruit d’une absence de règles ou d'absence d'application de celles-ci mais le résultat de la volonté politique d'un gouvernement qui, soumis aux pressions de groupes et lobbies puissants, légitime en quelque sorte, par une loi d'amnistie, ou par des actes de grâce, les violations des droits de l'homme qu'ils commettent.

Que nos propos soient clairs : nous ne remettons en cause ni la légalité des Grâces présidentielles encore moins celle de la loi d’amnistie générale dite Ezzan.

Source Siweul.com

Article Lu 11048 fois

Lundi 17 Août 2009





1.Posté par nanabez le 17/08/2009 17:28
sans commentaires , farba mome rien ke prononcer son nom , bakarla

Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State