Référence multimedia du sénégal
.
Google

La belle-famille : calvaire ou bénédiction ?

Article Lu 12247 fois


La belle-famille : calvaire ou bénédiction ?
Avec nos beaux-parents, ce peut être le coup de foudre ou les flammèches assurées !

Il y a fort longtemps, le célèbre moraliste La Bruyère écrivait : « Une belle-mère aime son gendre, n’aime point sa bru ». Un aphorisme pas très rassurant lorsqu’on rencontre pour la première fois la belle-famille... Selon un article de www.psychonet.fr, en Italie, 40% des divorces sont attribuables aux mauvaises relations entretenues par les brus avec leurs belles-mères ! À l’opposé, d’autres relations sont placées sous le charme.




Les présentations

Présenter la belle-famille est une étape importante dans une nouvelle relation de couple. En rencontrant les parents de notre conjoint, on officialise quelque peu notre union. On pose les bases d’une relation familiale qui peut soit nuire, soit agrémenter notre vie de couple. La première impression est donc décisive. Selon Nicole Hébert, psychologue spécialiste du couple, « il faut se sentir bien avec notre conjoint avant de se lancer dans les présentations, explique-t-elle. Il faut que les beaux-parents soient prêts à rencontrer la nouvelle copine de leur fils, surtout si la rupture était récente et qu’ils aimaient beaucoup l’ancienne. » Donc, éviter la précipitation et l’enthousiasme débordant, sous peine de se voir baptiser du nom de l’ex de leur fils, par un réflexe inconvenu !

Reflet parental ?

Bien sûr, il faut bien connaître notre nouveau mec avant de rencontrer ses parents, afin de savoir quelles les relations il entretient avec sa famille. « Il faut se mettre au diapason avec lui et ne pas brusquer la belle-famille dans ses habitudes » estime Nicole Hébert. En observant le père et la mère de notre amoureux, on en apprend un peu plus sur son éducation, ses valeurs... et ses manies !

Entretenir la flamme ?

Une fois les beaux-parents installés dans notre vie, il ne reste plus qu’à entretenir des liens cordiaux et respectueux... facile à dire ! Selon Nicole Hébert, les beaux-parents deviennent souvent les boucs-émissaires des problèmes conjugaux. « Chez les couples que nous voyons en consultation, on remarque souvent que la conjointe accuse les antécédents familiaux et l’éducation de son conjoint plutôt que de régler les conflits à l’intérieur du couple. Il faut éviter la comparaison négative avec la famille de notre conjoint et, quand on s’avance sur ce terrain, il faut être très délicate. Si ça le dérange, il faut en tenir compte. » Il arrive parfois que nos beaux-parents prennent parti pour l’un ou pour l’autre dans le cas de mésententes : il faut alors éviter d’étaler notre vie privée lors des soupers du dimanche.

Et si la relation échoue ?

Que doit-on faire pour conserver la relation avec les beaux-parents ? Nicole Hébert affirme qu’il faut analyser cette situation au cas par cas. Si on a des enfants avec notre ex, la relation avec les beaux-parents (devenus grands-parents) est plus solide. Tout dépend évidemment de notre bonne entente en tant qu’anciens conjoints. Certains arrivent à garder des liens. Mais, parfois, il faut apprendre, en plus de la rupture avec notre conjoint, à faire le deuil de notre relation avec ses parents, surtout quand il a refait sa vie avec une autre femme ! Difficile mais souvent nécessaire.


Article Lu 12247 fois

Vendredi 31 Août 2007

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State