Référence multimedia du sénégal
.
Google

La Mbaraneuse se trompe de « Vieux ». Amers regrets !

Article Lu 11657 fois


La Mbaraneuse se trompe de « Vieux ». Amers regrets !
S.D, de 20 ans, se souvient de sa première tentative « d’escroquerie », qualifiée de « Mbarane ». Novice dans ce domaine, elle y a laissé ses plumes. Elle fréquentait un vieux « mourant », 70 ans révolus, vivant dans l’opulence et qui faisait montre d’une générosité légendaire à son égard. Ce vieux prenait en charge ses frais de scolarité, son habillement et tous les autres besoins de Saly. Saly a confié la suite de sa dramatique histoire à Leral visité par www.buzzsenegal.com.

D’après son histoire, elle croyait que le vieux, avec lequel, elle a eu une aventures, n’était plus actif s******ement. Pour des raisons de sous, à l’approche de la fête de Tabaski de l’année dernière, elle prenait le malin plaisir de faire des « pipettes » et des « fellations » à ce vieux. Elle n’a rien vu venir.

A force de faire, le vieux routier a brutalement demandé à S d’expérimenter autre chose pour mieux agrément leur rencontre. A début, le vieux, dira-t-elle, la rassurait, en lui demandant de s’arrêter juste aux petites aventures sans conséquence.

Mais, consentant à la proposition du vieux qui lui offrait après chaque séance, des montants allant jusqu’à 300 000 Fcfa, elle a ouvert de son plein gré les portes de son » jardin secret ». Surprise ! Le vieil homme, trouvant l’occasion unique, en a profité pour bien jouir. Avec l’entrée vigoureuse en matière du vieux routier, la nymphe a subitement perdu le contrôle de ses facultés. « Je me suis évanouie », narre-t-elle. Et après ce fut l’horreur : « Une fois que je me suis réveillée, j’ai vu autour de moi du sang. Mes jambes refusent de tenir, mon corps tremble. C’est parti, j’ai perdu mon hymen, le plus cher en moi. Depuis lors, je ne suis plus vierge ».

« Je ne ressens plus rien pour leshommes. Si ce n’est de la haine »

Son généreux donateur a fait d’elle, après quelques mois de doutes et d’angoisse, une fille mère. « Pis, le vieux qui était un notable très respecté dans son quartier, après avoir eu vent de ma grossesse, m’a proposé d’aller me faire avorter. Il m’avait mis en contact avec quelqu’un qui a tenté en vain l’avortement.J’ai même failli mourir. Puisqu’à l’accouchement, j’ai été évacuée d’hôpital en hôpital. J’ai subi une césarienne. Après cela, j’ai perdu le bébé. Jusqu’à ce jour, mes parents qui m’en voulaient à mort, ne savent pas qui est le père du bébé, mort-né », se confie-t-elle, l’air triste, mine renfrognée.

« Il m’arrive de rester seule à penser à ce que j’ai fait de ma vie. Et pourtant, j’étais très talentueuse à l’école. J’obtenais de très bonnes notes. Aujourd’hui, je souffre de vertiges et des maux de ventre récurrents. Je ne suis plus moi-même. Vous me voyez, je donne l’air d’avoir 40 ans, alors que j’en ai que 20, passés de quelques moi », regrette S.

Depuis cette aventure elle est dégouté et confie, « Je fuis même le regard des hommes. Parce que, je ne ressens plus rien pour eux. Si ce n’est de la haine », confesse-t-elle.

S.D. en détresse a rangé ses ambitions de devenir professeur de sciences, a vu son destin hypothéqué par un « petit faux-pas ». Sans avenir certain, elle s’assoit tout au long de la journée sur les bancs publics, regrettant sa jeunesse enfuie et passant son temps à dévisager les passants.

Article Lu 11657 fois

Lundi 28 Août 2017




Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State