Référence multimedia du sénégal
.
Google

La Chronique de Dié Maty Fall: Mal barrés

Article Lu 11753 fois

Les grandes manoeuvres politiques recommencent au sommet de l'Etat. C'est habituellement une spécialité de notre Président bien aimé. Mais par les temps actuels, c'est devenu pour lui une nécessité vitale. Encerclé par les urgences sociales et économiques qu'il peine à résoudre, étouffé par l'étau politique de l'opposition regroupée au sein du front Siggil Sénégal, Me Wade n'a plus le choix. II est obligé de se délester d'un des fardeaux pour espérer s'en sortir et rompre son isolement. Sa victoire massive aux élections présidentielle et législatives ne lui a pas servi à gouverner tranquillement, en dépit des assurances de son parti. Ce succès, très suspect aux yeux de ses adversaires, n'a pas été reconnu et est même remis en cause. Dans l'opinion également, ce passage en force au premier tour du chef de l'Etat, semble des plus bizarres. Ce n'est pas suffisant de remporter la mise électorale. Encore faut-il la légitimer par un processus transparent, régulier et démocratique. C'est cette évidence de légitimité fondée sur la sincérité et la certitude qui manque le plus dans l'appréciation de la réélection de Me Wade. Autant son plébiscite authentique de 2000 a été unanimement reconnu et accepté comme tel, autant sa fortune de 2007 apparaît plus comme une prouesse et un exploit qui ne doivent rien à la réalité du terrain. C'est inexplicable et illogique, d'où les sérieux doutes et la perplexité alimentés par des preuves de manipulations informatiques frauduleuses. C'est là que le bât blesse.



La Chronique de Dié Maty Fall: Mal barrés
II aurait été souhaitable que la plus haute institution du Sénégal, à l'instar de la France, du Cap-Vert, du Bénin, de la Grande Bretagne ou de l'Allemagne, fut dirigée par un chef reconnu par l'ensemble de la Nation et sur lequel ne pèserait aucun soupçon de fraude électorale! Cette légitimité incontestable nous aurait évité la situation de blocage dans laquelle nous nous trouvons : un pays déchiré entre deux conceptions de la République, partitionné entre partisans et adversaires du fait électoral issu de la présidentielle. Apparemment, le vin est tiré et en l'absence d'un dialogue national, il nous faut le boire. Cependant, cette querelle politique n'est pas la seule épine dans le pied du chef de l'Etat. II lui faut faire avec mille maux qui assaillent le quotidien des Sénégalais déjà fort empoisonné par une hausse vertigineuse des prix, associée à des poches trouées ou vides. Le malaise est réel dans la société qui s'appauvrit pendant que le train de vie de l' Etat ne cesse de croître. Les Sénégalais se serrent toujours davantage la ceinture sans rien voir venir. Ils se sacrifient quotidiennement, en attendant les fruits de la croissance promis par le régime de Me Wade. Mais à l'horizon rien, sinon la ligne bleue des Canaries. Et la misère. Et les délestages. Ils ont beau scruter le ciel, ils ne voient que les joues bien rebondies des riches ministres, conseillers, députés, sénateurs et gens importants qui vivent sur leur dos. Alors, pour faire passer la pilule de plus en plus amère, la diversion est de mise. Une vieille recette politique qui marche toujours sur les foules sentimentales (merci Alain Souchon). Le chef de l'Etat relance ses vieilles lunes de grand parti présidentiel, de reconstitution de sa famille politique éparpillée et de retour au bercail des brebis égarées de sa coalition politique. Au passage, il en profite pour réduire la fracture sentimentale de son couple passionnel avec Idrissa Seck, la moitié sans laquelle il court à sa perte proche. Pas mal joué pour une partie de poker, mais cela ne signe pas la fin des haricots pour le peuple sénégalais ni pour les intérêts de la République. En quoi le fait de déplacer les pions sur l'échiquier politique vat-il apporter des solutions aux urgences du pays ? En quoi l'adresse phénoménale de Me Wade dans les combinaisons politiques va-t-elle signer la fin des souffrances du peuple, effacer la pauvreté, le chômage, la précarité, la mal gouvernance, les tâtonnements du gouvernement ? Depuis sept ans que cela dure, si la méthode Wade marchait dans le panier de la ménagère, cela se saurait. A défaut de mettre le Sénégal sur la voie de la croissance et de la bonne gouvernance, les remaniements successifs ont surtout la fâcheuse manie de mettre à nu la carence des ministres proposés à la nomination de Wade selon des procédés bien nébuleux. La dernière fournée des Karimet(te)s et des Baldet(te)s est l'une des plus faibles en matière de compétence, de qualification, de valeur et de capacité. De manque de transparence dans les enquêtes policières, de moralité aussi, bâclées selon des fuites parues dans la presse. Mais, pour ce qui est du serment d'allégeance au président de la République, ils ont montré une aptitude parfaite. Résultat, pour sauver les apparences et remettre de l'ordre républicain, le monde s'arrêtera encore de tourner, dans la marche du Sénégal, lorsque Me Wade sera obligé de revoir sa copie. Les problèmes du Sénégal attendront, notre retard s'aggravera et résonnera encore à nos oreilles la leçon d'histoire, de démocratie et de bonne gouvernance administrée par un Nicolas Sarkozy vraiment mal placé pour cette mission. Nous sommes mal barrés.

D.M.F

Le Bloc notes de DMF

Auteur: Dié Maty FALL - dmf@weekend.sn

© Week-End Magazine

Article Lu 11753 fois

Samedi 4 Août 2007





1.Posté par McCisse le 05/08/2007 01:50
You are a wondeful writer. The president is playing games..games and games.
Thank you Madam, by the way, we Senegalese in US all love Latif Coulibaly and all of Sud FM.

2.Posté par senegalais le 07/08/2007 20:13
Merci sister,tres bon article

3.Posté par le citoyen moyen le 08/08/2007 19:44
De grace continue dans cette lancée détrempée de pedantisme

4.Posté par zsqdfghjk le 29/08/2007 16:01
Les vacances nak doye na miss tu reviens quand????
Ou bien si vous avez arreté vos chroniques il faut nous le dire bok?

5.Posté par tij le 02/09/2007 17:03
diadieuf sokhna ci,comme d'habutud c'est diè ne change pas dè,senegal wèthièkou daf fa gaw

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State