Référence multimedia du sénégal
.
Google

La Chronique de Dié Maty Fall: La France et nous

Article Lu 1759 fois


La Chronique de Dié Maty Fall: La France et nous
Nicolas Sarkozy entame à Dakar, ces 26 et 27 juillet, son premier déplacement présidentiel dans l'ex- précarré. L'effervescence perceptible depuis l'annonce de sa venue témoigne que la visite d'un chef d'Etat français ne laisse chez nous personne indifférent. La France restant encore, malgré la sinisation et la dubaisation rampantes, le principal partenaire du Sénégal. En raison d'un attachement historique, culturel, économique et politique multiséculaire, le couple franco-sénégalais est une réalité imprimée dans notre vie quotidienne. Au-delà de la froideur de l'Etat français et de son administration, il existe entre les peuples des rapports humains apaisés. II y a entre les Français et nous une relation plus chaleureuse et des liens charnels bâtis dans le sang, la coopération, le travail, les études, l'amitié, les voyages et autour de la téranga sénégalaise.

On sait déjà que Nicolas Sarkozy proclamera depuis Dakar sa vision de la coopération franco-africaine et ses projets pour l'Afrique. Le point de presse de son porte-parole, relaté par nos confrères de Walfadjiri, nous apprend que le Président Sarkozy confirmera «l'amitié profonde et sincère que la France porte à l'Afrique et aux Africains». Du blabla dont nous n'avons que faire. Président de rupture, il devrait rompre avec ce discours convenu etaller à l'essentiel. Le paternalisme, on a déjà donné. L'amitié scellée au quotidien entre les ressortissants de nos deux pays se vit hors du discours officiel. L'essentiel, c'est lorsque Sarkozy déclare qu' "à présent, la relation franco-africaine doit être fondée sur la franchise et la transparence, entre partenaires égaux et responsables, qu'elle doit être décomplexée et mise au service de notre avenir commun". Dans la forme, cette profession de foi sonne le glas de la connivence et des «réseaux» qui avaient marqué les relations France Afrique pendant un quart de siècle. Elle promet, de nouveaux rapports plus clairs, plus sains et mutuellement exigeants.

Dans le fond, on sait que «la franchise et la transparence», plutôt la claire conscience des intérêts de la France, exige que la question de l'environnement des affaires, de la transparence de la passation des marchés publics et du fonctionnement de la justice au Sénégal soit impérativement posée. Sans doute que Sarkozy le fera dans le style direct et le langage «décomplexé» qui est le sien. On ne peut être impunément l'hôte du propriétaire du Paloma sans aborder avec qui de droit le contentieux de son éviction du lucratif marché du port à conteneurs de Dakar. Ce ne serait pas «responsable» de la part de l' "ami " de Bolloré et on le comprend. A défaut de revenir sur une attribution officiellement annoncée à moins de se dédire, Sarkozy pourrait plaider pour un partage du marché entre DubaÏ Port World et la Sdv. De son côté, Wade pourrait alors accepter de couper la poire en deux si la France fermait les yeux sur ses manquements au respect des droits de l'homme et l'aidait à sortir de son isolement en renouant les fils du dialogue national.

Sarkozy part gagnant dans ce tête à tête entre la France et le Sénégal. II a mis de son côté tous les atouts en faisant savoir ce qu'il était venu chercher au Sénégal en particulier et en Afrique généralement. Ses arguments politiques, diplomatiques et économiques sont connus, son modus operandi identifié, il a pris une longueur d'avance sur nous. Candidat, il avait déjà annoncé la couleur dans son discours de refondation des rapports France Afrique, à Cotonou. Depuis son élection, les audiences qu'il a consenties à cinq chefs d' Etat africains sont passées au tamis de cette nouvelle doctrine Sarkozy. A l'Elysée, les audiences des présidents africains s'accordent désormais au compte-goutte, ne s'éternisent plus et fini le rituel du déjeuner ou du dîner officiel, selon nos confrères de Jeune Afrique. II est vrai que la France a des chantiers plus tangibles au sein de l'Union européenne dont elle est, avec l'Allemagne, le fer de lance. Le couple franco-allemand, voilà un bel exemple de partenaires «égaux et responsables». Les décisions du récent sommet de Toulouse sur l'avenir de l'entreprise franco-allemande Eads, prises par Angela Merkel et Sarkozy, illustrent bien cette réalité.

Sarkozy propose une immigration choisie. C'est-àdire des Sénégalais et des Africains bien formés dans les métiers dont la France a un besoin pressant, à la place des hordes de sans-papiers sans qualification dont la France ne veut plus. Sarkozy veut promouvoir une Francophonie plus politique. Au-delà de la seule mission de défense de la langue française, il propose une Francophonie impliquée dans la promotion de la démocratie et la surveillance des processus électoraux en Afrique ou en Haïti. II fait des propositions et il s'en donne les moyens. Et nous, que lui proposons-nous ? Quelle est la stratégie de l' Etat du Sénégal pour "décomplexer" la coopération franco-sénégalaise ? A défaut, quelle est la vision et quels sont les projets de la classe politique sénégalaise, de l'Assemblée nationale, de la société civile, des intellectuels, des syndicats, des organisations professionnelles, du patronat sénégalais ? Encore une rencontre à sens unique, impréparée de notre côté et qui nous laissera sur notre faim.

D.M.F

Le Bloc notes de DMF

Auteur: Dié Maty FALL - dmf@weekend.sn

© Week-End Magazine

Article Lu 1759 fois

Samedi 28 Juillet 2007





1.Posté par Du Mali le 28/07/2007 13:33
IDY EST UN ASSOIFE DE POUVOIR ET EST PIRE QU'UNE PUTE PARCE QUE MEME LES PUTES NE CHANGENT PAS DE PARTENAIRES DANS LES CONDITIONS QU'IL LE FAIT DEPUIS DEUX ANS.

TANTOT IL DONNE SON DERRIERE A WADE PERE POUR QUE CE DERNIER EN FASSE CE QU'IL VEUT (EX: LIMOGEAGE, PRISON, ETC) EN LUI FAISANT MIROITER UN POUVOIR QUE DIEU SEUL DETIENT ET LE DONNE A QUI IL VEUT.

TANTOT AUSSI IL LE DONNE A L'OPPOSITION POUR SE RENDRE EN VICTIME.

MEME LE SOULIER DE WADE PERE OU DE WADE FILS EST MIEUX QU'IDY PARCE QU'AU MOINS EUX ILS NOUS VOLENT EN PLEIN JOUR ET S'ASSUMENT. NOUS TRAINERONS WADE FAMILY & ASSOCIES DEVANT LA JUSTICE.

SARKOZY A DIT A DAKAR : "La jeunesse africaine, il faut s'avoir ce que vous voulez. Si vous voulez que l'argent de vos pays soit investi et non pas détourné, il faut le demander et nous l'exigerons"

Eh ben, nous allons le demander maintenant avec des preuves à l'appui.

2.Posté par secka (f) le 28/07/2007 17:54
bonsoir die

tu me pl beaucoup comment faire pour te rencontrer

3.Posté par Bolloré le 29/07/2007 02:44

Dié Maty Fall a ecrit, je la cite :

" On ne peut être impunément l'hôte du propriétaire du Paloma sans aborder avec qui de droit le contentieux de son éviction du lucratif marché du port à conteneurs de Dakar. Ce ne serait pas «responsable» de la part de l' "ami " de Bolloré et on le comprend. A défaut de revenir sur une attribution officiellement annoncée à moins de se dédire, Sarkozy pourrait plaider pour un partage du marché entre DubaÏ Port World et la Sdv. De son côté, Wade pourrait alors accepter de couper la poire en deux si la France fermait les yeux sur ses manquements au respect des droits de l'homme et l'aidait à sortir de son isolement en renouant les fils du dialogue national."

Madame croit qu'un marché de concession est un gateau a partager? Elle a été certainement inspirée par le paier signée la semaine derniere par Mamadou Oumar Ndiaye du Temoin.

Cette assertion bizarre donne une perception de la meconnaissance par les journalistes de certaines regles economiques. SDV a compéti et perdu sur le marché de la concession de la gestion du port de Dakar. Le vin est tiré....

Sinon, pour la gouverne de Dié, SDV ne pèse pas lourd en termes technique et financier face a un geant comme Dubai Port World qui gere une vingtaine de ports dans le monde en Asie, Eurfope, Moyen Orient, Amérique, Afrique... alors que Boloré, a coté de ses activités de manutention (son métier), ne gere qu'un seul port, celui d'Abdijan. Et cette concession a été octroyée sans appel d'offres. C'est dire que ce sont les reseaux de la Francafrique qui ont permis a SDV de rafler ce marché...

Dié Maty a encore ecrit :

" Dans la forme, cette profession de foi sonne le glas de la connivence et des «réseaux» qui avaient marqué les relations France Afrique pendant un quart de siècle. Elle promet, de nouveaux rapports plus clairs, plus sains et mutuellement exigeants. "

C'est encore une fois meconnaitre certaines regles qui fondent les relations de cooperation entre etats, notament entre ceux développés et ceux en développement. Les reseaux existeront toujours, en depit des professions de foi.

Sarkozi a bien appris de ses predecesseurs, en voyageant dans certains pays emergents, accompagné d'une kyrielle de chefs d'entreprises, jouant les VRP de luxe...

Salam





Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 7 Décembre 2016 - 11:44 Pénurie d’eau à Dakar : la véritable raison…

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State