Référence multimedia du sénégal
.
Google

LUTTE: VISITE DES IMPÔTS DANS L'ARENE : les promoteurs demandent à l’Etat plus de souplesse

Article Lu 12017 fois

Les réactions n'ont pas tardé, suite à l'in­formation livrée dans notre dernière édi­tion relative à la mission de contrôle des inspecteurs des Impôts et Domaines au niveau du Comité national de gestion (Cng) de lutte et aussi du côté des lut­teurs et promoteurs. Ces derniers ont vite fait de monter au créneau pour deman­der de la souplesse à l'Etat du Sénégal.



LUTTE: VISITE DES IMPÔTS DANS L'ARENE : les promoteurs demandent à l’Etat plus de souplesse
La lutte est un facteur de développement qui per­met aujourd'hui aux nombreux pratiquants de gagner des dizaines de millions. Mais ces derniers tardent toujours à accomplir leur devoir citoyen de paiement des impôts aux services fiscaux. Ce qui a obligé les inspecteurs du fisc à faire une visite inopinée au sein du Comité national de gestion (Cng) de lutte pour y voir plus clair sur les émolu­ments des lutteurs et les avoirs des promoteurs. Dès l'information parue dans notre dernière livrai­son, les promoteurs ont réagi pour notamment développer un argumentaire autour des difficultés liées à l'organisation des combats de lutte.

Papa Abdou Fall explique ainsi que «s'il est vrai qu'il y a une réglementation pour le fisc, l'Etat doit être cependant plus souple avec nous qui sommes privés. Nous oeuvrons à aider les jeunes et cela à un impact social. Aujourd'hui, notre objectif est d'apporter notre contribution à l'édifice afin d'ac­compagner le Cng et l'Etat dans sa politique sportive». Le fisc est une juridiction dont on ne peut pas se passer. Mais l'Etat doit être souple afin d'amoindrir nos charges pour nous encourager à continuer à investir dans la lutte», dit-il.

Pour sa part, Gaston Mbengue ne s'alarme nulle­ment de l'action menée par les impôts. «Les impôts ont été dans les banques pour vérifier nos comptes et je crois que c'est une bonne démarche. Maintenant, nous sommes en train de faire le tra­vail de l'Etat à sa place, il faut donc encourager les initiatives privées des nationaux. On a fait trop de faveur à des étrangers là où l'on traque des nationaux et cela risque de décourager les gens. La lutte est une industrie et ces jeunes en font un métier comme les footballeurs professionnels», renchérit le promoteur qui rappelle qu'«en 2000, certains n'avaient rien et aujourd'hui ils se sont retrouvés avec des milliards. Je crois le fisc devrait voir de ce côté et laisser les promoteurs soutenir l'action de l'Etat»: «Je l'avais dit en son temps au directeur des Impôts avant de lui demander de se rendre au Cng pour que les impôts soient défalqués à la source. C'est-­à-dire dès la signature des contrats», indique, de son côté, Serigne Modou Niang, selon qui «c'est ce qui est normal et valable même pour les spon­sors où nous payons souvent la Tva de 18%». Aussi, estime-t-il que «le meilleur système pour obliger les promoteurs et les lutteurs à payer des impôts, c'est d'aller à la source. Car il est très diffi­cile de dire à un promoteur de déposer un bilan avec tout ce que comporte comme frais l'organi­sation d'un combat de lutte. Il faut juste que les autorités tiennent compte du fait que certains combats sont organisés à perte».

Nos tentatives de rentrer en contact avec le pro­moteur mbourois, Luc Nicolaï, sont restées vaines.

Mbaye Jacques DIOP
Source Le Populaire

Article Lu 12017 fois

Jeudi 4 Février 2010





1.Posté par pat le 04/02/2010 08:42
Au niveau des sociétés légales si on paye à un prestataire plus de 25 000 frs on prélève 5% d'impôt qu'on reverse à l'Etat . Alors pourquoi les lutteurs et les promoteurs qui gagnent des dizaines de millions ne veulent pas payer des impôts ?

2.Posté par fit le 04/02/2010 10:24
vraiement -pat -tu -as -raison -il -faut - -payer -l'impot -c'est -aussi-valable -pour -les -promoteurs -que -pour -les -lutt eur s-

3.Posté par Jo le 04/02/2010 13:10
Gaston, Luc, Serigne Modou...Yékini, Baboye, Tyson, Balla gaye et cie..Vous n’êtes pas des sénégalais à part. Il faut payer vos impôts. Vous gagnez beaucoup d’argent, vous construisez des immeubles et vous ne voulez pas payer. Tenez un sénégalais salarié dans une entreprise quelconque qui gagne à partir de 68 000 CFA paye ses impôts et chaque mois son employeur calcule et retient le montant des impôts qu’il va reverser. Et les lutteurs en cinq petites minutes gagnent le salaire de tous les ministres de la république réunis et vous ne payez pas. Cessez de nous rabacher que la lutte est un facteur de développement. Tout est facteur de développement. Si l’on reste dans le cadre du sport, prenons le football aujourd’hui professionnalisé, si l’on prend 10 clubs de ligues 1 et 10 clubs de ligue 2 cela donne 20 clubs qui payent chacun 25 joueurs cela fait 500 salariés, n’est ce pas un facteur de développement. Là où le petit commerçant, l’artisan, le salarié, le transporteur, le boutiquier… payent, vous devez payer. Vous avez choisi d’investir un créneau rentable comme un autre investisseur choisirait d’investir dans l’aviculture, pourquoi lui va payer ses impôts et vous non. ARRETEZ de faire l’amalgame. En matière d’impôts, il n’y a pas de faveur sauf si c’est prévu expressément par une loi. Passez à la caisse comme tout le monde.

4.Posté par k.s le 04/02/2010 23:13
je crois que ces promoteurs qui demande souplesse n'ont pas une culture republicaine et ne connaissent pas ce que c'est l'impot pour une nation. ici aux usa il n y a jamais eu de faveur chacun paie l''impot ou on l'envoie a la prison et c'est valable du president Obama au plus petit employe. il faut que les senegalais payent l'es impots et ceci a tous les niveaux. pas de pitie pour les non payeurs,pour le developpement du pays pas de pitie

Nouveau commentaire :
Twitter

Actualités | Politique | Economie | Fait Divers | Société | People | Sport | Coin des femmes | Culture | International | Vidéo News | Buzz du monde | Bande dessinée | Un café avec | Dinama Nekh | Buur Guewel | Double vie | Ndiaye Dollar | Wiri Wiri | Le reve de Akis | Rirou tribunal | Revue de presse | Blagues





Copyright © 2007 - 2016 Xibar multimedia Tous droits réservés

DIRECTEUR DE PUBLICATION: Abdoulaye Sogue - Contact: Protect e-mail with only css

Xibar Multimedia - 2901 41st Ave, Long Island City, NY 11101, United State